[Critique] Skyrim : Peuples et Créatures – Collectif d’auteurs

image skyrim peuples et personnagesL’immensité de Skyrim dans un ouvrage très classieux

Cette fin d’année 2016 aura vu débarquer un remaster pour le moins étonnant pour tout joueur fan de la licence The Elder Scrolls : celui de Skyrim. Hit dont le souvenir du jeu d’origine était encore vivace, Skyrim : Special Edition a tout de même réussi à surprendre en proposant de véritables améliorations techniques, et l’arrivée des fameux mods. Cette ressortie était aussi l’occasion de replonger dans un univers extrêmement dense, qui a fait le bonheur de plus de vingt millions de joueurs, notamment par son background très fouillé et l’immensité de lieux à parcourir, de personnages à rencontrer. Aujourd’hui, nous abordons Skyrim : Peuples et Créatures, un volume consacré à la transposition, sur papier, de livres présents dans le soft. Nous allons voir si cette bonne idée, déjà mise en place dans un précédent volume intitulé Skyrim : Histoires et Personnages, est à la hauteur de nos espérances.

Avant même de se lancer dans la découverte de Skyrim : Peuples et Créatures, on tombe sous le charme de cette édition signée Hors Collection. La couverture, dans un simili-cuir impressionnant, aux divers reliefs tout bonnement saisissants, fait déjà une part du travail vers la suspension consentie de l’incrédulité. En effet, empoigner cet ouvrage c’est déjà faire un pas en Bordeciel, et bien d’autres suivent : le style de la police choisie judicieusement (un petit temps d’adaptation sera tout de même nécessaire), la qualité du papier bien solide. L’éditeur de Skyrim : Peuples et Créatures nous gâte en nous livrant une œuvre d’une qualité formelle époustouflante. Dès lors, il ne suffisait plus que de s’assurer que la matière contenue dans ce petit bijou soit au diapason…

Et c’est bel et bien le cas. Skyrim : Peuples et Créatures reprend certains des textes issus des livres présents au sein même du jeu. Mais si, vous savez bien, ces histoires que seuls les plus fondus de The Elder Scrolls lisent vraiment. C’est un concept très bien vu : il donne l’occasion à celles et ceux qui n’apprécient pas vraiment de lire des pages entières sur un écran de télévision, de pouvoir se rattraper sur un support infiniment mieux adapté à cet exercice. Bien évidemment, même les joueurs qui ont lu ces morceaux choisis sont invités à la fête, au moins afin de donner à leur passion un rendu solide et définitif. La matière en elle-même fourmille de détails, développe un style poussé, c’est une habitude pour la licence signée Bethesda. Ici, on aborde l’histoire de certaines ruines, on revient sur les récits anciens des Dwemers, on fait face à la véritable nature des Orcs, bref Skyrim : Peuples et Créatures met un point d’honneur à mettre en lumière les deux éléments de son sous-titre.

Un livre de collection

Accompagnants ces textes idéalement, des artworks s’étalent un peu partout dans Skyrim : Peuples et Créatures, majestueux pour la très grande majorité. C’est d’ailleurs l’un des ingrédients de cette belle réussite : ces dessins trouvent une place toute naturelle, évidemment en lien avec les sujets traités par le texte qu’ils viennent égayer. Aussi, impossible de ne pas signaler la très bonne tenue de la maquette, et de cet effet de vieillissement, d’usure donné au papier, qui donne à l’ensemble une sacrée personnalité. Skyrim : Peuples et Créatures est, donc, tout aussi agréable à lire qu’à regarder.

Au final, Skyrim : Peuples et Créatures est le genre de livre officiel qui pourra réconcilier pas mal de monde avec ce genre d’œuvres. On le sait, parfois ces dernières ont un peu tendance à ne pas soigner les apparences, et surtout à ne pas proposer un contenu digne de ce nom. Tout le contraire de Skyrim : Peuples et Créatures, dont l’aspect en fait un véritable ouvrage de collection, tandis que les textes auront de quoi raviver la flamme des fans de The Elder Scrolls. D’ailleurs, votre humble serviteur est soudainement pris d’une envie d’aller gambader sur les terres de Bordeciel…

Skyrim : Peuples et Créatures, un livre écrit par un collectif d’auteurs. Aux éditions Hors Collection, 240 pages, 25 euros. Sortie le 1er octobre 2016.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *