[Test] Warriors Orochi 4 Ultimate : des invités de luxe

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
  • Développeur : Omega Force
  • Editeur : Koei Tecmo Europe
  • Date de sortie : 14 février 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Warriors Orochi 4 Ultimate bonifie l’un des meilleurs Muso

image gameplay warriors orochi 4 ultimate
Warriors Orochi 4 Ultimate est une folie en terme de durée de vie.

Plus d’un an après sa sortie, Warriors Orochi 4 reste comme l’un des meilleurs Muso de cette génération de consoles. On y retrouvait les bases du genre, après un Dynasty Warriors 9 très controversé, parfois injustement décrié même si largement imparfait. Il était donc question de revenir vers des fondamentaux tels que des niveaux cloisonnés, mais ce serait mal connaître que de penser que le studio Omega Force s’était finalement reposé sur ses lauriers. Outre que la rencontre des univers Dynasty et Samurai détonne grâce à un gameplay qui en exploite les différentes mécaniques, on avait aussi droit à un casting des plus colossaux. C’était même le record absolu pour un jeu vidéo : cent-soixante-dix personnages jouables, rendez vous compte ! Nous conseillions la découverte de ce soft et, si ce n’est déjà fait, il est désormais possible de s’y plonger dans de meilleures conditions : Warriors Orochi 4 Ultimate porte bien son titre.

Ce test doit, nécessairement, se concentrer sur le contenu de Warriors Orochi 4 Ultimate (disponible en version boite, ou sous forme de mise à jour si vous possédez le titre de base). Donc, si vous désirez de plus ample informations concernant le jeu de base, nous avons rédigé un test qui lui est dédié. Rappelons tout de même que cette licence, que nous avions qualifiée de « Muso all stars », se fait totalement barrée côté scénario. On y découvre une histoire de dimensions parallèles réunissant les Trois Royaumes et l’ère Sengoku et d’entités démoniaques. Il est dommage que le jeu ne soit disponible qu’avec des sous-titres anglais, mais il faudra s’y faire. On vous conseille de vous accrocher : certains passages dialogués relèvent du véritable plaisir coupable. Autre point fort, le gameplay est toujours aussi plaisant, du moins pour qui accroche au Muso. On dégomme des milliers de fantassins avec des enchainements basiques, et l’on déclenche des coups spéciaux dévastateurs.

Il est toujours question d’un minimum de tactique, avec des boss à occire prioritairement, mais aussi des capitaine à liquider afin d’assurer l’arrivée massive des troupes alliées. La véritable nouveauté, qui rehausse significativement l’intérêt de Warriors Orochi 4 en terme de gameplay, c’était l’arrivée de la magie. Assignés à la gâchette R1, en association avec une autre touche, les sorts initient de nouvelles mécaniques : ils gagnent en puissance selon le niveau de hits, et ils sont capitaux dans les combats contre les Chaos Origin, des démons redoutables (à condition de ne pas jouer en mode Facile, d’ailleurs nous vous conseillons d’éviter celui-ci autant que possible). Rappelons que certains combattants peuvent faire l’objet d’une impressionnante transformation divine, ou Déification. Aussi, on peut passer d’un personnage à l’autre à la volée, car chaque mission se vit avec trois personnages préalablement sélectionnés. Enfin, de la coopération est aussi au rendez-vous, transformant l’écran en un véritable champ de bataille chaotique.

Un contenu barjot

image test warriors orochi 4 ultimate
Les combats restent épiques, même si les textures ne sont pas encore exemplaires.

Warriors Orochi 4 brille aussi par sa durée de vie colossale. Et vous savez quoi ? L’édition Ultimate va encore plus loin. Le casting de cent-soixante-dix personnages s’étoffe de nouveaux combattants, ce qui ne peut que pousser les complétistes à s’y replonger. Au programme, des divinités (Gaia, Hades), mais aussi des personnages historiques (Jeanne D’Arc, Yang Jian), un nom mythologique (Achilles), et un ninja bien connu des adorateurs des jeux Koei Tecmo (Ryu Hayabusa, de Ninja Gaiden). Rappelons que l’un des plaisirs que l’on éprouve quand on accroche au Muso est de faire évoluer à fond chacun des protagonistes, en leur faisant prendre de l’expérience, mais aussi en gagnant leurs armes ultimes. D’ailleurs, de nouveaux trésors sacrés ont fait le voyage, et l’on peut se les échanger entre les personnages, histoire de bien profiter après avoir lutté pour les acquérir.

Warriors Orochi 4 Ultimate gagne donc encore en temps de jeu, et encore plus avec Infinity. Ce mode, qui prend la forme d’une épreuve soumise par Zeus lui-même, vous fera prendre d’assaut douze tours, chacune représentant un signe du zodiaque. Au préalable, il faut sélectionner trois personnages, et l’on vous conseille de rester sur vos valeurs sûres : ce nouveau contenu est du genre redoutable, les ennemis gagnant en puissance au fil des étages. Quoi, vous en voulez encore plus ? Eh bien sachez que cette nouvelle édition embarque deux nouvelles fins (dont une qui, selon nous, figure parmi les moments les plus mémorables de la saga, en forme de point final), mais aussi de nouvelles cutscenes qui éclairent certaines zones d’ombre.

Si vous êtes de véritables habitués de la licence, sachez que le jeu le saura. En effet, il détecte les sauvegardes de Warriors Orochi 4, donc ne soyez pas effrayés : pas question de tout recommencer depuis le début. Aussi, si vous avez lancé Dynasty Warriors 9, et d’autres volets, vous gagnerez de nouveaux costumes : un bonus cosmétique qui fait son petit effet. Techniquement, Warriors Orochi 4 Ultimate est exactement le même jeu qu’auparavant. Cela reste visuellement acceptable, plein d’effets parfois spectaculaires, mais jamais hyper fin. Ce n’est certes pas la panacée côté textures, mais le soft reste bien fluide, et c’est le principal pour un Muso. Espérons tout de même que les prochains connaitront des avancées majeures dans ce domaine. Enfin, les musiques, signées par le toujours aussi inspiré MASA, savent se faire épiques et énergiques. Quand au doublage japonais, c’est évidemment du très bon boulot, soigné et convaincant.

Note : 15/20

Warriors Orochi 4 Ultimate porte bien son titre : il s’agit bel et bien de la meilleure version possible pour ce Muso de bien bonne qualité. Délire divin hautement délectable (et whatthefuckesque) dans son scénario, le soft reste toujours aussi solide dans sa prise en mains, et les fans du genre ne pourront que s’y accrocher. La durée de vie, déjà colossale, gagne encore en ampleur grâce à un mode Infinity très fourni en contenu, et de nouveaux personnages à faire évoluer. Enfin, les fidèles pourront découvrir deux nouvelles fins, dont une qui prend des airs définitifs. Voilà clairement l’un des meilleurs Muso disponibles actuellement.

7/10

Une réaction

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *