article coup de coeur

[Critique] Diver Tome 2 – Shuntaro Ohsawa

Caractéristiques

  • Auteur : Shuntaro Ohsawa
  • Editeur : Delcourt Tonkam
  • Date de sortie en librairies : 13 février 2019
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 192
  • Prix : 7,99€
  • Acheter : Cliquez ici

La conclusion d’une superbe mini-série

Quelques mois après avoir découvert le très satisfaisant premier volume, voilà que Delcourt Tonkam (Signal 100Barbara : Intégrale) livre Diver Tome 2. Rappelons que cette mini-série, qui trouve ici son dénouement, aborde le sujet difficile du crime organisé au Japon, et sa gestion actuelle. Car, depuis 1991, l’État nippon a instauré une loi de lutte contre les groupes violents, les « Boryokudan », désormais démantelés avec plus ou moins d’efficacité. Le manga que nous abordons aujourd’hui s’en inspire, et livre un récit aux bases solides, mais qui devait encore se trouver une conclusion digne de ce nom. Verdict.

Prévenons de suite : il est indispensable d’avoir lu le précédent opus avant de se lancer dans Diver Tome 2, car celui-ci débute tambour battant. Aussi, il faut replacer le contexte : pour lutter contre les activités crapuleuses des gangs, la police a créé les Divers : des enquêteurs infiltrés dans les plus hautes sphères mafieuses. Dans le premier volume, Hyogo Kurosawa, considéré comme le meilleur d’entre eux, car il est le pire des pourris de la police, infiltre la Team A, un gang d’escrocs extrêmement intelligents et issus de grandes écoles. Leurs exactions les menaient à détrousser les comptes de personnes âgées, sans le moindre scrupule. Ici, l’intrigue nous plonge en plein cœur d’une secte, appelée la Marque de la Seconde Venue. Notre personnage principal, accompagné d’un collègue que l’on redoute plus fragile mentalement, va devoir résister à un véritable lavage de cerveau, et s’exfiltrer le plus proprement possible…

Shuntaro Ohsawa, une révélation

Diver Tome 2 s’ouvre avec une force peu commune. Il faudra avoir bien en tête les précédents événements, car cette (re)rentrée en matière peut surprendre : après avoir ingéré une substance étrange, apparemment un émétique, les nouvelles « recrues » se vident la bidoche dans des sceaux. Peu appétissant, mais cela a le grand mérite de nous replonger dans un univers qui ne souffre d’aucune concession. Le mangaka, Shuntaro Ohsawa, continue d’agréablement nous étonner, avec son style très direct, assez sombre mais surtout jusqu’au-boutiste. La problématique va pousser Hyogo Kurosawa à se méfier de son collègue, Sho Sanemura, qui pourrait bien être totalement retourné par les principes de la secte. Le danger se fait lattent, d’autant plus que l’auteur place avec finesse quelques indices sur la nature dangereuse de ce groupuscule. Nous autres, occidentaux, penserons par exemple au terrifiant Ordre du Temple solaire

Diver Tome 2 parvient encore à nous intéresser à un sujet grave, non sans proposer des situations bourrées de suspens. Sans trop vous en dévoiler, on peut tout de même citer la grande réussite qu’est la séquence plongeant Hyogo kurosawa sous une table, alors que des membres de la secte s’y appuient pour lustrer les armes d’un possible massacre. C’est si puissant, en terme de mise en scène, que l’on perçoit les mouvements, comme si les images prenaient vie. Nul doute qu’un réalisateur s’y penchera, du moins on l’espère. Pas évident, car Diver est une série étonnamment courte. Ce second volume s’avère aussi le dernier, et ce même si l’on aurait pu imaginer, et apprécier, une multiplication des intrigues. Le sujet était-il trop délicat, ou les lecteurs malheureusement pas au rendez-vous ? On ne sait pas, mais il s’agit d’un regret : on tenait là une bien belle proposition.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *