[Critique] L’Iliade Tome 2 – Bruneau, Taranzano, Ferry

Caractéristiques

  • Auteur : Clotilde Bruneau, Pierre Taranzano, Luc Ferry
  • Editeur : Glénat
  • Collection : La Sagesse des Mythes
  • Date de sortie en librairies : 13 septembre 2017
  • Format numérique disponible : Oui (8,99€)
  • Nombre de pages : 56
  • Prix : 14,50€
  • Acheter : Cliquez ici

Pas le talon d’Achille de cette collection

image glenat l'iliade tome 2

Après Antigone, La Naissance des Dieux et L’odyssée T1 : la colère de Poséidon, on aborde un autre album de l’anthologie La Sagesse des Mythes. Rappelons qu’il s’agit d’une collection qui revient sur la mythologie grecque, avec comme spécificité que chaque ouvrage, paru aux éditions Glénat, est accompagné d’une intervention écrite de Luc Ferry, ancien professeur de philosophie et Ministre de l’Éducation Nationale. Après un premier tome sous-titré La Pomme de la Discorde, le mythe de L’Iliade revient, avec un second tome central.

L’Iliade Tome 2 débute après un premier volume qui plaçait les éléments stratégiques. Pour mettre un terme aux combats qui s’éternisent, grecs et troyens décident d’envoyer chacun leur champion respectif : Ajax et Hector. Mais les deux héros, de force égale, n’arrivent pas à se départager. L’issue de la guerre de Troie semble bien incertaine, surtout qu’Achille refuse toujours d’aller se battre… et que les dieux n’ont pas fini de venir y régler leurs querelles personnelles.

On débute de suite par un élément positif, L’Iliade Tome 2 : La Guerre des Dieux résume les événements précédents via un petit texte. Bon, on aurait préféré un concentré imagé, mais cela aurait rogné, de facto, le nombre de pages, et celles-ci sont précieuses dans ce volume. Bref, on débute cet opus en ayant en tête les problématiques, même si l’histoire ici développée est parmi les plus riches de la mythologie grecque. On ne peut que féliciter l’auteure Clotilde Bruneau, qui réussit à se sortir de quelques pièges pourtant assez tendus. Tout d’abord, elle réussit à rendre le souffle épique de ce récit assez palpable. Les combats à grande échelle sont raccourcis à leur plus nécessaire propos, au profit des interventions divines, ce qui ne peut que se faire logique avec le but de cette collection.

Les dieux au centre des débats

L’Iliade Tome 2 met le focus sur l’intervention de Héra, femme de Zeus donc reine des dieux, qui ourdit un plan finaud mais, au final, à double tranchant. C’est cette guerre entre les déités qui nous marque, tant on a l’impression de deux camps qui jouent à un simple jeu de société. Entre les deux clans divins, les coups tactiques sont sans pitié, et la situation évolue quand Zeus se rend compte qu’il a été dupé. Sur le terrain, Achille imprime un rythme dont il est le seul garant. Sa volonté de ne pas participé aux joutes, tant il a la rancœur tenace (ce qui peut se justifier), va le mener aux devants d’un grand drame, qui va changer sa vie. Plongeant dans une rage sans fin, le voilà surmotivé, et les effets de cette colère se vivront dans le tome précédent.

L’Iliade Tome 2 : La Guerre des Dieux se termine par quelques pages signées Luc Ferry. On y aborde le destin de certains personnages issus de ce mythe, mais aussi une problématique liée au grand mystère qu’est la mort. Comme pour l’ensemble de cette collection, ce texte philosophique est d’un niveau lycéen, voire universitaire, il faut donc une petite formation pour bien capter le propos. Enfin, le dessin, signé Pierre Taranzano (Les Portes de Shamballah), est assez intéressant dans son mélange de réalisme et de romantisme. Les corps sont tous très beaux, seules certaines expressions paraissent un peu surlignées. On note aussi une réjouissante tendance à rendre compte de la violence des combats, avec quelques cases assez sanglantes. Le tout dans une édition sérieuse en tous points.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *