image couverture kawaii recettes japonaises trop mignonnes laure kié éditions mangoAprès avoir publié un livre de recettes japonaises simples et rapides, accessible aux débutants, Le Japon en 4 ingrédients, Laure Kié (dont nous vous recommandons l’excellent site) est de retour avec un livre un peu plus complexe, demandant un investissement — en temps et en coût — plus important, Kawaii : recettes japonaises trop mignonnes, paru au début de l’été aux éditions Mango. Une collaboration fructueuse puisqu’il s’agit-là du quatrième ouvrage sur la cuisine japonaise qu’elle signe en moins d’un an.

Trop compliquée, la cuisine kawaii ?

Si vous êtes un tout petit peu familiers de la culture nippone, vous avec probablement déjà rencontré ce mot, kawaii, qui signifie tout simplement « mignon » en japonais et est utilisé pour qualifier toutes sortes de choses : des animaux, personnes, mais aussi personnages fictifs et, vous l’aurez deviné, des plats. La particularité des plats kawaii étant d’être présentés de manière « mignonne », colorée, souvent en formant des personnages et animaux (inspirés ou non de la pop culture) avec les différents aliments utilisés comme ingrédients. Souvent, il s’agit de bentos, ces fameuses boîtes à déjeuner japonaises compartimentées, allant de riquiqui à plus imposantes, et qui sont devenues très populaires chez nous depuis quelques années. Les fans de la pop culture nippone présentent le contenu de leur boîte de manière très visuelle, ajoutant yeux, nez, bouche voire cheveux à leurs onigiri, par exemple, ou créant parfois des décors autour de ces petits personnages. Cela va du relativement simple, à des choses plus complexes, si bien que cela ferait presque mal au coeur de croquer dans ce nounours ou ce joli Totoro.

Si l’on n’est pas habitué à réaliser ce type de plats, reposant sur une belle présentation, se lancer peut de prime abord faire peur, surtout lorsque l’on voit les décors en apparence complexes confectionnés par certains passionnés, comme ce bento très réussi du dessin animé des années 80, Vanessa et la magie des rêves, qui nous rend assez envieux. Evidemment, de nombreux accessoires existent afin de faciliter la tâche du cuisinier amateur : moules, emporte-pièces, pinces, perforateurs et autres stylos à trous permettent de réaliser en deux temps trois mouvements yeux, nez, bouche, diverses formes, ou même des oeufs en forme de lapin, nounours et autres. Ceux-ci sont vendus dans des magasins et sites japonais spécialisés, et certains forums existent même pour permettre de passer des commandes groupées afin de diviser les frais de douane des produits expédiés depuis le Japon, pour ceux qui n’auraient pas la chance d’avoir une boutique proposant ces accessoires à proximité.

Kawaii : des recettes mignonnes et accessibles

image ustensiles kawaii recettes japonaises trop mignonnes laure kiéQuoi qu’il en soit, la cuisine kawaii intimide toujours un peu chez nous, si bien qu’à part le présent ouvrage (également disponible, dans un format plus petit, au sein d’un coffret paru chez Mango en octobre dernier et contenant les accessoires de base pour réaliser des recettes), très peu de livres de cuisine sont centrés sur ce type de recettes. D’où l’utilité de ce Kawaii, dans lequel Laure Kié, fidèle à sa volonté de rendre la cuisine japonaise accessible à tout un chacun, fait une nouvelle fois preuve de beaucoup de clarté, détaillant pas à pas chaque étape des différentes recettes, mêlant influences françaises et japonaises. On retrouvera ainsi dans ses bentos les traditionnels onigiri, sushi et gyoza japonais, mais aussi certains accompagnements et desserts plus franchouillards ou européens : mini-financiers à la framboise, aumônières de légumes, cupcakes, sablés et tartelettes aux fruits rouges, qui côtoient poêlées de tofu, omelettes japonaises, ainsi que des petites portions de légumes et crudités utilisés quotidiennement chez nous (brocoli, asperges, haricots verts, tomates cerises…) et que l’on retrouve fréquemment dans la cuisine japonaise. Tout est fait pour que nous puissions facilement adopter ces recettes, sans faire de dépenses importantes en dehors des quelques accessoires requis. D’ailleurs, Laure Kié évite tout recours aux colorants alimentaires, très prisés de certains passionnés pour reproduire leurs héros préférés, préférant se servir exclusivement d’aliments naturels (ou d’épices comme le safran) pour apporter de la couleur à ses plats et bentos. Adieu donc, les bonhommes aux cheveux bleus comme Vanessa, mais on gagne en temps et argent, tout en mangeant le plus sainement possible !

Comme les précédents ouvrages de Laure Kié, le livre commence par nous présenter en photo les produits japonais que nous retrouverons de manière récurrente au fil des pages : riz, nori, sauce soja, vinaigre de riz, mirin…   La petite introduction qui suit nous explique ce qu’est le kawaii, donne quelques conseils et nous rassure sur la faisabilité des plats : ils sont étonnamment faciles à réaliser. Vient ensuite une première partie, consacrée à la présentation des différents ustensiles et accessoires nécessaires pour réaliser l’ensemble des recettes, une présentation en photo des différents aliments utilisés pour confectionner yeux, nez, bouche, cheveux, pattes et museaux, et quelques astuces de découpes pour obtenir certaines formes. Outre une présentation visuelle très agréable et colorée, cette partie introductive a le mérite de rassurer en nous montrant que la plupart des formes utilisées pour réaliser personnages et décors sont finalement très simples à obtenir. On peut ensuite se tourner vers les recettes l’esprit plus tranquille.

Au nombre de 22 (variations incluses et sans compter la cuisson du riz et les quelques accompagnements de base), elles sont réparties en trois sections : « Bento kawaii », « Onigiri, sushi et maki » et enfin « Les desserts ».  Chaque partie comporte une courte introduction de présentation et chaque recette a droit, au minimum, à une double-page et jusqu’à 4 (la moitié étant occupée par de belles photos) pour les bento et préparations plus élaborées. Pour chacune, en dehors des indications claires et précises, procédant par étapes, des photos « pas à pas », plus ou moins nombreuses en fonction de la difficulté.

Test de 3 recettes : bento, onigiri et dessert

image famille panda kawaii recettes japonaises trop mignonnes laure kiéDéjà équipés d’une boîte à bento, moules à onigiri, moules à oeufs kawaii, emportes pièces, piques panda, contenants à sauce et séparateurs pour bento, il ne nous reste plus qu’à nous procurer quelques petits moules en silicone, une perforatrice pour algues, un stylo à trous et nous voilà parés ! Désireux de tester une recette de chaque section (dilemme cornélien), nous feuilletons, l’eau à la bouche, les pages de Kawaii et arrêtons notre choix sur la famille panda, quelques variations d’onigiri et enfin les cupcakes kawaii. Des recettes, jolies dans la forme et suffisamment simples dans leur montage (aucune recette du livre n’est trop technique, en fin de compte), idéales pour vérifier la clarté des indications données et la faisabilité des plats pour des personnes qui n’ont pas vraiment l’habitude de réaliser ce type de présentations. Précisons à cet effet que, bien que cuisinant régulièrement japonais depuis quelques années et possédant déjà à la base un petit éventail d’accessoires de cuisine kawaii, l’auteure de cet article ne s’était jamais essayée à la confection de personnages et décors, en dehors d’onigiri et oeufs en forme de nounours, lapin ou étoile obtenus sans peine avec des moules. Elle n’avait même jamais eu l’idée de découper yeux, nez et bouche dans du jambon ou feuilles de nori, c’est dire !

A notre grand soulagement, la préparation de la famille panda, la recette la plus élaborée, mais aussi la plus longue parmi celles sélectionnées, se passe à merveille. Il faut compter 1h15 (cuisson comprise) pour la réaliser, un peu plus si vous prenez vraiment votre temps, ce qui est notre cas. Chaque élément du bento est détaillé et fait l’objet d’indications à part : l’onigiri panda, les tomates au chèvre, roulés d’asperges au saumon, aumônières de légumes, brocoli au gomasio, mini-financiers au pépites de chocolat et garniture. Sur chacune des deux pages d’indications, trois photos pas à pas : 3 pour la confection du panda, 2 pour les aumônières et une autre (plus illustrative) pour les tomates farcies au chèvre.

Nous nous attelons donc à la préparation du panda, pas trop compliquée de visu comme en pratique : il s’agit d’un gros pâté de riz à sushi légèrement ovale, décoré de nori découpé pour les yeux, museaux et oreilles. Sa réussite tiendra avant tout à la cuisson du riz, détaillée en introduction aux recettes. Si votre riz est encore trop imbibé d’eau, votre pâté ne tiendra pas, tombera en miettes dès que vous tenterez de le manipuler ou à la première bouchée si vous êtes suffisamment chanceux pour parvenir malgré tout à assembler votre panda. Déjà échaudés par de premières tentatives infructueuses de préparation de maki et futomaki, nous nous montrons donc particulièrement vigilants lors de cette première étape essentielle. Armés de notre perforeuse et d’une paille, nous n’avons aucun mal à découper les yeux et le museau. Quant aux oreilles, il s’agit simplement de couper en deux une olive. Fastoche ! Il ne reste plus qu’à disposer les bouts de nori et d’olives sur notre pâté de riz et tadam ! Voilà notre panda qui, tient parfaitement le coup quand nous le déposons fièrement dans notre bento.

Les roulés, le brocoli et les mini-financiers ne posent aucun soucis (zéro technique), tandis que la préparation des aumônières tiendra surtout à la réussite de vos crêpes japonaises, très simples à réaliser soit dit en passant. L’essentiel est de ne verser (comme indiqué) qu’une petite quantité de pâte, de sorte à obtenir une crêpe très fine. Une fois garnies, celles-ci se referment avec un simple brin de ciboulette. Rien de bien technique, là encore ! Une fois les différents éléments préparés, il ne reste plus qu’à assembler notre bento en nous fiant à la belle photo en double-page qui introduit la recette. On peut alors observer avec fierté et étonnement le résultat, avant de ranger soigneusement la boîte au frigo. Autant dire que les enfants (qui peuvent participer à la confection du panda, en découpant les yeux, oreilles et museaux, par exemple) adorent, et les adultes aussi ! On est d’autant plus satisfaits que le contenu de ce bento (comme les autres présentés dans le livre, d’ailleurs) est tout à fait sain et équilibré : riz, algues, crêpe d’oeufs, fromage, poisson, légumes, crudités et une petite dose de sucré.

image onigiri kawaii recettes japonaises trop mignonnes laure kié

Nous nous attelons ensuite à quelques onigiri présentés de manière kawaii, formant là aussi de petits personnages : l’ours, le tigre et la petite fille. Pas de photos pas à pas pour cette recette (c’est bien la seule), mais des indications toujours très claires et une photo des différentes variations en double-page sur laquelle on peut facilement s’appuyer. Habitués à préparer des onigiri, nous ne rencontrons pas de difficulté particulière, d’autant plus que le moule permettant d’obtenir la tête de l’ours, avec son fond rétractable, fait du démoulage un jeu d’enfant. Pour la réalisation des trois variations choisies, le principe est le même que pour le panda : la réussite tient avant tout à une cuisson du riz impeccable, afin que l’onigiri ne tombe pas en miettes. A partir du moment où c’est le cas, l’assemblage est très simple et le résultat kawaii à souhait.

On termine enfin par un dessert qui se prépare très rapidement : les cupcakes kawaii. Recette qui, pour le coup, n’a rien de japonais dans sa composition, mais donne un résultat très mignon avec des choses aussi simples que des yeux et une bouche dessinés avec un tube de chocolat et un glaçage saupoudré de perles en sucre multicolores. Bien équilibrés au niveau du goût, avec un délicieux glaçage qu’il faudra simplement laisser prendre un moment au réfrigérateur, ces petits gâteaux sont délicieux et feront un goûter idéal. Enfin, un tableau d’équivalences pour les Américains (ou les Français expatriés), ainsi qu’une liste de bonnes adresses à Paris, Marseille et Lyon (épiceries, boutiques d’accessoires), et une sélection de sites web pour effectuer des achats en ligne, clôt ce joli petit livre.

image onigiri ice cream kawaii recettes japonaises trop mignonnes laure kiéKawaii : recettes japonaises trop mignonnes est donc une belle réussite de plus pour Laure Kié, qui propose là un ouvrage complet, avec encore une fois une mise en page soignée et des recettes joliment mises en scène. Kawaii dans sa forme même, ce joli livre en forme de panda, avec son élastique jaune, son velours et ses paillettes, ne fera pas craquer que les enfants ! Les bento et plats présentés restent très accessibles par leur mise en oeuvre, qui n’est jamais trop technique et ne demandent pas de compétences poussées. Les différentes recettes sont aussi joliment variées, à la fois dans leur forme et leurs saveurs, et chaque bento est composé afin d’obtenir un repas équilibré, mêlant protéines animales, végétales, crudités, féculents, fruits et légumes.

Il faudra certes prendre un peu de temps (parfois 1h30 comme nous l’avons vu) pour réaliser un joli bento qui sera bien vite dévoré, mais quel plaisir, aussi, d’emporter au travail une jolie boîte qui nous permettra de porter davantage d’attention à ce que nous mangeons plutôt que d’engloutir une part de pizza en mode express ! Et nous ne parlons même pas des enfants, qui seront ravis d’emporter la famille panda en pique-nique. Une bonne raison pour sauter le pas et s’essayer au kawaii ! A noter que certaines recettes de ce livre sont incluses dans Le grand livre de la cuisine japonaise de Laure Kié, paru en octobre dernier chez le même éditeur.

Kawaii : recettes japonaises trop mignonnes de Laure Kié, éditions Mango, sortie le 17 juin 2016, 95 pages. 12,95€ 

Natacha Fleurot

Natacha Fleurot

Diplômée en Lettres Modernes, Natacha Fleurot rejoint la rédaction de Culturellement Vôtre fin 2015. Spécialisée dans les oeuvres jeunesse, young adult ainsi que la fantasy, elle réalise de nombreux articles dans les rubriques Livres et Cinéma. Passionnée de cuisine, elle teste aussi régulièrement des livres de cuisine et écrit dans la catégorie Food de la rubrique Lifestyle.
Natacha Fleurot