image couverture trois contes d'andersen illustrés par lionel koechlin gallimard jeunesse3 contes légers et pleins de fantaisie

Auteur-illustrateur de plus de 100 ouvrages, aussi bien pour adultes qu’enfants depuis 1973, également connu pour avoir réalisé la pochette du 33 tours Duke du groupe Genesis en 1980, Lionel Koechlin a choisi trois contes d’Hans Christian Andersen à illustrer pour ce joli livre paru chez Gallimard Jeunesse en mai dernier.

Si celui qui reste encore aujourd’hui le Danois le plus célèbre au monde est connu pour ses contes sombres et cruels que sont « La petite fille aux allumettes », « La petite sirène » (dont la fin est bien moins optimiste, c’est peu de le dire, que la version Disney), ou encore « Les chaussons rouges », on en vient parfois à oublier qu’il est aussi l’auteur d’histoires plus légères et non moins célèbres comme « La princesse au petit pois », qui est présentée ici avec « La bergère et le ramoneur » et « Les habits neufs de l’empereur ». Trois histoires courtes et intemporelles, mêlant humour, tendresse et imagination, accessibles aux enfants à partir de 7 ans.

Des histoires intemporelles, illustrées dans un style inimitable

« La princesse au petit pois » pourra être lue à des enfants plus jeunes, mais les subtilités des « Habits de l’empereur », qui critique le comportement des hommes de pouvoir, ou le vocabulaire un peu plus étoffé de « La bergère et le ramoneur », destinent davantage ce livre aux enfants de grande section de maternelle ou CP. Généralement peu cité quand on demande autour de soi quels sont les contes d’Andersen qui viennent spontanément à l’esprit, « La bergère et le ramoneur » annonçait déjà à sa manière, en 1845, Toy Story de Pixar, dans lequel on retrouve également une bergère en porcelaine, qui était sans doute un hommage des scénaristes au conteur. L’amour et la découverte du monde sont au centre de cette jolie histoire où les objets d’une maison prennent vie en l’absence de leurs propriétaires.

Le conte « Les Habits de l’empereur » a quant à lui acquis une telle réputation qu’il a donné naissance à l’expression « l’empereur est nu », qui est passée dans le langage courant depuis bien longtemps. Subtile, drôle et impertinente, cette histoire est encore aujourd’hui fort actuelle par son constat sans appel sur le pouvoir et l’hypocrisie des hommes politiques comme de ceux qui les entourent, qui préfèrent suivre le troupeau et faire mine de croire à quelque chose d’inexistant, plutôt que de prendre le risque de passer pour des idiots, ce qui les conduit inévitablement à perdre le peu de crédibilité qu’on pouvait leur attribuer. Ici, les nombreux conseillers de l’empereur s’extasient devant un nouveau « costume » tissé pour l’empereur, réputé pour demeurer invisible aux yeux des incapables. Comme aucun d’entre eux ne voit rien et que tous craignent pour leur poste, ils font semblant de pouvoir admirer les sublimes habits décrits par les rusés couturiers, si bien que même l’empereur, par peur d’être contraint de céder son trône, rejoint l’enthousiasme collectif et accepte de défiler nu devant la population hilare. La lecture du conte pourra ainsi être l’occasion d’expliquer de manière simple et imagée les absurdités de la politique à l’enfant, et de lui parler de la fameuse expression qui en est inspirée. Enfin, on ne présente plus « La princesse au petit pois », qui tourne en dérision la légendaire délicatesse des princesses de contes de fées au sein d’une histoire aussi drôle que courte, qui a là encore inspiré par son ton de nombreuses histoires pour enfants.

Les illustrations de Lionel Koechlin sont quant à elles fidèles au style immédiatement reconnaissable de l’auteur, jouant beaucoup sur des lignes et formes géométriques. Remplis de fantaisie et d’humour, ses dessins, également servis par une belle colorisation, donnent des allures de livre illustré « à l’ancienne », tels qu’on pouvait en voir dans les années 70 et 80, à ce joli recueil qui constituera une introduction idéale, toute en douceur, à l’univers particulièrement riche des contes de Hans Christian Andersen, dont la vie étonnante et mouvementée a inspiré une très belle bande-dessinée pour adultes, Andersen, les ombres d’un conteur, qui vient de paraître chez Casterman et dont nous aurons l’occasion de vous reparler très vite.

Trois contes d’Andersen de Hans Christian Andersen, illustré par Lionel Koechlin, Gallimard Jeunesse, sortie le 2 mai 2016, 44 pages. 16€ 

Natacha Fleurot

Natacha Fleurot

Diplômée en Lettres Modernes, Natacha Fleurot rejoint la rédaction de Culturellement Vôtre fin 2015. Spécialisée dans les oeuvres jeunesse, young adult ainsi que la fantasy, elle réalise de nombreux articles dans les rubriques Livres et Cinéma. Passionnée de cuisine, elle teste aussi régulièrement des livres de cuisine et écrit dans la catégorie Food de la rubrique Lifestyle.
Natacha Fleurot