article coup de coeur

[Critique] Aliénés – Fabrice Papillon

Caractéristiques

  • Auteur : Fabrice Papillon
  • Editeur : Plon
  • Date de sortie en librairies : 14 octobre 2021
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 512
  • Prix : 20,90 euros
  • Acheter : Cliquez ici
  • Note : 8/10

Aliénés est le troisième roman de Fabrice Papillon et le premier de l’auteur publié aux éditions Plon. Ce thriller palpitant au pitch aussi intrigant qu’improbable nous a captivés jusqu’à la dernière page. Alliant suspense et humour, il est aussi l’occasion pour l’auteur d’intégrer sa formation de journalistique scientifique spécialisé dans la vulgarisation à un récit ambitieux mené de main de maître.

Un thriller efficace flirtant avec la SF et l’ésotérisme

Le point de départ ? En 2022, alors que le monde est choqué par le tout premier meurtre dans l’espace, un chercheur américain est retrouvé éviscéré dans les entrailles de la Croix-Rousse à Lyon, dans les mystérieuses arêtes de poissons, ces souterrains entourés de légendes depuis leur découverte. Ces deux morts seraient-elles liées ? Le commandant de la PJ Louise Vernay va mener l’enquête entre Lyon et la Californie en compagnie d’un séduisant astronaute britannique. Présence extraterrestre, virus inédit ou explication mystique : l’enquêtrice lyonnaise va devoir naviguer entre sciences, ésotérisme et faux semblants pour pouvoir démêler les fils de cette curieuse affaire…

Un polar français avec une héroïne brute de décoffrage, une intrigue flirtant avec la science-fiction et l’ésotérisme tout en mêlant des théories scientifiques dans un monde à peine remis du coronavirus… Les ingrédients du roman de François Papillon sont audacieux et titillent notre curiosité à la lecture du quart de couverture. S’ils suscitent tout d’abord une certaine méfiance (le point de départ n’est-il pas un peu tiré par les cheveux ?), on rentre très vite dans ce thriller singulier écrit avec générosité et un enthousiasme manifeste, dont la construction imparable en fait un véritable page-turner.

Un récit qui s’appuie sur une dimension scientifique passionnante

Il faut dire que Fabrice Papillon est un journaliste scientifique de formation, déjà auteur de huit ouvrages de vulgarisation scientifique et producteur de documentaires. Ses sujets de travail portent sur des domaines aussi variés que le clonage (Copies conformes), la médecine (Erreurs médicales, Le ventre : notre deuxième cerveau, La planète obèse), la biologie (Et l’homme créa la vie, Le secret de la salamandre) ou encore les OVNIS (le documentaire OVNIS, une affaire d’Etats). ll n’est donc pas étonnant qu’il ait imaginé une intrigue où biologie, médecine et possibilités d’une vie extraterrestre se percutent.

Surtout, cette formation lui permet de dérouler des théories scientifiques vraisemblables. Tout au long des 500 pages du roman, on retrouve donc régulièrement des éléments de vulgarisation scientifique (présentés notamment par des personnages d’astronautes et de chercheurs) qui sont véritablement mis au service de l’intrigue. Cela est suffisamment rare pour être souligné puisque de nombreux romans du genre ont tendance à tomber dans un style “Wikipedia” plat et académique lors de ce type de passages.

Une dimension pédagogique intéressante et équilibrée

Louise Vernay aura également l’occasion de visiter de nombreuses institutions lors de son enquête, d’Interpol à Lyon jusqu’aux locaux de Google et de Tesla, en passant par le SETI aux Etats-Unis. Là encore, chaque lieu est introduit avec des éléments réels, ce qui permet au lecteur de perfectionner sa culture tout en l’immergeant dans l’intrigue. Ces passages sont d’autant plus justifiés que les différents acteurs en présence ont tous un rôle à jouer dans la résolution du mystère.

Cette dimension pédagogique se retrouve aussi dans la manière dont l’auteur met en valeur la culture lyonnaise tout au long du thriller. Fabrice Papillon est lui-même Lyonnais, et on sent qu’il a voulu mettre en avant tout le potentiel dramaturgique de la ville à travers Aliénés, autant dans la caractérisation de son héroïne et de son adjoint à l’argot d’un autre temps que dans la description de la ville et la mise en scène de lieux-clés : le parc de la Tête d’Or, Interpol, les arêtes de poissons, les complexes scientifiques et militaires classés défense… Le résultat est aussi réussi que rafraîchissant et on retiendra par la même occasion quelques expressions bien senties, souvent oubliées de la plupart des Lyonnais.

Louise Vernay, une héroïne marquante : une nouvelle série ?

Le commandant de la PJ de Lyon Louise Vernay est une héroïne particulièrement marquante et attachante avec son caractère bien trempé, si bien qu’on la verrait bien héroïne d’une série de polars à part entière. Les autres personnages n’ont pas tous la même importance et ne bénéficient donc pas tous d’un traitement aussi approfondi, mais parmi eux, l’astronaume jésuite italien Federico Lupo est particulièrement fascinant.

Erudit à la culture impressionnante et religieux à la moralité et aux motivations ambiguës, il apporte une dimension ésotérique à Aliénés qui n’est finalement pas aussi paradoxale que ça quand on touche aux mystères de l’univers et de la vie.

Pandémie, croyances et peurs collectives : quand le monde déraille…

On sent d’ailleurs poindre de-ci de-là une certaine communauté d’esprit avec le défunt astrophysicien Carl Sagan, auteur de l’essai Cosmos et du superbe roman de SF métaphysique Contact (adapté en 1997 au cinéma par Robert Zemeckis), notamment lorsque l’intrigue mène Louise Vernay et l’astronaute Ethan Miller sur les traces du SETI situé aux portes du désert à Mountain View, à quelques encâblures des sièges de Google, Amazon et Tesla. Carl Sagan, disparu en 1986, était l’un des fondateurs de cet organisme créé en 1984 pour chercher le signal d’une vie extraterrestre parmi les ondes en provenance de l’espace.

Cependant, époque de pandémie et de repli oblige, la résolution de l’intrigue (que nous vous laissons découvrir) sera bien plus pessimiste que celle de Contact, roman humaniste par excellence porté par la croyance de Sagan que nous sommes tous des “poussières d’étoiles” malgré les conflits liés à la politique et à la religion.

Certains lecteurs pourront d’ailleurs peut-être reprocher à l’explication finale (parfaitement amenée de sorte à ce que tous les éléments s’emboîtent) de jouer sur certaines peurs et croyances actuelles en cette ère de pandémie mondiale. Il ne faut cependant pas prendre cette résolution au pied de la lettre comme étant le message porté par l’auteur, qui se situe justement du côté de ses personnages ô combien humains et confrontés à une situation alarmante.

Notre sentiment est plutôt que le roman jouant en partie sur une dimension de SF en anticipant ce qu’il pourrait se passer dans un futur très proche, Fabrice Papillon s’est saisi du genre pour exorciser des peurs collectives. Après tout, le fantastique et la SF (sans oublier le polar) ont souvent ausculté l’inconscient d’une époque en donnant vie à nos pires cauchemars. Il en est finalement de même ici dans cet Aliénés où la pire menace ne vient sans doute pas tant de l’espace ou d’un virus invisible que de la propension de l’homme à s’autosaboter au cours de sa quête pour un profit et un pouvoir toujours plus grands.

Le roman interroge aussi la recherche scientifique et la volonté de l’homme d’accéder à une connaissance toujours plus grande, avec toutes les implications humaines mais aussi philosophiques et métaphysiques que cela sous-entend.

Au final, la grande qualité d’Aliénés est de mêler de grands sujets qui pourraient être intimidants au sein d’un thriller palpitant et accessible (avec également de bonnes touches d’humour) mené tambours battants du début à la fin. Une très belle surprise. On espère vivement retrouver le commandant Vernay pour de nouvelles aventures…

Cet article a été écrit par , qui a publié 1007 articles sur le site.

Cécile Desbrun est une journaliste culturelle spécialisée dans le cinéma, la musique et l'image de la femme dans la culture. Elle créée Culturellement Vôtre en 2009 et écrit parallèlement pour plusieurs publications en ligne. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'oeuvre de David Lynch et est la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.