[Critique] Bienvenue à Silent Hill – Damien Mecheri, Bruno Provezza

image bienvenue a silent hillPour ne plus rester dans le brouillard

Parmi les licence vidéoludiques les plus aptes à se faire analyser, Silent Hill tient une place de choix. Au sein de la rédaction de Culturellement Vôtre, on ne cache pas notre affection sans bornes du second jeu, certainement le meilleur survival horror a avoir vu le jour, le mieux écrit et le plus captivant. Alors qu’aujourd’hui la licence semble être à jamais enterrée par l’éditeur Konami (qui, sur consoles, semble se limiter à sortir chaque année une nouvelle itération de PES), qui a éhontément déçu des centaines de milliers de joueurs en annulant Silent Hills, Third Editions décide de donner toute possibilité à deux auteurs évidemment bien calés, Bruno Provezza et Damien Mecheri, de faire la lumière sur cette incontournable série de jeux.

Bienvenue à Silent Hill : voyage au cœur de l’Enfer a la grande mission non seulement d’analyser le mythe, mais aussi de lui donner un certain relief pour les non-fans absolus. Pour ce faire, les auteurs optent pour une structure claire et efficace au possible : un chapitrage qui s’assure de bien parler à tout le monde. Tout débute par une préface signée Roger Avary, en forme de mini-scénario. Le scénariste du film Silent Hill brille de par les quelques anecdotes qu’il distille, notamment celle d’un Christophe Gans (malheureusement) très attaché à trouver un sens social à la secte œuvrant dans l’ombre de la sinistre ville. Surtout, il semble avoir compris l’essence de la licence, c’est criant quand il doit apprendre au sympathique producteur Samuel Hadida que non, Silent Hill n’est pas un déchaînement d’action et de monstres. Une introduction plaisante donc, pas utile fondamentalement mais attachante, et ce qui suit dans Bienvenue à Silent Hill : voyage au cœur de l’Enfer est du même acabit.

Les auteurs passent alors au premier plan, et Bienvenue à Silent Hill : voyage au cœur de l’Enfer débute sa longue plongée dans les profondeurs de la licence. Précisons ici que les deux plumes ont de la bouteille dans le domaine de l’analyse vidéoludique : Damien Mecheri est l’auteur de La Légende Final Fantasy X, Video Game Music et Dark Souls : par-delà la Mort. Il est aussi rédacteur dans diverses mooks consacrés au jeu vidéo (L’année jeu vidéo et Level Up). Bruno Provezza, vous le connaissez certainement pour son boulot sur le site de Mad Movies, sur lequel il officiait derrière un avatar de koala à matraque bien connu. Depuis passé par Gameblog, sa passion pour le survival horror l’a tout naturellement mené vers les livres d’analyse avec un premier essai, toujours chez Third Editions, consacré à Resident Evil. Pas de doutes, les deux plumes connaissent le sujet qu’elles abordent.

Un essai rigoureux mais toujours entraînant

Comme nous l’annoncions plus haut, Bienvenue à Silent Hill : voyage au cœur de l’Enfer suit un cheminement logique. Tout d’abord, les auteurs abordent ce qu’ils intitulent « La création », en fait l’existence factuelle de chacun des jeux, de leurs balbutiements à leur réception. Dès lors, on remarquera que même les fans pointus apprendront pas mal d’éléments, plus particulièrement concernant la phase U.S de la licence (après le quatrième épisode, donc). Grâce à une meilleure communication de la part des américains ? Rien n’est moins sûr, c’est surtout que Damien Mecheri et Bruno Provezza brillent par leur tendance à bien gratter dans tous les recoins, on prend pour preuve le nombre satisfaisant de citations. Les auteurs mettent en place une véritable toile, et réussissent à retenir notre attention avec cette cinquantaine de pages hautement agréables. Car là est l’une des grandes satisfaction de ce Bienvenue à Silent Hill : voyage au cœur de l’Enfer : il se lit sans encombre grâce à un style fluide. Ainsi, même les non-fans absolus de la licence auront tout le loisir d’apprendre sans être laissé sur le bord de la route, les auteurs en ont pris soin.

Vient ensuite la partie consacrée à l’Univers, un exercice peut-être un peu plus rébarbatif et pourtant indispensable. En effet, on ne pouvait pas imaginer Bienvenue à Silent Hill : voyage au cœur de l’Enfer oublier de décrire, dans le moindre détail, chacun des éléments formant la licence. Ainsi, il faut revenir sur l’historique de la ville en elle-même, mais aussi de l’Ordre, l’importance d’Alessa etc. Passionnant et immanquable pour une analyse fouillée, cet instant précis du livre est sans aucun doute aussi le plus copieux. Vient ensuite l’Analyse puis le Décryptage, le premier se démarquant par ses thématiques profondes, tandis que le deuxième se charge d’expliquer ce que le genre de l’horreur doit à Silent Hill… et inversement (ce qui se vérifie dans l’intitulé de certains sous-chapitres : Massacre dans le train fantôme, Détour mortel, La mort aux trousses). La vision des deux auteurs ne peut que s’attarder sur la culture cinématographique, mais ils ont le bon goût de ne jamais lui donner plus d’importance que nécessaire. Ils n’oublient jamais de tracer des parallèles avec des éléments purement vidéoludiques, comme le gameplay, et c’est là l’essence même du succès de ce livre. Bienvenue à Silent Hill : voyage au cœur de l’Enfer ne fait jamais étalage de culture, et l’ouvrage n’en est que plus réussi.

Sans oublier de toucher un nombre satisfaisant de pages sur l’ambiance sonore de la licence, puis sur les œuvres annexes (dont l’abominable Silent Hill : Revelation 3D) et les humbles héritiers, Bienvenue à Silent Hill : voyage au cœur de l’Enfer se termine dans une conclusion à la fois vibrante et un peu nostalgique. Car s’il est malheureusement joué que la licence est quasiment morte et enterrée (à moins d’un sursaut improbable de Konami), il faut aussi digérer le fait que Silent Hill est le genre d’œuvre qui demande une telle implication qu’elle ne pourra, de toute manière, retrouver un public qu’en simplifiant au maximum ses codes. C’est là une constatation d’une tristesse infinie, tant Bienvenue à Silent Hill : voyage au cœur de l’Enfer démontre, au contraire, la richesse de traitement dont ont fait l’objet les épisodes canoniques. Un livre à se procurer sans hésiter donc, tant il est à la hauteur des espérances que l’on pouvait y placer.

Bienvenue à Silent Hill : voyage au cœur de l’Enfer, un livre écrit par Bruno Provezza et Damien Mecheri. Aux éditions Third Editions, 295 pages, 19.90 euros. Sortie le 22 septembre 2016.

Bienvenue à Silent Hill : voyage au cœur de l’Enfer est aussi disponible aussi en version « First Print« , comprenant notamment une lithographie signée Jordan Grimmer.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *