[Critique] Dans les brumes de Capelans – Olivier Norek

Caractéristiques

  • Titre : Dans les brumes de Capelans
  • Auteur : Olivier Norek
  • Editeur : Michel Lafon
  • Date de sortie en librairies : 7 avril 2022
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 400
  • Prix : 20,95 euros
  • Acheter : Cliquez ici
  • Note : 6/10

Une traque dans le brouillard

Six ans après le dénouement de Surtensions, dernier tome de la Trilogie 93 ayant obtenu le Prix du polar européen 2016, le Capitaine Victor Coste, héros charismatique créé par Olivier Norek (Code 93, 2013, Entre deux mondes, 2017, Impact, 2021), revient pour une toute nouvelle aventure. Cette fois-ci, plus de banlieue parisienne ultraréaliste, mais un paysage de rêve : l’île de Saint-Pierre, située entre le Groenland et le Canada. Fuyant ses traumatismes, Coste y est devenu « peseur d’âmes » pour le Service de Protection des Témoins : dans une résidence surveillée cachée de tous, il collecte les noms et contacts de repentis issus de la criminalité organisée. Lorsque sa hiérarchie lui demande d’accueillir et d’interroger une jeune fille retrouvée après dix ans de séquestration afin de découvrir l’identité de son bourreau, son instinct de flic se réveille, mais avec lui ses anciennes blessures…

Même s’il fait revenir un personnage connu et apprécié de son public, Olivier Norek change radicalement de direction et de cadre, s’intéressant au monde des Légendes, ces identités fictives derrière lesquelles se cachent les agents du SPT. Les chapitres alternent entre la traque du kidnappeur de jeunes filles par la police parisienne et les interrogatoires menés par Coste sur son île. Ce va-et-vient constant permet de décupler l’efficacité du polar et de nourrir une enquête captivante.

Avec ce quatrième opus, Norek déclare avoir eu l’envie d’écrire un roman « à l’aveugle », à la manière de la scène emblématique du Silence des Agneaux où Clarisse tente d’échapper, dans le noir, au tueur qu’elle ne voit pas. Il a choisi, pour ce faire, un cadre particulièrement propice : il existe, en effet, sur Saint-Pierre un phénomène météorologique particulier appelé les brumes de Capelans qui, à chaque printemps, envahissent totalement l’île, empêchant de voir à plus de deux mètres devant soi. C’est dans ces ténèbres que l’auteur va faire s’affronter ses personnages et densifier le mystère de son intrigue.

Une écriture addictive et efficace

Avec ce nouveau roman, Olivier Norek confirme qu’il est passé maître dans l’art d’écrire du polar : la plume est efficace et les chapitres, plutôt courts, se dévorent jusqu’à un dénouement haletant. L’auteur crée un véritable page-turner doté d’un suspense constant et habilement entretenu, tout en donnant une part plus importante qu’auparavant aux parties descriptives.

L’auteur n’hésite pas à s’attarder sur le décor de son île mystérieuse et il accorde une place importante à la psychologie de ses personnages, même s’il ne parvient pas toujours à nous faire comprendre toute la subtilité de leurs motivations intimes.

Le lecteur retrouve avec plaisir les précisions techniques chères à l’ancien capitaine de police de Seine-Saint-Denis. Étant lui-même de la maison, Norek confère à son récit un réalisme accru, tout en restant toujours très didactique. Il n’hésite pas à citer des chiffres précis et à rappeler la réalité du terrain, souvent embellie ou exagérée pour satisfaire un public avide de sensations fortes.

L’auteur ponctue enfin son récit de pointes d’humour bienvenues, notamment avec l’utilisation astucieuse de personnages secondaires cocasses, qui contrastent avec la noirceur dominante.

Un retour réussi pour le héros de la Trilogie 93 ?

En tant que personnage principal de la Trilogie 93, Victor Coste est un héros marquant auquel se sont attachés beaucoup de lecteurs. Le faire revenir était donc un pari intéressant, mais risqué. En effet, s’il est indéniable que la personnalité du protagoniste s’est enrichie et densifiée au fil des tomes et que le propulser dans un tout autre univers était une idée surprenante et efficace, la réalisation s’avère un peu moins réussie : Olivier Norek affuble Coste d’une dimension de héros tragique trop appuyée qui contraste avec les précédents opus. Après le drame survenu dans Surtensions, l’ancien policier a perdu contact avec ses collègues et amis et vit reclus, prisonnier volontaire de Saint-Pierre où il semble vouloir expier ses fautes. Tel un surhomme, il est craint de tous et sa propension à vouloir jouer au chevalier blanc peut, à la longue, lasser et manquer de réalisme.

L’auteur place la thématique de l’enfermement au centre de son roman en mettant en parallèle ses deux personnages principaux : Anna, jeune fille séquestrée, libérée, puis de nouveau recluse dans une résidence surveillée, et Victor, geôlier involontaire, qui a lui-même choisi de se cloîtrer dans cette prison. Néanmoins, ce motif omniprésent entraîne quelques redondances et donne l’impression de tourner en rond. Certaines péripéties deviennent alors prévisibles et l’attachement immédiat de la jeune rescapée pour son gardien sonne trop artificiel, car l’auteur ne prend pas le temps nécessaire de développer plus subtilement leur relation naissante.

Dans les brumes de Capelans est donc un roman intéressant, qui convoque à la fois les motifs récurrents d’Olivier Norek et explore de nouvelles pistes d’écriture. S’il manque par instants de subtilité, ce nouveau tome demeure un page-turner efficace et très agréable à lire qui permettra au lecteur de retrouver le Capitaine Coste dans un tout nouveau décor, mais face à une intrigue tout aussi retorse que les précédentes.

Cet article a été écrit par , qui a publié 18 articles sur le site.

Lorsqu’elle n’enseigne pas l’italien, Lucia Piciullina aime discuter de sa passion pour le cinéma, le théâtre et les comédies musicales. Spécialisée en littérature young adult et grande amatrice de polars et thrillers, elle rejoint Culturellement Vôtre en février 2020 pour y partager ses avis lecture et sorties culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.