[Critique] L’année de la pluie — Gilles Bordes

Caractéristiques

  • Auteur : Gilbert Bordes
  • Editeur : Belfond
  • Date de sortie en librairies : 19 octobre 2017
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 352
  • Prix : 20,90€
  • Acheter : Cliquez ici

Alors que 2017 est l’une des années les plus sèches connues récemment, Gilbert Bordes nous emporte dans un autre temps : 1316, année charnière pour le climat, les récoltes et par extension, le royaume de France. Après les grands succès obtenus grâce à La Nuit des hulottes, Le Cri du Goéland ou La Rebelle des sentiers de Lure, l’écrivain-musicien nous raconte une France pleine de manigances, d’intrigues de cour, de vengeance et de magie noire.

Les prémices de la Guerre de Cent ans

La fin du XIIIème siècle est annonciatrice de grands changements dans toute l’Europe  : en plus des guerres de successions, le climat change radicalement, provoquant de pertes de récoltes très importantes. Alors que des famines se déclenchent dans différents endroits de la France, le roi Louis X ne parvient pas à garder l’unité de la population. Ce fils de Philippe le Bel n’arrive pas à trouver sa place, sa légitimité; son oncle Charles de Valois est trop imposant et ne lui laisse aucune chance. Cet intrigant a deux buts : récupérer le trône et le trésor des Templiers. Il est dit que celui-ci est caché dans le château de Conflans, dernière demeure des de Molay.

Jacques de Molay, grand maître des Templiers, a été brûlé vif car considéré comme hérétique; seuls sa nièce Isabeau et son neveu aveugle Louis ont pu sortir vivant du massacre commis contre leur famille par des alliés de Charles de Valois. Les deux enfants sont placés chez Eude de Breiville, noble géant simple au grand cœur qui accepte de les garder sous sa protection. Mais Isabeau, promise à rentrer dans les rangs, tombe sous le charme de Geoffroy, le fils d’Eude. Ils n’auront alors qu’une idée en tête : venger la famille d’Isabeau pour pouvoir vivre ensemble. La famille de Breiville se retrouve alors au cœur des intrigues de pouvoir bien malgré elle et va découvrir que tout n’est pas royal à la cour de France…

Un auteur passionné

Gilbert Bordes a eu plusieurs vies  : instituteur, journaliste, écrivain, luthier… S’il y a un fil conducteur entre ses différentes activités, c’est l’Histoire. Quoi donc de plus normal que de livrer un roman sur le Moyen-Age, période riche et captivante ? Sur la base d’événements véridiques, l’auteur trame son intrigue de façon rigoureuse pour nous dépeindre une époque violente, tourmentée : pas de pape, pas de roi, deux fois commencent à s’affronter de plus en plus durement, la population se scinde en morceaux, certains préférant suivre les prédicateurs accusant l’Église et les prévôts d’abuser les paysans, d’autres de former des milices de bandits de grand chemin. S’appuyant sur des faits historiques avérés et incroyablement détaillés, Gilbert Bordes trame une intrigue autour du grand mystère qu’est le trésor des Templiers : objet de fantasme, cet ordre religieux qui a connu une fin tragique est sujet à de multiples légendes, dont  celle d’un trésor caché d’une valeur inestimable.

Des personnages mystiques

Si la famille Breiville est dépeinte comme une famille de propriétaires terriens désargentée, collant donc à l’image classique de cette caste du Moyen-Age, il n’en est pas de même pour les descendants de Jacques de Molay, dernier Grand Maître de l’Ordre. Isabeau, sa nièce, est très belle, intelligente et surtout impétueuse, ce qui contraste avec le caractère habituel d’une jeune noble promise au couvent. Son frère, bien que moins présent dans le livre, est quant à lui un personnage extrêmement singulier : aveugle suite à un accident avec du feu, il développe tous ses autres sens afin de compenser cette absence de vue. C’est cette sensibilité accrue qui va lui permettre non seulement de survivre, mais aussi de devenir le meneur d’une meute de loups qui va terroriser Paris. Chacun à leur façon, ils sont héritiers de ce mysticisme qui entoure les Templiers, ce qui laisse penser que l’Ordre n’est pas complètement éteint et que l’on n’a connu à ce sujet qu’une infime partie…

L’année de la pluie est un roman très intéressant sur le plan historique aussi bien que fictionnel. L’histoire racontée de différents points de vue permet un rythme soutenu et une meilleure compréhension globale. Gilbert Bordes emporte ses lecteurs dans un tourbillon d’intrigues, de manigances et de spiritualité dans lequel on se laisse volontiers guider.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *