[Critique] Diver Tome 1 – Shuntaro Ohsawa

Caractéristiques

  • Auteur : Shuntaro Ohsawa
  • Editeur : Delcourt Tonkam
  • Date de sortie en librairies : 4 juillet 2018
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 208
  • Prix : 7,99€
  • Acheter : Cliquez ici

Une section d’assaut pleine de panache

Le Japon et le crime organisé, c’est une longue histoire, et pas si amoureuse que cela. On a parfois une image un peu trompeuse du rapport entre la population et les Yakuzas, souvent poussée par une pop culture qui a pu idéaliser ces personnages, pas toujours des plus sympathiques. Et ce même si la « romantisation » de ces voyous a su accoucher d’oeuvres excellentes en tous points. C’est si vrai qu’en 1991, le Pays du Soleil Levant a du prendre le taureau par les cornes, en instaurant la loi de lutte contre les Boryokudan. En français : les groupes violents. Le mangaka Shuntaro Ohsawa, que nous découvrons à cette occasion, s’est lancé dans une très courte série, en deux tomes, qui s’inspire de ce combat des forces de l’ordre. Intitulé Diver, le manga est paru aux édition Delcourt Tonkam. Et c’est presque du tout bon.

L’histoire est simple à comprendre et digérée, malgré le fait que l’univers se veut typiquement japonais. Pour lutter contre la criminalité liée aux gangs, la police a créé les Divers : des enquêteurs infiltrés dans les plus hautes sphères mafieuses. Hyogo Kurosawa, considéré comme le meilleur élément car il est le pire des pourris de la police, infiltre la Team A, un gang d’escrocs extrêmement intelligents et issus de grandes écoles. Sans aucun remord, ils ruinent des personnes âgées par le biais d’arnaques par virement bancaire…

Avec le manga Diver Tome 1, c’est une face plus ou moins cachée du Japon que l’on aborde. Sous couvert d’une plongée aux côté d’une unité spéciale fictive, en charge de la lutte contre la grande délinquance, le lecteur va découvrir quelques soucis de société. Vous pensiez que vos appels reçus, pour des assurances ou des nouvelles fenêtres, vous gâchaient la vie ? Attendez de faire connaissance avec la Team A. Cette organisation rassemble tous des jeunes diplômés, fraîchement sortis des grandes écoles, et sans perspectives d’avenir, à cause d’un marché de l’emploi en net recul. Aussi, l’irrespect des personnes âgées est ici mis en avant, phénomène inquiétant et bien réel.

Deux tomes seront-ils suffisants ?

Diver Tome 1 est, donc, l’occasion de se confronter à certains des problèmes de la société japonaise. Mais que l’on ne se trompe pas : Shuntaro Ohsawa ne s’enferme pas dans une critique sociale lourdingue. L’auteur parvient à distiller sa vision du monde au sein d’un récit avant tout divertissant, au suspens parfois très puissant. Le personnage principal, Hyogo Kurosawa, est particulièrement bien écrit. Son caractère, imprévisible tant son passif (que l’on découvre au fur et à mesure) a influencé son être, fait du récit un spectacle permanent. On retiendra, notamment, sa méthode totalement folle, mais très maitrisée, de s’infiltrer au sein de la Team A. Au risque d’y perdre un peu de lui-même. Physiquement.

Il faut aussi féliciter Shuntaro Ohsawa pour la qualité de ses dessins, et de sa mise en scène. Elle imprime l’énergie nécessaire, qui transpire de ce scénario bien tendu. Si l’on a dévoré Diver Tome 1, on ne peut cependant pas ressentir une pointe d’amertume, alors que les dernières pages se tournent, introduisant une nouvelle problématique. On ne peut que se poser la question : deux tomes seront-ils suffisants, pour exploiter cet univers assez costaud, en terme de matière scénaristique ? On sera fixé prochainement.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *