Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
  • Développeur : Sega
  • Editeur : Sega
  • Date de sortie : 29 mai 2018
  • Acheter : Cliquez ici

Retour vers l’un des âges d’or de Sega

image test sega mega drive classics
Bienvenue dans votre salon, très 90’s.

Sega le sait mieux que quiconque : les éditeurs et constructeurs doivent savoir capitaliser sur la sympathie qu’éprouvent leurs fans. Certes, certains pointeront du doigt un esprit mercantile, mais nous rétorquons à ceux-ci que le travail de conservation passe au-dessus de ce genre de considération. Et qu’on ne nous parle pas d’émulation ! La précédente génération de consoles avait eu droit à Sega Mega Drive Ultimate Collection, une véritable réussite. Sachez, aussi, que la Nintendo Switch ne sera pas oubliée, puisque les Sega Ages débarqueront un peu plus tard, sur cette console. Il fallait aussi gâter les gamers sur PlayStation 4, et Xbox One. C’est désormais chose faite avec Sega Mega Drive Classics.

Sega Mega Drive Classics marque sa différence, avec les précédentes compilations, notamment grâce à un menu animé bien plus soigné qu’auparavant. Après une petite introduction, qui nous replace le côté dynamique de la marque, grâce à une mise en scène énergique, on prend place dans une chambre d’adolescent. Les murs sont recouverts de posters, une étagère affiche fièrement une bien belle collection de jeux. Une télé, à écran cathodique, ainsi qu’une horloge, et d’autres petits effets, viennent égayer l’endroit. En clair, Sega cherche à placer le joueur dans une position qu’il a bien connu. Est-ce segmentant, pour les passionnés plus jeunes, qui n’ont pas vécu à l’époque de la console ? Non, clairement pas, aussi bien d’un point de vue formel que fondamental : l’organisation est bonne, et surtout pratique.

Un programme incomplet, mais tout de même alléchant

image street of rage sega mega drive classics
La trilogie Streets Of Rage est présente !

En fin de test, après la note, vous trouverez la liste complète des jeux présents dans Sega Mega Drive Classics. On peut parler de playlist, donc la juger en tant que telle. Est-elle ultime ? Non, on remarque des absences assez dommageables, d’un point de vue historique. On pensera à Sonic 3, Sonic & Knuckles ou encore Ecco The Dolphin. Pour ceux-là, c’est un vrai regret, surtout que Sega est un peu cruel en affichant un espace vide, sur l’étagère du menu. L’occasion de lancer de futurs DLC ? On n’espère pas. Bien entendu, on pourra aussi maronner sur l’omission des softs de tiers éditeurs, mais c’est une question de droits, et l’entreprise japonaise n’y peut rien. Passé cette retenue, ce n’est que du bonheur. On découvre même certains titres, qu’on avait loupé à l’époque. L’occasion de se frotter à l’excellent et peu reconnu Sword of Vermilion, RPG pas simple mais très efficace. Au contraire des peu populaires, et à raison, Flicky et Bonanza Bros, deux softs de réflexion d’un goût douteux.

Les gros classiques sont bien évidemment présents, histoire de justifier le titre de Sega Mega Drive Classics. Et c’est l’occasion de vérifier à quel point ils ont mérité que leur aura traverse les époques. On pensera évidemment au toujours aussi puissant Streets Rage 2, à Sonic et ce malgré le paradoxe entre la vitesse et la récupération d’anneaux. Ou encore Phantasy Star 4, certainement l’un des meilleurs RPG japonais de la génération 16 bits, avec les chefs d’oeuvres de Square Enix. Chaque joueur se trouvera, ou se retrouvera, des atomes crochus avec certains titres, moins avec d’autres, et c’est bien normal. Votre dévoué serviteur a eu un véritable coup de foudre pour le très coloré Ristar, jeu de plateforme par la Sonic Team, aux mécaniques bien dosées.

De bonnes sensations, malgré l’absence d’un musée

image gustar heroes sega mega drive
On peut aussi jouer directement sur l’écran cathodique du salon.

Sega Mega Drive Classics nous réserve même une bonne surprise : les versions françaises de Landstalker et de La légende de Thor. L’occasion de pouvoir parcourir ces deux jeux d’aventure bien denses, et qui n’ont pas pris une ride. Par contre, la volonté de jusqu’au-boutisme nous oblige à y jouer en 50htz, et c’est bien dommage. Certains softs sont disponibles en version européenne, ou japonaise. Autre très heureuse nouvelle : la présence des titres signés par l’inoubliable studio Treasure. Gunstar Heroes, Alien Soldier, Light Crusader, Dynamite Headdy sont inclus. Ne manque que le très marginal (à la vue de l’aura du manga en Europe, s’entend) Yu Yu Hakusho, et le malheureusement trop protégé McDonald’s Treasure Land Adventure.

Les fous furieux de retrogaming attendaient aussi Sega Mega Drive Classics sur le volet technique. Il est possible d’y jouer dans le 4/3 d’origine, mais aussi dans un 16/9 agréable. Les filtres, qui feront hurler de douleur les puristes, sont aussi présents, pour qui veut les activer. Ils pourront lisser les pixels, voir carrément les annihiler, pour un rendu pas toujours très heureux. On n’ira pas plus loin dans le jugement, tant il nous paraît évident que chacun aura l’occasion de trouver chaussure à son pied : des envies de fidélité à l’œuvre originale, au besoin d’un visuel moins naturel mais plus glabre. Le son, lui, est à l’image de ce que pouvait produire la très moyenne puce sonore de la console. On préfère s’arrêter plus longtemps sur la présence du retour en arrière, qui permet de mieux aborder des jeux à la difficulté d’un autre âge. On aime aussi les défis, même si on se demande pourquoi tous les softs n’en contiennent pas un. Par contre, on ne peut que se lamenter concernant l’absence d’un musée : pas de bonus (artworks, notice, historique) à l’horizon…

Note : 14/20

Sega Mega Drive Classics est à l’image d’une grande majorité de compilation : on a quelques regrets, mais on en sort tout de même avec des étoiles plein les yeux. On peste contre l’absence d’un musée, alors que tout était là pour gâter le retrogamer jusqu’au bout des ongles. Aussi, quelques absences se font vraiment sentir, on les citait un peu plus haut. Mais ces retenues ne pèsent pas lourd quand on se lance, dans les meilleurs conditions, dans un bon Phantasy Star 2. Sur ce, votre humble serviteur vous quitte, et va tenter de terminer ce satané Ristar.

Liste des jeux

  • Alex Kidd in the Enchanted Castle
  • Alien Soldier
  • Alien Storm
  • Altered Beast
  • Bio-Hazard Battle
  • Bonanza Bros.
  • Columns
  • Columns III: Revenge of Columns
  • Comix Zone
  • Crack Down
  • Decap Attack
  • Dr. Robotnik’s Mean Bean Machine
  • Dynamite Headdy
  • ESWAT: City Under Siege
  • Fatal Labyrinth
  • Flicky
  • Gain Ground
  • Galaxy Force II
  • Golden Axe
  • Golden Axe II
  • Golden Axe III
  • Gunstar Heroes
  • Kid Chameleon
  • Landstalker
  • La légende de Thor
  • Light Crusader
  • Phantasy Star II
  • Phantasy Star III: Generations of Doom
  • Phantasy Star IV: The End of the Millenium
  • Ristar
  • Shadow Dancer: The Secret of Shinobi
  • Shining Force
  • Shining Force II
  • Shining in the Darkness
  • Shinobi III: Return of the Ninja Master
  • Sonic 3D Blast
  • Sonic Spinball
  • Sonic the Hedgehog
  • Sonic the Hedgehog 2
  • Space Harrier II
  • Streets of Rage
  • Streets of Rage 2
  • Streets of Rage 3
  • Super Thunder Blade
  • Sword of Vermilion
  • The Revenge of Shinobi
  • ToeJam & Earl in Panic on Funkotron
  • ToeJam& Earl
  • Vectorman
  • VectorMan 2
  • Virtua Fighter 2
  • Wonder Boy III: Monster Lair
  • Wonder Boy in Monster World
7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *