[Critique] Le Paris de François Truffaut — Philippe Lombard

Caractéristiques

  • Auteur : Philippe Lombard
  • Editeur : Parigramme
  • Date de sortie en librairies : 24 mai 2018
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 119
  • Prix : 14,90€
  • Acheter : Cliquez ici

L’homme qui aimait Paris

Il n’a peut-être pas été assez évoqué à quel point la capitale a pu jouer un rôle de révélateur dans la filmographie de François Truffaut. Parcourir chacun de ses films, c’est se retrouver dans une ville tellement inaccessible aujourd’hui que l’on a immédiatement envie de s’y téléporter. Truffaut était vraisemblablement un metteur en scène nostalgique qui rêvait d’un Paris éternel, celui des photographies de Robert Doisneau et de Henri Cartier-Bresson. Pour le réalisateur de la Nouvelle Vague, Paris était un lieu de fiction idéal, magique, un personnage à part entière, comme en témoigne la trilogie Antoine Doinel (Les 400 Coups…) en passant par Le Dernier Métro ou, bien sûr, Jules & Jim.

Un peu à l’image du néo-réalisme transalpin, il prônait l’utilisation de décors naturels, et il y avait de quoi faire ! Ses films reflétaient une façon de vivre. À ce titre, que représentait le Paris truffaldien ? Il était celui des immeubles haussmanniens, des chambres dites “de bonnes”, des transports en commun, et même des cabines téléphoniques. Sans oublier celui de la culture avec ses cinémas de quartier, ses cabarets de la Rive Gauche et ses salles de concerts et de théâtre qui demeuraient indispensables à chacun de ses films.
François Truffaut aimait tellement Paris que la scène tournée dans les studios de la Victorine à Nice représente une place parisienne totalement imaginaire. Il aimait également filmer les endroits qu’il connaissait ou qui lui rappelaient sa jeunesse.

Un beau livre cartographiant les lieux-clés du cinéaste

Aussi, dans Le Paris de François Truffaut, son auteur, Philippe Lombard, parcourt, en parallèle de sa riche filmographie, les lieux où le réalisateur a vécu, les personnalités célèbres qu’il a fréquentées, sans oublier ses salles de cinéma et, bien évidemment, la Cinémathèque (située à l’époque au Palais de Chaillot et sur les Grands Boulevards), où il a découvert sa passion pour le 7ème Art, et qui lui consacra une grande exposition en 2014-2015.

Un beau livre rempli d’anecdotes, de souvenirs et de photos quelquefois inédites d’un réalisateur qui aimait les femmes certes, mais par-dessus tout sa ville. François Truffaut affectionnait tellement Paris – et sa Tour Eiffel, dont il faisait des collections – qu’il résidait dans un appartement dont les fenêtres donnaient sur la grande dame de fer.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *