[Critique] Wonderland – Jennifer Hillier

Caractéristiques

  • Traducteur : Claire Desserrey
  • Auteur : Jennifer Hillier
  • Editeur : Hugo Thriller
  • Date de sortie en librairies : 3 novembre 2016
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 356 pages
  • Prix : 19,95€
  • Acheter : Cliquez ici

Un thriller classique et effrayant

En cette période estivale, les parcs d’attraction sont l’une des destinations privilégiées par les vacanciers, ou tout simplement les personnes qui ont envie de profiter des températures (plus ou moins) agréables pour s’amuser. Grand huit, bateau pirate, train fantôme, les occasions y sont nombreuses pour passer du bon temps. Ça, c’est la journée. Mais imaginez les mêmes lieux en pleine nuit, et vous aurez sans doute le frisson. Que se passe-t’il, dans le petit train de la mine ? Un peu sur le même modèle que celui des clowns, on a tendance à imaginer que ce qui peut faire rire cache un côté sombre terrifiant, et le cinéma de genre l’a bien compris. Mondwest, par exemple, tire sa force de sa situation. Jennifer Hillier a sûrement tiré ce constat, quand elle s’est lancée dans l’écriture du livre qui nous intéresse ici, Wonderland

Vanessa Castro pensait avoir fait le choix de la tranquillité en rejoignant les forces de police de Seaside, sur la côte ouest des États-Unis. Mais quand des employés du parc d’attraction qui fait la fierté de la ville, Wonderland, disparaissent les uns après les autres, elle comprend que le parc est loin d’avoir livré tous ses secrets. Et qu’elle a peut-être jeté sa propre famille dans un piège diabolique. Car à Wonderland, les attractions peuvent être véritablement mortelles.

Une intrigue qui sait jouer avec les certitudes du lecteur

La première force de Wonderland, c’est sans aucun doute son personnage principal. Ce dernier est l’exemple du protagoniste proche de nous, tout à fait crédible dans sa construction et son cheminement. Vanessa, qui officiait à Seatle, a décidé de changer de vie quand son mari, militaire, est mort à la suite d’un syndrome post-traumatique extrêmement intense. Alors, la femme, et ses deux enfants (dont l’un des deux va prendre une certaine ampleur), prennent la route pour une contrée qu’ils espèrent plus paisible. Il s’agit là d’une caractérisation certes d’un classicisme absolu, mais qui fonctionne sans accrocs. On s’attache vite à cette femme, d’autant plus quand elle va rencontrer l’autre personnage marquant de l’histoire, qui n’est autre que le parc d’attraction en lui-même. C’est simple, Jennifer Hillier semble l’avoir visité, tant elle le rend plausible à la lecture, et c’est un atout quand les événements violents surviennent.

L’atmosphère de Wonderland ne tarde pas à devenir anxiogène, et les codes du thriller sont plutôt bien maîtrisés dans l’ensemble. La découverte du premier cadavre, un sans domicile fixe découpé odieusement, sonne le début d’une enquête qui multiplie habilement les pistes, suspects, mais aussi les culs-de sac. L’auteure a clairement lu beaucoup de thriller, et cela se sent dans sa façon d’éviter de trop tirer sur les cordes. Dès lors, comme l’intrigue ne nous perd pas, ce roman se lit à grande vitesse, multiplie les rebondissements et rythme bien les mises en doute des certitudes du lecteur. Aussi, sans en dire plus bien entendu : la fin est réussie, et l’on est sûr que vous ne verrez rien venir.  Alors certes, le tout manque sans aucun doute d’un surplus d’âme, Jennifer Hillier reste peut-être un peu trop dans sa zone de confort. On aurait apprécié encore plus de dureté dans les moments chocs, par exemple. Mais, malgré les quelques retenues que l’on peut poser, Wonderland est un thriller qui se lira idéalement pendant vos vacances, en fin de soirée, quand la nuit tombe…

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *