[Critique] Odyssées : l’intégrale des nouvelles – Arthur C. Clarke

image odyssées l'intégrale des nouvellesUne porte vers la science-fiction la plus noble

En décembre 2013, Bragelonne sortait un monument de la science-fiction intitulé Odyssées : l’intégrale des nouvelles. Une véritable Bible pour les amateurs de ce genre, et plus particulièrement pour les fans d’Arthur C. Clarke, qui devenait de plus en plus rare à trouver (il suffit de constater le prix de cette édition 2013 sur Amazon). Trois ans plus tard, l’éditeur décide de ressortir ce recueil incontournable pour toute bibliothèque qui se respecte, l’occasion pour nous de s’y plonger avec délectation.

Il est bien entendu impossible d’aborder Odyssées : l’intégrale des nouvelles dans l’ensemble de son contenu. En effet, celui-ci est tout simplement colossal : 106 nouvelles, qu’elles aient été écrites en début de carrière ou vers la fin. Vous imaginez bien que cela sera compliqué d’en aborder chacune des différentes forces. Au programme, bien de grands moments de science-fiction, de hard science même, et surtout un voyage savoureux dans cet univers qui a tant à nous dire. On a droit évidemment au grand classique « La Sentinelle », qui a servi de base pour le chef-d’œuvre de Kubrick : 2001 l’odyssée de l’espace (co-écrit avec Arthur C. Clark, faut-il le rappeler). D’autres nouvelles de grande qualité sont aussi au rendez-vous, et si quelques une semblent avoir été traité avec moins d’importance par l’auteur, l’ensemble paraît plutôt homogène.

Les thèmes d’Arthur C. Clark traversent Odyssées : l’intégrale des nouvelles de bout en bout. Le plus important est évidemment son grand fantasme du déplacement de l’être humain dans l’infinité de l’espace, qui représente clairement le fantasme ultime de l’auteur. Le voyage, ce qui se passe entre le départ et l’arrivée, est le terrain de jeu favori de l’écrivain : il y trouve la situation parfaite pour laisser s’exprimer toutes ses visions d’avenir et, clairement, il arrive à l’utiliser afin de bonifier des personnages pourtant assez froids dans l’ensemble. Sans aucun doute aussi fondateur qu’Isaac Asimov, Clark déploie toute une imagerie d’une précision chirurgicale, qui pourra d’ailleurs faire perdre pieds à qui voudrait s’y plonger trop vite, trop longtemps. Parfois très précis, n’hésitant pas à utiliser un vocabulaire fidèle à la réalité scientifique, l’ouvrage doit se déguster, et non se rusher. On conseille une lecture sporadique : Odyssées : l’intégrale des nouvelles est le livre de chevet typique.

« Face à face avec Méduse« , « Rencontre à l’aube« , « Les neuf milliards de nom de Dieu« , « L’Étoile« , « Le mur de ténèbres« , « Jupiter cinq« , « Le visiteur« , voilà une très courte sélection de nouvelles fascinantes qui peuplent Odyssées : l’intégrale des nouvelles. Qu’elles soient traversées d’humour, de contemplation, et même de terreur, ces histoires plus ou moins courtes nous donnent à admirer un auteur idéaliste, profondément positif et humaniste. Un artiste regretté qui réussira à vous faire aimer la science-fiction comme jamais…

Odyssées : l’intégrale des nouvelles, un recueil de nouvelles écrites par Arthur C. Clark. Aux éditions Bragelonne, 1128 pages, 28 euros. Sortie le 30 novembre 2016.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *