article coup de coeur

[Critique] La cuisine dans Ghibli – Thibaud Villanova

Caractéristiques

  • Titre : La cuisine dans Ghibli : Les recettes du studio légendaire
  • Auteur : Thibaud Villanova
  • Illustrateur(s) : Bérangère Demoncy
  • Editeur : Hachette Heroes
  • Collection : Gastronogeek
  • Date de sortie en librairies : 1er juin 2022
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 144
  • Prix : 24,95 euros
  • Acheter : Cliquez ici
  • Note : 8/10

Le nouveau-né d’une série de livres culinaires de plus en plus populaire

Huit ans après la publication du premier opus Gastronogeek, le succès de la série de livres de cuisine de Thibaud Villanova inspirée par la pop culture ne s’est pas démenti, mais a au contraire continué à grandir, malgré l’arrivée de nombreux concurrents français dans le monde de l’édition. Et pour cause : les Gastronogeek sont non seulement de beaux objets livre à la maquette soignée et aux superbes photos de plats joliment mis en scène, mais aussi de vrais livres de cuisine aux recettes savoureuses, avec un certain niveau de recherche culinaire tout en étant variés et globalement accessibles aux débutants.

De livre en livre, Thibaud Villanova, qui a à cœur de prouver même aux plus réfractaires que « tout le monde peut cuisiner », a ainsi augmenté la taille de ses annexes pour inclure davantage de conseils de préparation culinaire, voire des pas à pas pour réaliser certains gestes. En parallèle, le développement de la communauté Gastronogeek (sur YouTube, Twitch ou encore Facebook) a permis à l’équipe de se rapprocher de ses lecteurs et désormais, des groupes d’épicurieux partageant leurs essais culinaires d’après les livres se sont formés sur Facebook et les fans ont supporté 2 projets de livres non-officiels (dédiés à Zelda et Food Wars) en crowdfunding. A tel point que, face à la demande, le rythme de publication de la collection s’est accéléré et que Hachette Heroes s’est mis à proposer certains volumes thématiques réunissant diverses recettes extraites des précédents opus.

La question était donc de savoir si la qualité des éditions et des recettes allait se maintenir ou non… Et la réponse est positive en ce qui nous concerne à la lecture de ce Gastronogeek : La cuisine dans Ghibli paru en juin dernier et qui devrait se retrouver dans bien des wishlists du Père Noêl pour adultes au moment des fêtes…

cailles laquées dans gastronogeek la cuisine de ghibli

Une édition particulièrement soignée

Cela faisait des années que Thibaud Villanova souhaitait consacrer un livre de cuisine officiel aux films du célèbre studio d’animation japonais mais, comme il nous l’avait confié lors de notre interview de 2017, Ghibli s’était jusque-là toujours opposé à la parution d’un livre de cuisine sous licence… D’où l’existence d’un certain nombre de livres de cuisine non-officiels, comme le livre des éditions Ynnis, que nous avions chroniqué il y a deux ans et qui vient de connaître une suite.

Ce livre de cuisine tenait donc particulièrement à cœur à l’auteur culinaire et à son équipe, et cela se ressent, ne serait-ce que dans la couverture, le soin apporté à la maquette et aux astuces et annexes culinaires, assez nombreuses. Outre la très belle couverture mêlant des références à différents films, l’intérieur du livre possède de belles illustrations peintes par Bérangère Demoncy plutôt que les traditionnels croquis présents dans une majorité des volumes de la collection. Cela donne l’impression de plonger véritablement dans l’univers des films Ghibli puisque ce style pictural est totalement cohérent avec celui du studio. En ce qui concerne les photos, celles-ci sont là encore à la fois simples et très réussies, avec un vrai travail de composition et de mise en valeur de chacun des plats. On dit souvent que l’on déguste souvent un plat avec les yeux en premier et il est évident ici qu’il y a un vrai plaisir des pupilles, qui met en appétit et donne envie de tester les recettes. Ne serait-ce que pour cette raison, le livre est à recommander.

potage de nausicaa dans la cuisine dans ghibli gastronogeek

Entre plats issus des films et recettes d’inspiration

En ce qui concerne les recettes ensuite. Elles sont au nombre de 35 et sont réparties au sein de trois grandes parties, chacune correspondant à un type d’univers des films Ghibli : les Aventures historiques, Aventures contemporaines et Mondes imaginaires. De manière compréhensible, le film traitant de la famine de deux enfants en temps de guerre, Le tombeau des lucioles a été écarté pour les recettes de ce volume, de même que (de manière peut-être plus personnelle, mais il est vrai que la nourriture n’y est pas vraiment présente), Le conte de la princesse Kaguya et La tortue rouge. Pour le reste, chaque film a droit à au moins 1 recette et souvent plusieurs. Comme toujours avec les livres Gastronogeek, on trouve à la fois des recettes reproduisant (en les interprétant) des plats vus à l’écran (le bento de Satsuki de Mon voisin Totoro, la tourte au hareng et au potiron et le gâteau au chocolat de Kiki la petite sorcière…) et des recettes d’inspiration, c’est-à-dire inspirées par l’univers du film concerné et que les personnages auraient pu déguster même s’ils n’apparaissent pas à l’écran.

Là encore, même si nous n’avons jusque-là testé que deux recettes toutes simples, la lecture attentive de ce livre de cuisine Ghibli suffit à révéler que la réussite est au rendez-vous. Pour ceux qui auraient déjà le livre des éditions Ynnis et qui se poseraient la question, oui, les deux ouvrages possèdent certains plats de « reproduction » en commun (pour Mon voisin Totoro, Kiki, Pompoko et Le royaume des chats, principalement), mais leur interprétation diffère véritablement, de sorte que vous n’aurez absolument pas le sentiment qu’il y a « doublon ». Par exemple, si nous avions été convaincus par la tourte de cet ouvrage concurrent, le fait que Thibaud Villanova ait eu l’idée d’ajouter une béchamel aux herbes à sa recette nous donne fortement envie de tester sa version. De plus, les recettes d’inspiration présentes sont totalement différentes, ce qui justifie tout à fait de se pencher sur cet ouvrage.

La plupart des recettes sont classées comme étant faciles (seules quelques-unes possèdent un niveau de difficulté intermédiaire) et nécessitent pour une majeure partie peu de matériel ou un matériel de base. Pour les plats où un matériel spécifique est nécessaire ou du moins recommandé, toutes les infos utiles sont disponibles au sein des annexes illustrées. On notera aussi que les gestes sont bien expliqués au sein des instructions de chaque recette, afin de permettre à tous de bien préparer les ingrédients et réussir sa préparation culinaire. Des suggestions de vins ou accompagnements sont régulièrement faites au sein de l’ouvrage.

ramen ponyo sur la falaise dans gastronogeek la cuisine dans ghibli

Un livre de cuisine représentatif de Ghibli… mais aussi de la cuisine des Japonais au quotidien

Les longs-métrages de Ghibli montrent souvent des tranches de vie et moments du quotidien des personnages liés à la cuisine et au partage des repas. Ils évoquent valeurs et convivialité, rappellent des souvenirs et font, de manière générale, partie intégrante de leur vie et du récit… Les recettes de Thibaud Villanova reflètent cette tendance, y compris pour les recettes d’inspiration, et c’est là l’une des grandes réussites de cet ouvrage.

Une grande variété de spécialités japonaises est représentée et les différentes recettes permettent d’utiliser des ingrédients communs de la cuisine japonaise, que l’on pourra trouver facilement ou assez facilement pour la plupart si l’on vit en ville et que l’on a accès à des épiceries japonaises/asiatiques et magasins bio. Pour le reste, il faudra soit adapter un peu la recette, retirer 1 ou 2 ingrédients (souvent mineurs) ou bien passer commande en ligne ; mais cela concerne au final très peu d’ingrédients.

L’importance de l’assaisonnement et des bouillons de la cuisine japonaise est également bien respectée. Nous avons ainsi beaucoup apprécié les bouillons shintan et shio tare de la recette Sio ramen des retrouvailles (Ponyo sur la falaise) et nous ajouterons qu’il est rare de trouver ce type de bouillons traditionnels (hors dashi) au sein d’ouvrages grand public. Pour le reste, Thibaud Villanova trouve toujours le moyen de varier les gestes et les types de préparation, mais aussi d’ajouter un petit quelque chose en plus à chaque plat, même les plus simples… ce qui fait toute la différence. Après, libre à chacun d’adapter au besoin les recettes en fonction de ce dont il dispose, mais cette touche en plus, qui a toujours fait la qualité des livres Gastronogeek, est véritablement appréciable.

Parmi quelques-unes des recettes nous ayant tapé dans l’œil, citons : la saumon à la Toscane revisité de Porco Rosso, le bouillon au kombu et légumes en fondue de Mes voisins les Yamada, la Shepperd’s Pie d’Aya et la sorcière, le curry de l’aéronef du Château dans le ciel, la tartine crémeuse au Mont d’Or et champignons d’Arrietty, le tournedos mariné, brocoli, nouilles et huile de sésame du même film ou encore les cailles laquées et farcies du Voyage de Chihiro.

En ce qui concerne les astuces et annexes enfin, on notera que celles-ci sont illustrées dans le même style que l’ouvrage (principaux ustensiles et ingrédients) et que l’on y trouve les recettes de base pour les bouillons, sauces ou encore pâtisseries japonaises, comme le pain de mie maison ou la pâte anko. L’utilisation de chaque ingrédient au sein de la cuisine japonaise est indiqué au sein d’un index, ce qui est à la fois utile et très instructif.

Vous l’aurez compris, ce nouveau livre de licence Gastronogeek, La cuisine dans Ghibli est une franche réussite, qui plaira autant aux amateurs de la cuisine japonaise qu’aux fans des films du célèbre studio. Cette jolie édition nous permet de plonger véritablement dans l’univers de nos dessins animés préférés, tout en apprenant à cuisiner des plats inspirés de ce que nos amis nippons mangent au quotidien.

Article écrit par

Cécile Desbrun est une auteure spécialisée dans la culture et plus particulièrement le cinéma, la musique, la littérature et les figures féminines au sein des œuvres de fiction. Elle crée Culturellement Vôtre en 2009 et participe à plusieurs publications en ligne au fil des ans. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'œuvre de David Lynch. Elle est également la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.

Et maintenant, on fait quoi ?

L'équipe de Culturellement Vôtre vous remercie pour vos visites toujours plus nombreuses, votre lecture attentive, vos encouragements, vos commentaires (en hausses) et vos remarques toujours bienvenues. Si vous aimez le site, vous pouvez nous suivre et contribuer : Culturellement Vôtre serait resté un simple blog personnel sans vous ! Alors, pourquoi en rester là ?

+1 On partage, on commente

Et pour les commentaires, c'est en bas que ça se passe !

+2 On lit d'autres articles

+3 On rejoint la communauté

Vous pouvez suivre Culturellement Vôtre sur Facebook et Twitter (on n'a pas payé 8 euros par mois pour être certifiés, mais c'est bien nous).

+4 On contribue en faisant un don, ou par son talent

Culturellement Vôtre existe grâce à vos lectures et à l'investissement des membres de l'association à but non lucratif loi 1901 qui porte ce projet. Faites un don sur Utip ou Tipeee pour que continue l'aventure d'un site culturel gratuit de qualité. Vous pouvez aussi proposer des articles ou contribuer au développement du site par d'autres talents.

S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x