[Critique] Havrefer Tome 3 – Richard Ford

Caractéristiques

  • Titre complet : Havrefer Tome 3 : Le seigneur des cendres
  • Auteur : Richard Ford
  • Editeur : Milady
  • Date de sortie en librairies : 22 septembre 2017
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 576
  • Prix : 9,20€
  • Acheter : Cliquez ici

Une conclusion baignée dans la sueur, les larmes et le sang

On retrouve l’univers très sombre de Havrefer, avec un troisième tome sous-titré Le seigneur des cendres, récemment sorti au format poche chez Milady. Après deux premiers tomes (dont vous retrouvez les critiques ici et ) très axés sur la montée en tension, il fallait bien que tout explose, lors d’un final attendu au tournant. Si l’on n’abordera pas, ou le moins possible, les événements des volumes précédents, afin de vous réserver l’entière surprise de la découverte, sachez cependant que l’on se trouve là face à une trilogie assez typique de la fantasy à l’ascendance dark, certes imparfaite mais remplie de qualités qui en font une série intéressante comme porte d’entrée vers ce sous-genre.

La reine de Havrefer est parvenue à affirmer son pouvoir. Brandissant l’épée de son père, elle incarne dorénavant la résistance de la cité contre la terrifiante menace du seigneur de guerre Amon Tugha et de son armée. La bataille sans merci qui est sur le point de s’engager va décider du destin des États Libres. Mais alors que l’enfer de la guerre déferle sur les murailles, personne n’est à l’abri des trahisons et de la magie noire qui se préparent à frapper depuis le cœur même de la cité.

Après bien des aventures, de différentes dimensions, voilà que se déclenche ce qu’un certain clan politique appelle, dans leurs chants débridés, la lutte finale. Si l’on retrouve bien évidemment les personnages en vue dans les précédents tomes, Havrefer Tome 3 ne peut cacher ce qu’il est profondément : un volume fait de sueur, de larmes et de sang. On fait face à une conclusion guerrière assez fascinante, qui ne ménage pas le lecteur, quand bien même celui-ci n’aurait jamais lu de récit dark fantasy. Les conflits se succèdent, et Richard Ford ne prend que (très) peu de temps pour la reprise de souffle. Pas le temps de niaiser, le lecteur est sensé connaître les tenants, et ici ce sont les aboutissants qui sont en première ligne.

Une saga très (parfois trop) généreuse

Dans ce grand duel sans pitié, à l’issue que l’on sent bien dramatique de par les forces en présence, très déséquilibrées, l’auteur fait preuve d’un certain style, faisant la place nette aux points de vue. On pourra regretter le nombre de ceux-ci, vraiment nombreux, ce qui aura tendance à parfois ralentir la bonne spatialisation, au sein d’un récit pourtant clair comme de l’eau de roche. Mais si la quantité est élevée, ce qui provoque un peu de déchet (Khaira est clairement une déception, par exemple), on notera, avec délice, que Havrefer Tome 3 fait intervenir le camp ennemi. On se retrouve projeté parmi celui-ci, pour l’un des segments les plus mémorables de la série.

Havrefer Tome 3 est clairement un tome généreux. Les antagonistes se multiplient, mais aussi le champ des possibles. Ainsi, le lecteur doit savoir que les différentes conclusion s’offrent à lui comme de multiples éventualités, qui seront utilisées dans d’autres œuvres. Enfin, si Richard Ford a la bonne idée d’utiliser les ouvertures qu’il créé sciemment. D’ailleurs, l’auteur, malgré quelques petites failles, devient l’un de ceux qui nous suivrons, à l’avenir.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *