[Critique] Alex + Ada T2 – Jonathan Luna, Sarah Vaughn

Caractéristiques

  • Traducteur : Arthur Clare
  • Auteur : Jonathan Luna, Sarah Vaughn
  • Editeur : Delcourt
  • Collection : Contrebande
  • Date de sortie en librairies : 5 juillet 2017
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 128
  • Prix : 15,50€
  • Acheter : Cliquez ici

L’amour impossible au centre d’un comics posé et intelligent

On a trop longtemps résumé la culture comics aux seuls super héros, sorte d’avatars plus ou moins grandiloquents de sujets typiquement américains. Non, la bande dessinée venue des États-Unis, ce n’est que qu’un concours de collants et de super-pouvoirs parfois un peu crétins (mais si, avouez-le), même si certains personnages peuvent sortir le concept d’une certaine complaisance (on vous parlait de Wonder Woman il y a peu). Le comics, c’est aussi de l’horreur, du thriller, des comédies et même des sujets sociétaux. La découverte d’Alex + Ada Tome 1, voilà quelques mois, s’inscrivait dans une optique d’élargissement des possibles, avec un récit entre la science fiction, la romance, et le drame intimiste. Voilà que le tome 2 est désormais disponible, et qu’il réussit à prolonger les bonnes impressions laissées par le volume initial.

Alex + Ada Tome 2 prend la suite directe des événements précédemment décrits. Après avoir accueilli Ada chez lui, Alex se rend compte que l’androïde prend une place qu’il n’imaginait pas… Il choisit de la « déverrouiller » afin qu’elle développe au mieux le potentiel qu’il perçoit en elle. Plus Alex et Ada passent de temps ensemble, plus ils se rapprochent, même si des questions les taraudent tous les deux quant à leur place dans ce monde.

Alex + Ada Tome 2 approfondi une problématique passionnante, qui utilise sciemment le genre, ici la science fiction, afin de mieux nous confronter à certains paradoxes humains. Alors qu’elle a été libéré de son programme d’asservissement, Ada se doit de porter un masque, symboliquement, afin de ne pas trahir sa nouvelle condition. En effet, suite à une catastrophe industrielle, les androïdes de compagnie sont mal vus par la population, qui ne tolère leur présence qu’en échange de capacités très bridées. Certains pourront faire un parallèle rapide avec le féminisme, mais ce serait diminuer l’impact de ce conflit. En effet, on perçoit plutôt une critique de notre société du paraître, et un constat sur les histoires d’amour parfois honteusement difficiles à assumer.

Un scénario qui nous happe, mais des dessins un peu froids

Le scénario d’Alex + Ada Tome 2 est toujours co-signé par Jonathan Luna (The Sword, Star Bright And The Looking Glass) et Sarah Vaughn (Eternal Empire), et l’ambiance nous happe toujours autant. Le rythme est posé, et il est possible que certains lecteurs le reproche à l’œuvre. Il est vrai que les dialogues prennent une place importante, mais on trouve leur écriture loin d’être lourde, et beaucoup de moments cruciaux se doivent d’être décrits avec un certain calme. Ce qui n’interdit pas au récit quelques moments plus énergiques, comme la fugue d’Ada qui, sans nous couper le souffle, contient un moment de tension assez fort pour être remarqué.

Le dessin est peut-être l’élément le plus sujet à discussion. Signées Jonathan Luna, les illustrations soulignent un peu trop l’aspect froid de l’ensemble. Les visages sont parfois un peu sec, aussi, et globalement le mouvement manque d’allant, de tranchant. Les planches sont de facture très classique, n’espérez en aucun cas du remous dans les plans, ni dans la mise en scène. Même la typographie semble marquée par cette volonté de coller à la tonalité du scénario. C’est parfois un peu pesant, et la description très limitée de l’univers n’arrange pas les choses. Malgré ces retenues, Alex + Ada Tome 2 emprunte un chemin si différent qu’on ne peut que le conseiller à qui voudrait découvrir un comics moins porté sur l’action, mais très juste dans le fond.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *