[Critique] Sylvestre et le Caillou Magique – William Steig

image sylvestre et le caillou magiqueUn grand classique de William Steig à ne surtout pas manquer

Attention, nous abordons ici un chef-d’œuvre de la littérature jeunesse, ni plus, ni moins. William Steig, l’auteur de Sylvestre et le Caillou Magique, vous le connaissez au moins pour son Shrek ! qui s’est retrouvé adapté au cinéma (un peu trop à notre goût). Seulement, nous allons voir que cette plume (et ce pinceau) avait plus qu’un ogre vert dans son sac. Il avait aussi un âne du genre très malchanceux, dont l’histoire nous est contée ici.

Sylvestre et le Caillou Magique raconte l’histoire d’un âne qui cultive une passion pour les beaux cailloux, qu’il observe et ramasse au gré de ses pérégrinations. Un jour, alors que la pluie tombe à torrents, Sylvestre remarque un galet parfaitement rond, et d’un rouge éclatant. Bientôt, il va se rendre compte que cet étrange caillou n’est pas que joli : il exauce les vœux de celui qui le tient dans ses pattes ! L’âne, tout heureux, se trouve bien chanceux et émet des souhaits un peu à tout bout de champs, du moins jusque quand il tombe nez à nez avec un lion qui trainait dans les parages. Carrément effrayé, Sylvestre fait le vœu de se changer en pierre, afin que le roi de la savane ne le croque pas. Seulement, le petit âne n’avait pas pris en compte que, pour revenir à sa forme initiale, il lui fallait tenir le caillou rouge. Et une pierre, ça n’a pas de pattes…

Un récit qui provoque des sentiments forts

Sylvestre et le Caillou Magique est le genre de conte dont la profondeur peut étonner de nos jours. En effet, le récit imaginé par le génial William Steig provoque toute une gamme d’émotions qu’il sait rendre à la perfection, entraînant son jeune public dans un véritable tourbillon de sentiments puissants. La joie de la découverte initiale fait vite place à la frayeur, puis à la peine, pour que tout se termine par de la gaîté. Et, pour ce faire, l’auteur utilise la meilleur arme à la disposition des écrivains de talent : le sens. Ici, William Steig veut faire passer un message, provoquer une moralité que l’on trouve d’une grande justesse : à trop souhaiter on en oublie ce que l’on a sous nos yeux étourdis, tout le nécessaire afin de vivre heureux et comblé. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Sylvestre est un âne : il est un peu stupide, ou du moins un peu cruche, et le voir prendre la forme de cette grosse pierre a quelque chose de pathétique. Sylvestre et le Caillou Magique est de ces histoires qui n’hésitent pas à titiller le jeune public, et le récit contient des instants qui n’ont rien à voir avec ce que la génération Télétubbies et Petit Poney a pu connaître : ici on n’hésite pas à montrer des parents inquiets, très inquiets même, ce qui a pour effet de provoquer des sentiments forts et intenses.

Sylvestre et le Caillou Magique est donc un ouvrage jeunesse d’une puissance peu commune, que l’on apprécie autant pour son histoire que pour son style d’écriture : William Steig utilise un phrasé soutenu mais pas difficile d’accès, ce qui prouve qu’on peut très bien utiliser un langage développé tout en restant très compréhensible par la cible de ce livre. N’est-ce pas, l’Éducation Nationale ? Autres très grande force de Sylvestre et le Caillou Magique, ce sont évidemment les illustrations : le pinceau de l’auteur est au moins aussi puissant que sa plume. Le style, à la fois précis et suggestif, accompagne l’imagination de l’enfant à la perfection. Effet garanti lors d’une lecture partagée, le jeune public ne cesse d’être happé par ce qu’il voit. Si l’on ajoute à ce brillant tableau une édition, signée Gallimard Jeunesse, d’une qualité « haut du panier » avec en bonus un code à flasher afin d’entendre Louis Arene, de la Comédie Française, nous lire avec adresse le texte de Sylvestre et le Caillou Magique, alors on comprendra qu’on se trouve là devant un immanquable.

Sylvestre et le Caillou Magique, un livre jeunesse écrit et illustré par William Steig. Traduit de l’anglais par Michelle Nikly. Aux éditions Gallimard Jeunesse, 36 pages, 15.50 euros. De 3 à 6 ans. Sortie le 13 octobre 2016.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *