article coup de coeur

[Critique] Spy x Family T1 – Tatsuya Endo

Caractéristiques

  • Auteur : Tatsuya Endo
  • Editeur : Kurokawa
  • Date de sortie en librairies : 10 septembre 2020
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 220
  • Prix : 8,89€
  • Acheter : Cliquez ici

Le meilleur premier tome lu depuis bien longtemps

image critique spy x family

Avec le temps et l’expérience, on se méfie toujours un peu des réputations. Pas que l’on part de facto sur la défensive, mais tout le monde a déjà été déçu par une œuvre survendue, que ce soit au cinéma, dans le jeu vidéo, la littérature, ou la bande dessinée. Spy x Family, dont la parution française est assurée par l’excellente maison Kurokawa, fait partie des mangas dont le succès japonais a fait l’effet d’une déflagration. Rendez-vous compte : trois millions d’exemplaires vendus dans l’Archipel en quatre tomes. Une dinguerie. En cours de prépublication dans le Shonen Jump +, cette série a aussi eu les honneurs de quelques distinctions, comme celui du meilleur manga au Kono Manga ga sugoi! 2020, ou une sélection au Manga Taisho 2020. « Taisho » ? Ça tombe bien car, malgré une retenue de bon ton, nous aussi.

Aller, on ne va pas faire durer le suspens plus longtemps. Et puis, on s’est trahit dès le titre de second niveau, donc à quoi bon ? Oui, on sort de cette découverte totalement séduit, et même carrément impatient d’en découvrir la suite au plus vite. Les raisons sont multiples. Tout d’abord, vous imaginez bien que l’histoire n’est pas innocente dans ce constat. Elle est incroyablement intelligente. Le concept instauré par ce premier tome de Spy x Family tombe sous le sens à tel point qu’on se demande comment aucun scénariste n’a eu l’idée auparavant. Sans trop vous spoiler, sachez que vous allez suivre l’histoire de Twilight, l’espion le plus doué du monde. Ce blond élégant va se voir confier une mission de la plus haute importance, pour laquelle il va devoir approcher un sinistre personnage. Le seul moyen : s’introduire dans l’école la plus prestigieuse du pays, afin d’approcher l’enfant de la cible.

Là, ça se complique pour Twilight. Car la vie de famille d’un espion est à peu près aussi développée que celle d’un joueur de World of Warcraft. Il doit donc adopter une petite fille, et se trouver une femme. C’est ici que le hasard à la Larry Silverstein va frapper, et donner à ce scénario un énorme coup de fouet. En effet, la petite fille choisie par notre espion est une télépathe. Elle lit dans les pensées, et vous imaginez bien ce qu’elle peut trouver chez celles de Twilight. Mais ce n’est pas tout. La mère, en fait une jeune et splendide femme avec qui il a des intérêts en commun pour une association asexuée, est en fait une tueuse professionnelle qui se cherche une couverture. Si vous avez déjà vu un trio aussi explosif que celui de Spy x Family, faites-nous signe !

Un trio de personnages très charismatique

La structure de Spy x Family Tome 1 se fait plutôt classique, même si les chapitres sont malicieusement remplacés par des « Missions » qui nous font suivre l’évolution du trio. Tout le charme de cette histoire rocambolesque réside dans le fin mélange des genres : on a de l’action, de l’espionnage, de l’humour, du kawai et de la romance. Ça fonctionne du tonnerre, car l’écriture des personnages vise non pas la complémentarité mais l’étrangeté. Pour écrire plus clairement, les intérêts de chacun divergent, mais le but en commun converge, ce qui assure des situations croquignolesques au possible. Anya, la petite fille, se révèle touchante au possible. Récupérée dans un orphelinat glauque, certes toute jeune, on sent que son passif est déjà lourd et ne demande qu’à être dévoilé plus en détail par la suite. Son envie étant de rester auprès de Twilight, qui la tire hors de l’ennui profond, elle fera tout pour l’aider et être admise dans le très sélectif pensionnat.

Seulement voilà, l’espion sait qu’une fois sa mission remplie, il devra replacer Anya dans un orphelinat. Celle-ci est télépathe, vous vous souvenez ? Donc elle sait. Ça n’a l’air de rien, mais ce véritable twist scénaristique imprime une super énergie au manga, qui se dévore à grande vitesse. Et cela avant même que Yor, femme aussi attirante que létale quand la situation l’exige, ne fasse son apparition, et ajoute son grain de sel dans une recette déjà gourmande. Là, l’auteur s’en donne à cœur joie, comme lors de la factice demande en mariage, laquelle signe l’existence d’un couple pour le moins explosif. Ce premier tome se termine dans une scène délicieuse, celle de la sélection à laquelle participe Anya. On remarquera qu’outre le très mémorable humour de situation, on a droit à des dessins qui ne cessent de s’améliorer. Si le tout début se cherche un peu à ce niveau, on est admiratif devant la courbe de progression du mangaka. Là où il faut parfois plusieurs tomes pour qu’un style s’installe, ce premier tome de Spy x Family présente une maitrise peu commune. Aller, la suite, vite.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *