[Critique] Alex + Ada T3 – Jonathan Luna, Sarah Vaughn

Caractéristiques

  • Auteur : Jonathan Luna, Sarah Vaughn
  • Editeur : Delcourt
  • Collection : Contrebande
  • Date de sortie en librairies : 7 février 2018
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 128
  • Prix : 15,50€
  • Acheter : Cliquez ici

Une conclusion qui accélère le rythme

Troisième et dernier tome pour la série de Alex + Ada, parue intégralement aux éditions Delcourt. Il est assez fréquent que des auteurs se réclament de l’œuvre de Philip K. Dick, mais il faut bien signaler que ce comics ne peut pas passer outre cette grande référence. Avec son sujet qui sonde tout autant l’espèce humaine que la possibilité d’une intelligence artificielle perfectionnée, avec tous les questionnements qui accompagnent un tel phénomène, on est effectivement en plein dans les thèmes de l’auteur du Maître du Haut Château. Seulement voilà, on ressentait aussi un besoin d’exprimer un fond amoureux qui, lui, se tourne plus vers Blade Runner 2049, ce qui n’est pas spécialement une bonne chose. Alors, ce final, arrive-t-il à se défaire de cette sensation un peu étrange ?

Rappelons qu’Alex + Ada raconte l’histoire des deux personnages du même nom. Un jour, le premier reçoit un X5, le dernier cri de l’intelligence artificielle, un cadeau de sa grand-mère qui désespérait de voir son petit-fils s’enfoncer dans la solitude. L’arrivée d’Ada, au sein de son quotidien un peu morose va, petit à petit, bouleverser bien des choses, et il se fait de plus en plus évident que l’androïde est bien plus qu’un simple robot. Dès lors, le jeune homme veut la délivrer : malgré les lois très strictes sur l’IA, suite à des accidents très graves, il la déverrouille, ce qui lui permet de réfléchir par elle-même. Seulement, cet acte ne restera pas sans conséquences pour tout le monde : le couple, son entourage et la société.

Des bonnes choses, mais une toute fin trop prévisible

Alex + Ada Tome 3 marque un grand coup d’accélération, après deux volumes qui prenaient le temps d’installer tous les éléments. C’est, donc, l’occasion d’un rythme plus élevé, et pas certain que les auteurs maitrisent assez les événements. Si tout reste logique, un peu trop pour créer une quelconque surprise, c’est surtout la manière dont s’emboite les événements, au sein du récit, qui nous pose un petit problème. Il est difficile de vous le démontrer par le mot, au risque de spoiler, mais on a notamment l’impression que l’écriture des protagonistes se plie avant tout au cheminement. Cela manque d’équilibre, mais aussi de naturel, comme dans cette ultime ellipse très peu crédible, et c’est un authentique souci quand le sujet de l’œuvre est, justement, le rapport au vrai.

Mais soyons justes : Alex + Ada Tome 3 est une conclusion qui fonctionne. Pas autant qu’espéré, mais c’est le cas. On déniche toujours ces thèmes actuels, peut-être même de manière trop évidente. Derrière le réveil d’Ada, on peut placer celui des femmes, de leur droit à la liberté d’agir, de voter, de réfléchir. Et ce n’est jamais un mal que de mettre en avant cette avancée, d’autant plus qu’on évite la singularité « féministe aux cheveux verts » issue des réseaux sociaux et autres facs, totalement contre-productive. D’ailleurs, preuve que Jonathan Luna et Sarah Vaughn parviennent à capter une matière importante, contrairement à Blade Runner 2049, on ressent une incontestable crainte quand Ada est, fatalement, à la merci d’un grand danger. Voilà la preuve de la sincérité globale, il est seulement dommage que la toute fin ne soit pas à la hauteur, en se vautrant dans un happy end trop pressenti. Reste une série qui gagne à être lue, s’avérant, sans ses meilleurs passages, plus fine qu’il n’y paraît.

Retrouvez aussi nos deux critiques des volumes précédents : Alex + Ada Tome 1 et Tome 2.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *