[Sorties] Le château de Voltaire : Sur les traces du philosophe

Un site au patrimoine exceptionnel, enfin accessible au public

image entrée château de ferney-voltaire
Le château de Ferney-Voltaire a rouvert ses portes au public le 31 mai 2018. Photo : Culturellement Vôtre

Le château de Ferney-Voltaire : voilà un site au patrimoine exceptionnel, et pourtant longtemps resté méconnu. Situé dans l’Ain, non loin de la frontière suisse, la demeure où le philosophe des Lumières vécut les vingt dernières années de sa vie, est classé Monument National depuis 1958, mais, faute de moyens, il était jusqu’en 2015 seulement ouvert au public une heure par jour, une partie de l’année seulement et ne bénéficiait pas de l’électricité. Suite à une vaste campagne de restauration lancée par le Centre des Monuments Nationaux, à hauteur de 9 millions d’euros, le château a rouvert ses portes le 31 mai dernier, après deux ans et demi de travaux. Un événement d’importance pour la région et le patrimoine français, à tel point qu’Emmanuel Macron était présent pour inaugurer ce nouveau départ.

image escalier jardins château de ferney-voltaire
© Culturellement Vôtre

Car, à travers ce site historique et culturel, il s’agit bien d’honorer la mémoire d’un grand homme de lettres et, à travers elle, la richesse de notre Histoire et de notre culture. Après tout, c’est entre les murs de ce château que Voltaire écrivit Le traité sur la tolérance, qui marqua durablement notre pensée, ainsi que le Dictionnaire philosophique. Depuis cette demeure aussi qu’il milita pour l’affranchissement des serfs du Jura, tout en participant à l’essor de Ferney, “hameau misérable” à l’arrivée du philosophe, selon ses propres termes, qui, sous son influence, prospéra et développa même un savoir-faire certain dans le domaine de l’artisanat d’art.

Nous étions présents fin mai, la veille de l’inauguration, à Ferney, soit 240 ans jour pour jour après sa disparition, pour visiter le château (désormais accessible toute l’année sur une large plage horaire) et découvrir ce tout nouveau parcours de visite. Nous vous proposons donc de remonter le cours du temps, à la découverte de l’histoire singulière de cette demeure particulière, avant de vous donner un avant-goût de ce qui vous attend lors de votre visite à Ferney.

L’histoire singulière d’un château et son village

image portrait de voltaire au château de ferney d'après maurice quentin de la tour
Voltaire, d’après Maurice Quentin de la Tour.

Lorsqu’il fait l’acquisition de cette propriété en 1758, Voltaire est considéré comme indésirable à la cour de France, mais également à Genève, en raison de ses prises de position politiques et ses œuvres satiriques. Plusieurs fois emprisonné à la Bastille (« embastillé », comme l’on avait coutume de dire), il doit s’exiler de la cour dès 1726, alors qu’il n’a que 32 ans. Autorisé à rentrer en France après deux ans passés en Angleterre, il connaîtra néanmoins moult démêlés avec la cour et la justice les trois décennies suivantes.

Après avoir dû partir de la cour de Prusse, où il réside deux ans, suite à la publication d’un pamphlet, il est considéré comme indésirable à Paris et s’établit à Genève en 1754, où il reprend son train de vie habituel mais est néanmoins soumis à la pression des pasteurs suisses, qui lui « conseillent » de ne rien écrire sur la religion tant qu’il est parmi eux. On comprend alors mieux pourquoi il se montre intéressé par l’acquisition de ce château à Ferney en 1759, en piteux état et entouré de marécages, mais situé à proximité de Genève, tout en étant loin de Paris et Versailles. A ce sujet, il écrivit dans l’une des lettres de sa volumineuse correspondance : “Y-a-t-il un état plus heureux ? Je me trouve entre la France et la Suisse sans dépendre ni de l’une, ni de l’autre”.

image façade fenêtres rose clair écru château de ferney-voltaire
Les façades ont été entièrement rénovées. © Culturellement Vôtre

Cependant, afin de pouvoir s’établir durablement en ces lieux, Voltaire supervisera d’importants travaux au domaine durant trois ans, tout en résidant sur place. Il fait détruire l’ancien château, qu’il juge trop démodé, et fait édifier celui que l’on peut aujourd’hui admirer. Il s’agit de la toute première propriété qu’il acquiert, et il voit les choses en grand. Ainsi, non content de construire une nouvelle demeure, il finance également la rénovation de tout le hameau, afin de le transformer en véritable seigneurie : il assèche les marais, défriche et draine la terre du domaine agricole, fait édifier une fontaine et paver les rues… A partir de 1770, il fait également venir des horlogers genevois expulsés de suisse et monte avec eux une horlogerie. De même, il établit une magnanerie dont il vante les soieries auprès de ses connaissances, qui ne constituent rien de moins que l’élite européenne. Un cercle d’amis et connaissances qu’il n’hésite pas à inviter à Ferney en compagnie de leurs domestiques. Ses efforts se révèlent payants : de 150 habitants à l’arrivée de Voltaire en 1759, le village passe à 1200 âmes, en faisant un bourg à part entière, et prospère qui plus est, où chacun possède un travail. Fidèle à lui-même, il ne veut pas faire de Ferney une simple seigneurie, mais la rêve en cité idéale, une « auberge de l’Europe » comme il se plaira à la décrire.

image chapelle château de ferney-voltaire
© Culturellement Vôtre

Malheureusement, l’essor du village ne résistera pas à la disparition du grand homme à Paris, le 30 mai 1778 : comme le philosophe finançait l’économie de Ferney sur ses propres fonds, l’exode des habitants est massif et immédiat. Sa nièce, Madame Marie-Louise Denis, qui vivait avec son oncle depuis son veuvage en 1744, revend la même année le château et son domaine, qui passe aux mains d’un grand ami de Voltaire, le marquis de Villette.

L’immense bibliothèque de Voltaire et ses livres sont quant à eux cédés à Catherine II de Russie, grande admiratrice de l’homme de lettres. En 1845 arrive un nouveau propriétaire, qui réalise malheureusement de mauvais investissements, le conduisant rapidement à la faillite. La collection de Voltaire doit alors être vendue objet par objet, et se retrouve rapidement éparpillée. Lorsque sa famille est en mesure de racheter la propriété, elle s’efforce de rassembler au mieux son immense collection en rachetant ses affaires une à une…

Une rénovation complète de toute beauté

image orangerie château ferney-voltaire
A gauche, l’orangerie. © Culturellement Vôtre

Un peu moins de 2 siècles plus tard, le château de Ferney sera donc classé Monument National, et l’État français en fait l’acquisition en 1999. Lors des travaux initiés en 2016 (et qui sont intervenus après de premières rénovations en 2007-2008), les toitures et façades ont été rénovées, l’électricité installée, la scénographie et le parcours de visite repensés et les bureaux de l’équipe aménagés à l’étage, là où se situaient autrefois les chambres des domestiques des invités. Au dernier étage, des salles de réunions pourront être privatisées. Lorsque nous arrivons à Ferney, en ce jour de printemps ensoleillé, l’équipe du château est sur le qui-vive et la police vérifie le domaine pour préparer la venue du président de la République le lendemain. Plusieurs groupes de journalistes sont présents et on nous accueille tout d’abord dans les vastes jardins du domaine, surplombés par une immense terrasse et une orangerie faisant face à la demeure.

Lors de la présentation des lieux et des travaux de rénovation complète ayant permis cette réouverture en grandes pompes, on nous explique que la volonté n’était pas que le château soit identique à ce qu’il était du vivant de Voltaire, mais qu’il garde également la trace des différents successeurs du grand homme, afin de donner des lieux un témoignage vivant, où passé et présent sont étroitement imbriqués. Malgré tout, grâce aux relevés de factures, inventaires, correspondances et échantillons textiles qui ont été réunis et conservés jusqu’à ce jour, différentes pièces et éléments de la maison ont pu être rénovés ou reconstitués afin d’évoquer fidèlement ce qu’ils étaient du vivant de Voltaire.

La demeure où battait le cœur du philosophe des Lumière

image tablette numérique château ferney-voltaire
La table numérique de la salle de médiation, pour une approche interactive de la vie et l’oeuvre de Voltaire. © Culturellement Vôtre

Le parcours de visite se situe intégralement au rez-de-chaussée. Lorsque l’on pénètre dans la maison, deux statues (non contemporaines) nous accueillent dans le vestibule et donnent le ton : celui de Voltaire bien entendu, mais aussi, de l’autre côté, celui de Rousseau. L’héritage des Lumière est ainsi bien présent dès le début de notre visite. Aux murs, de nombreux dessins et tableaux, souvent réalisés par les invités de la maison à la gloire de Voltaire et son château. Fait intéressant, la disposition de chacun nous permet de suivre l’évolution des lieux au fil du temps. Nous pénétrons ensuite dans la salle à manger-bibliothèque, qui a été reconvertie en salle de médiation au rôle à la fois pédagogique et ludique. Côté salle à manger trône une tablette géante interactive munie de différents objets design. En disposant ces objets sur les cases de son choix à l’écran, le visiteur accède à différents contenus thématiques autour de la vie de Voltaire au château, ainsi qu’à propos de son œuvre. Côté bibliothèque, comme l’immense collection du philosophe est conservée à Saint-Pétersbourg, la salle est quasiment vide. Néanmoins, quelques livres prêtés par la Russie sont visibles en vitrine et une rotation sera effectuée par la suite afin de donner au public un aperçu de cette culture et de ces ouvrages exceptionnels.

image salon éclairé chandeliers château de ferney-voltaire
Le salon de Voltaire et son éclairage aux chandeliers (électriques) constitue le coeur de la demeure. © Culturellement Vôtre

Le salon, avec ses murs bleu-vert, est sans doute la pièce-maîtresse du château de Voltaire : c’est en effet là qu’il recevait ses invités, débattait et jouait avec eux. Le mobilier, les tableaux, découpures et dessins d’Hubert, les chandeliers, donnent l’impression de nous trouver dans une alcôve du XVIIIe siècle à la Barry Lyndon, d’autant plus que l’éclairage électrique retenu pour les faux chandeliers évoque un peu, toutes proportions gardées, cette lumière à la bougie caractéristique du film de Kubrick.

En nous retournant, nous pouvons admirer le cénotaphe abritant le cœur de Voltaire. Erigé à sa mémoire par son ami le marquis de Villette lorsqu’il repris les lieux, il s’agit d’un monument de taille moyenne et de forme pyramidale où l’on peut lire l’inscription : « Son esprit est partout et son cœur est ici ». Un choix logique tant le salon semblait véritablement être le cœur de la maison, le lieu représentant le mieux Voltaire, son érudition et son style de vie mondain.

Reconstitution, évocation et pédagogie

image chambre madame denis château de ferney-voltaire
La chambre de Mme Denis, la nièce de Voltaire, a été aménagée et meublée afin d’évoquer le style de vie d’une parisienne en province. © Culturellement Vôtre

Nous passons ensuite à la chambre de Voltaire. Les tissus du lit ont été retissés en utilisant le même motif, dans une qualité similaire, mais dans une teinte différente afin de les différentier du mur, puisque les originaux étaient bleus. Un grand tableau de Marie-Thérèse d’Autriche, absent du vivant du philosophe, trône au mur. Viennent ensuite les appartements de sa nièce, Madame Denis, qui était donc la maîtresse des lieux. Qu’il s’agisse du salon ou de la chambre, les deux pièces ont été aménagées afin de présenter une évocation de ce qu’était la vie d’une parisienne en province à la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Ainsi, si les tableaux viennent bel et bien de la maison, aucun des meubles n’est d’origine. La chambre, parée d’un jaune élégant, possède une alcôve reconstituée et possède le même raffinement que le salon.

image jardins orangerie château de ferney-voltaire
© Culturellement Vôtre

Enfin, avant de sortir du château, une salle interactive nous permet de conclure notre visite en approfondissant notre culture voltairienne, en mettant là encore en valeur la pensée des Lumière. Les visiteurs s’installent sur des bancs tandis que des vidéos de comédiens lisant et interprétant des textes de Voltaire sont projetés sur de grands écrans. Etant donné que le philosophe écrivit Le traité sur la tolérance ici, ce texte est plus particulièrement mis en valeur. Au total, la visite (dans un cadre “normal”) aura duré un peu moins d’une heure, mais se sera révélée d’une richesse exceptionnelle, le tout dans un cadre somptueux, rendant justice à ce patrimoine trop longtemps délaissé. Il ne nous reste alors plus qu’à boire un verre à l’orangerie avant de visiter les environs, réputés pour leurs cures thermales et d’excellents restaurants.

Château de Ferney-Voltaire, Allée du château, 01211 Ferney-Voltaire cedex. Ouvert tous les juours de l’année sauf les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 11 novembre et 25 décembre. Ouvert d’avril à septembre de 10h à 18h et d’octobre à mars de 10 à 17h. Plein tarif : 8€. Tarif réduit : 6,50€. Groupes adultes : 6,50€. Gratuit pour les moins de 18 ans, les 18-25 ans européens ou résidents réguliers sur le territoire de l’Union Européenne, handicapés et leur accompagnateur, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RMI, RSA ou aide sociale… Pour toute information complémentaire (accessibilité et autre), consulter le site officiel du château de Ferney-Voltaire.

0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *