[Critique] Créatures sacrées, tome 1 — Pablo Raimondi & Klaus Janson

Caractéristiques

  • Traducteur : Hélène Remaud
  • Auteur : Pablo Raimondi (scénario et dessin), Klaus Janson (scénario), Chris Chuckry (couleur)
  • Editeur : Delcourt
  • Date de sortie en librairies : 3 avril 2019
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 160
  • Prix : 15,95€
  • Acheter : Cliquez ici

Créatures divines ou diaboliques ?

Plus de 30 ans après sa création, Sandman, le comics culte de Neil Gaiman, n’en finit pas d’inspirer de nouvelles séries. La preuve avec le premier tome de ce comics, Créatures sacrées, créé par Pablo Raimondi et Klaus Janson et publié chez nous aux éditions Delcourt (Phonogram, Hillbilly…) .

image planche 3 créatures sacrées tome 1 pablo raimondi klaus janson
© Delcourt

L’histoire ? Josh est un étudiant promis à un brillant avenir : sa compagne est sur le point d’accoucher de leur premier enfant et l’entretien qu’il doit passer se présente très bien. Malheureusement pour lui, sa vie va dérailler lorsque sa route croise celle d’une vieille femme SDF qui lui tend le livre qu’il avait fait tomber par terre. Leurs mains se frôlent et lorsque le jeune homme rentre chez lui, il tombe dans un sommeil de plomb qui dure toute la semaine, lui faisant louper son entretien.

Il va alors croiser plusieurs personnages étranges (un enfant en costume cravate, deux jeunes femmes, le maire de New York…) qui semblent le connaître. A chaque nouvelle rencontre, les événements s’emballent et sa situation empire. L’enfant qu’il croise lui propose un étrange marché : un inconnu lui remettra une dague en pierre qu’il devra prendre. Il tuera quelqu’un avec le soir même, puis sa vie reprendra son cours normalement. Il réussira même son entretien.

Qui sont ces personnages étranges et pourquoi ont-ils choisi Josh ? Qui doit-il tuer et pourquoi ? Alors que l’étau semble se resserrer sur lui, un prêtre sera son seul allié pour s’extirper de ce piège. C’est le début d’aventures palpitantes sur fond de mythes…

Comme un air de Sandman ?

S’il est difficile d’analyser Créatures sacrées tome 1 sans trop en dévoiler, un constat s’impose : cette nouvelle série est clairement sous l’influence de Sandman de Neil Gaiman, qui proposait une galerie de divinités incarnant chacune un concept différent (la mort, le rêve, la folie, etc.) et dont les actions avaient une influence sur les hommes. Si ici le rôle de chacun est quelque peu différent —nous vous laissons la surprise de découvrir ce que chacun représente — la base du concept est relativement proche.

On pourrait également évoquer ici un autre comics récent, The Wicked and the Divine, résolument pop, et sur laquelle l’ombre de Sandman planait également.

Un premier tome palpitant

image planche 4 créatures sacrées tome 1 delcourt
© Delcourt

Alors, que dire de ces Créatures sacrées ? Le premier tome démarre très fort avec une structure en flash-backs imbriqués les uns dans les autres. Assez audacieuse, cette forme est maîtrisée à la perfection, de sorte que le lecteur ne se perd à aucun moment dans la chronologie des faits, ce qui est un très bon point.

Le suspense est bien géré, le rythme palpitant, et les révélations distillées de telle manière que l’on a envie de connaître la suite des mésaventures de Josh. Sur ce point précis, le tome 1 s’achève sur plusieurs révélations (dont l’identité véritable des personnages que croise le héros), tout en gardant suffisamment d’éléments en mains pour que l’on ait envie de lire le tome suivant. On saura ainsi pourquoi ces personnages hors normes voulaient tuer leur cible, mais une partie de leurs motivations reste mystérieuse. Pourquoi avoir jeté leur dévolu sur cet étudiant sans histoires, par exemple ?

Le dessin de Pablo Raimondi est quant à lui assez typique des comics : assez réaliste, aiguisé, et qui n’est pas sans évoquer le style d’un P. Craig Russell dans ses éléments mythologiques — notamment son travail sur Le premier meurtre, album adapté de l’oeuvre de Neil Gaiman, justement. Les tons assez froids de l’ensemble servent quant à eux à merveille l’ambiance sombre du récit.

Voilà donc un comics qui démarre très fort ! Si Pablo Raimondi et Klaus Janson semblent avoir puisé leur inspiration dans des œuvres existantes, il ne fait aucun doute que leurs Créatures sacrées possèdent un ton et une identité qui leur est propre. Riche en rebondissements et construit d’une main de maître, ce premier tome révèle un grand potentiel pour la suite. Une série à suivre…

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *