article coup de coeur

[Sorties] Chinon : A la rencontre de Jeanne d’Arc et des Templiers

image pont fort du coudray forteresse royale de chinon
Le pont menant au Fort du Coudray au sein de la Forteresse Royale de Chinon. Photo : Culturellement Vôtre

Séparée de la Cité Royale de Loches par seulement une heure de route, la Forteresse Royale de Chinon peut facilement se visiter en même temps que celle-ci, au cours d’une même journée ou d’un week-end. Une immersion au coeur du Moyen-Age aussi enrichissante pour les enfants que les adultes, où il ne sera pas seulement question de Jeanne d’Arc (qui y rencontra Charles VII pour la première fois), mais aussi d’Henri II, Aliénor d’Aquitaine, et des derniers Templiers. Avec, en marge des visites, de nombreuses animations : tirs à la “catapulte”, escape games, anniversaires médiévaux… Suivez le guide !

Une forteresse médiévale unique

image entrée fort du coudray cité royale de loches
L’entrée du Fort Coudray, l’un des trois bâtiments de la Forteresse Royale de Chinon. © Culturellement Vôtre

La réputation de la Forteresse royale de Chinon, classée au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO, n’est plus à faire : perchée sur un éperon rocheux et dominant la Vienne avec son enceinte de plus de 500 mètres de long, il s’agit de l’unique forteresse médiévale à avoir été habitée par des rois de France, en faisant un témoignage unique de la vie de la cour à l’époque des Plantagenêts et Charles VII. Divisée en trois parties qui sont comme autant de châteaux (le Fort Saint-Georges, le Château du Milieu et le Fort du Coudray), elle est bâtie sur un site dont l’occupation remonte à l’Antiquité — d’où la grande épée romaine exposée à l’intérieur du logis royal, qui appartenait au guerrier qui y avait bâti sa demeure — et qui vit défiler les comtes de Blois et d’Anjou, qui en feront une position défensive dès le Xe siècle pour contrôler la région, avant l’avènement des Plantagenêts, qui en firent l’Histoire.

image graffitis templiers tour du coudray forteresse royale de chinon
Protégés par une plaque en verre et éclairés, les gravures laissées par les Templiers à la Tour du Coudray, où ils furent emprisonnés en 1308. © Culturellement Vôtre

Henri II en fit ainsi sa capitale continentale dès qu’il accéda au trône d’Angleterre, en 1160. Il y séjourne alors régulièrement, procède à des travaux d’agrandissement pour accueillir son administration (le palais du Fort Saint-Georges, retrouvé lors de fouilles au début des années 2000) et y séquestre son épouse, la célèbre Aliénor d’Aquitaine, tombée en disgrâce après avoir soutenu le complot de ses fils contre leur père, avant d’y mourir en 1189. La forteresse tomba ensuite aux mains de Philippe Auguste, qui la modernisa, avant d’accueillir, au XIVe siècle, les cinq dignitaire de l’ordre des Templiers, emprisonnés durant plusieurs mois sur ordre de Philippe le Bel, qui convoitait leurs richesses. Le parchemin de Chinon, crucial lors du procès qui vit leur condamnation à mort, y fut rédigé par les dignitaires du pape Clement V. Dans la tour du Coudray, on peut encore y admirer leurs graffitis, des gravures dans la pierre aux thèmes religieux, dont certains signés du grand maître, Jacques de Molay.

Enfin, durant la Guerre de Cent Ans, en 1429, c’est à Chinon que Jeanne d’Arc vint à la rencontre de Charles VII pour la première fois dans sa chambre, avant sa présentation publique dans la grande salle, où elle promet de le faire couronner. Logiquement, une salle à part entière du logis royal lui est dédiée. On peut y voir différents objets : un fac-similé du procès, un médaillon en marbre contemporain de son vivant, des statues et de fausses reliques du XVIIe siècle, ainsi qu’une tapisserie de la Reconnaissance relatant la rencontre légendaire de Jeanne d’Arc reconnaissant Charles VII caché parmi ses courtisans, version idéalisée en réalité apparue au XVIIe siècle.

Au camp du roi : actionnez le trébuchet !

image vue vienne forteresse royale de chinon
Depus les remparts de la Forteresse Royale de Chinon, la vue sur la Vienne et la ville en contrebas est imprenable. © Culturellement Vôtre

Lors de la visite, au-delà de la reconstitution (encore en cours) de la chambre de Charles VII dans le Château du Milieu, qui devrait être achevée à temps pour les Journées du Patrimoine en septembre, et les graffitis des Templiers dans la Tour du Coudray, on profitera surtout du beau temps pour visiter le magnifique domaine, où paissent des moutons chargés d’entretenir le terrain en broutant l’herbe du côté de la Tour de l’Horloge, à l’entrée du château. La vue sur la ville et la Vienne y est imprenable, et les immenses pelouses sont parsemées de transats pour pouvoir se poser tranquillement. C’est justement là qu’a été installé le camp du roi, où des animations autour de l’art de la guerre à la cour de Charles VII ont lieu tous les jours pendant les vacances d’été de 11h à 12h30 et de 14h à 17h30. Entourées par des barrières en bois, on peut y admirer deux véritables machines de guerre, reproduites à 1/3 de leur échelle réelle : la bricole et le trébuchet, ce dernier ayant été inauguré en 2017.

image trébuchet bricole forteresse royale de chinon
Au camp du roi, dans les prairies de la forteresse, les visiteurs peuvent s’essayer à catapulter des ballons d’eau à l’aide du trébuchet (à gauche) et de la bricole (à droite), des machines de guerre médiévales, reproduites à 1/3 de leur échelle. Fun !© Culturellement Vôtre

La première, plus petite, était une arme de défense en bois pesant plus d’une tonne pour une portée de 80 mètres. Il fallait jusqu’à 15 personnes (hommes comme femmes, voire ados) pour s’en occuper et l’actionner. Le trébuchet était quant à lui une arme d’attaque, dont la portée pouvait aller jusqu’à 220 mètres. Comme son utilisation nécessitait jusqu’à 100 personnes (surtout des hommes), il était rare qu’elle soit actionnée, d’autant plus qu’il suffisait souvent que les opposants l’aperçoivent pour qu’ils se rendent. Elle possédait donc une véritable force dissuasive.

image pièces d'artillerie forteresse royale de chinon
Au camp du roi, on peut également admirer d’authentiques pièces d’artillerie. © Culturellement Vôtre

Grâce à l’encadrement d’un animateur spécialisé dans leur utilisation, le public, enfants comme adultes, aura jusqu’à fin août l’occasion de s’essayer au tir de ballons d’eau catapultés sur un fort miniature en carton. La chose n’est guère aisée, mais très rigolote : il faut en effet tirer à plusieurs sur des cordes fixées au manche des machines afin d’actionner le mécanisme et régler la force du tir. Bien entendu, les enfants pourront utiliser (avec l’animateur adulte) la plus petite des deux machines, la bricole, tandis que les adultes les plus téméraires pourront se frotter au trébuchet. Fous rires garantis ! A proximité, on peut également admirer d’authentiques pièces d’artillerie d’époque (de petits canons), mis en scène en position de tir sous de petites tentes en bois censées protéger des tirs ennemis.

Escape games pour petits et grands

image vue d'ensemble remparts forteresse royale de chinon
Les remparts de la Forteresse Chinon vus depuis la ville en contrebas. © Culturellement Vôtre

Un peu plus loin, une grande tente (pas encore installée au moment de notre visite en juin), “L’hôtel du roi”, est montée dans la cour en ruine pour présenter les différents corps de métiers du château, notamment ceux liés à la cuisine. Enfin, la Forteresse a inauguré cet été la deuxième histoire de son escape game (le premier proposé par un monument français dès 2016), “La chapelle oubliée”, une énigme autour de Jeanne d’Arc accessible sur réservation à partir de 3 joueurs (et jusqu’à 6-7) de 10 ans et plus. Les plus jeunes pourront quant à eux participer aux “Voyageurs du temps”, un escape game costumé et adapté en conséquence dans la salle d’un des logis royaux lors des goûters d’anniversaire, où le but sera d’ ouvrir la porte du grenier magique. Les visiteurs les plus épicuriens pourront également profiter des Jeudis du Vin jusqu’au 30 août.

Voilà donc une belle idée de visite culturelle, à la fois pédagogique et ludique, pour mieux découvrir le Moyen Age et ses grandes figures en plein coeur du Val de Loire. En solo, en couple ou en famille, les visites, guidées ou interactives, permettent de plonger dans les secrets du passé et de s’évader. On appréciera également qu’outre les nombreuses animations estivales (qui s’achèveront donc bientôt), un certain nombre d’animations et activités soient proposées tout au long de l’année, de manière permanente ou plus saisonnière. Alors, et si vous partiez à la rencontre de Jeanne d’Arc et des Templiers ?

Forteresse Royale de Chinon, 37500 Chinon. Ouvert tous les jours de 9h30 à 19h jusqu’au 31 août 2018. Puis de 9h30 à 18h en septembre-octobre. Tarif plein : 9€. Tarif réduit : 7€. Gratuit pour les moins de 7 ans. Escape game “La chapelle oubliée” : sur réservation, pour un groupe de minimum 3 personnes (et jusqu’à 7) de 10 ans et plus. 25€/personne, billet d’entrée inclus. Escape game pour enfants (avec goûter d’anniversaire) sur réservation pour un groupe de minimum 6 enfants de 7 à 11 ans et 1 adulte (maximum 8). 9€/enfant (gratuit pour l’enfant qui fête son anniversaire) pour animations d’une durée de 2h. Goûter à apporter sur place, à la charge des adultes. 

Animaux de compagnie autorisés à l’extérieur. Cannes-sièges et fauteuils roulants à disposition des personnes à mobilité réduite, ainsi que tablettes pour pouvoir visionner les zones non-accessibles. Site détenteur du label Tourisme & Handicap. Consigne à bagages. Espace de change, chauffe-biberon et parking à poussettes pour les parents. En-cas et boissons disponibles au salon de thé La Table Ronde. Agenda complet et Informations complémentaires sur le site officiel de la forteresse.

0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *