article coup de coeur

[Critique] La Révolution française expliquée en images

Caractéristiques

  • Titre complet : La Révolution française expliquée en images
  • Auteur : Sophie Wahnich
  • Editeur : Editions du Seuil
  • Date de sortie en librairies : 2019
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 160
  • Prix : 29
  • Acheter : Cliquez ici

La Révolution française expliquée en images est construit comme une discussion entre Sophie Wahnich, directrice de recherche au CNRS, et ses enfants. L’auteure propose au fil de ses réponses une synthèse de ses propres recherches (publiée dans plusieurs ouvrages, notamment La Révolution française n’est pas un mythe en 2017) et de ses confrères. Bien que la construction en forme de dialogue favorise les basculements d’un sujet à un autre et ainsi menace de nuire à la lisibilité du récit, il n’en est rien tant Sophie Wahnich maîtrise son discours, étayant son argumentation progressivement.

Comme le dit le titre, c’est une histoire de la Révolution en images, ces images qui ont joué un rôle si important dans la propagation des idées révolutionnaires ou réactionnaires puis dans le développement du mythe (aux formes multiples) qu’est devenu la Révolution française. L’iconographie de l’ouvrage est donc particulièrement travaillée par Sophie Wahnich qui éclaire par ses commentaires ces images trop vues ou inconnues, le plus souvent reproduites en pleine page grâce au beau travail de mise en page et d’impression des Éditions du Seuil (cliquez ici pour feuilleter le livre).

Par les images, repenser la Révolution française

Tout le travail de l’historienne est non seulement de démêler l’enchaînement des faits historiques et de leurs rapports avec les systèmes de pensée en cours, mais aussi de dévoiler ce qui est devenu un mythe. Car si tous les Français connaissent la prise de la Bastille et les Sans-Culottes, Louis XVI et Marie-Antoinette, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, la Terreur et sa guillotine sanglante, ainsi que quelques figures perçues comme martyrs ou bourreaux telles que Marat, Robespierre ou Danton, tout ceci demeure pour une large partie de la population une collection d’images ancrées dans les esprits au cours des séances de cours d’Histoire, des commémorations et des films (jusqu’à, récemment, Les Visiteurs et la Révolution).

Or, l’Histoire racontée à l’école du temps de l’enfance ou de l’adolescence est le produit de son temps et de partis-pris (les programmes et leurs interprétations par les manuels et les enseignants). En témoigne la figure controversée de Robespierre, souvent caricaturé comme un boucher assoiffé de sang dont la Terreur aurait été arrêtée grâce à son exécution, tandis qu’il allait devenir dictateur. Or, comme l’explique Sophie Wahnich, la responsabilité de Robespierre sous la Terreur ne fut pas absolue et sans équivoque, bien au contraire : de Robespierre, nous conservons encore l’image construite par les partisans d’une Convention dévolue aux intérêts des possédants, souhaitant conserver de la Révolution les seuls acquis ayant permis de libérer la bourgeoisie de ses entraves.

Raconter la Révolution et la construction de son mythe

La Révolution française expliquée en images revient ainsi sur les images fortes qui se sont imprimées puissamment en nous au point de nous faire oublier leur sens, un sens auquel nous n’avions peut-être jamais accédé. Sophie Wahnich nous invite à penser que nous n’avons rien appris de la Révolution française, ou plutôt, comme ses enfants qui l’interrogent, nous n’avons fait qu’apprendre un mythe.

Or, il faut comprendre sa construction pour mieux penser notre système institutionnel et les principes républicains qui en découlent, ainsi que l’espérance démocratique et républicaine. Dans son avant-propos, Sophie Wahnich expose ainsi les raisons de la nécessité d’une vulgarisation historique rigoureuse au sujet de la Révolution française, notamment pour éviter que les symboles révolutionnaires, devenus « équivoques », ne soient réduits « à servir de signalétique identitaire » (p. 9).

Après cet avant-propos, le livre est structuré en quatre parties et un élargissement, « Sillages révolutionnaires » :

  • Dans la première partie, « Comment naît une révolution ? », Sophie Wahnich expose les conditions exceptionnelles qui, réunies, ont permis à la Révolution française d’émerger et d’aboutir.
  • Dans la deuxième partie, « 1789, la métamorphose du souverain ; tiers état, nation, peuple », l’auteure raconte la construction progressive d’une nation française dont le double centre est la représentation du peuple et le roi.
  • Dans « La course d’obstacle révolutionnaire, 1790-1792 », troisième partie, Sophie Wahnich évoque les acquis et les conflits de la première République.
  • Très attendue, la quatrième partie « Insurrection, vengeance, terreur » aborde la période très controversée de la lutte contre les forces ou individus considérés comme contre-révolutionnaires, et notamment la guerre de Vendée.

La lecture de chacune de ces parties est passionnante et très fluide. L’auteure relie avec brio les actes des individus et ceux de la foule ; les conditions socio-culturelles, politiques et climatiques avec les évènements qui en ont émergés ; l’histoire des principes et des institutions ; les espérances des uns (les différentes composantes du Tiers-État, les femmes, les esclaves, les métis…) et les réactions des autres (noblesse anti-démocratique, partie conservatrice du clergé, capitalistes adeptes de la libération totale du commerce et de l’esclavage…).

Au terme de cet ouvrage, le grand public possède indéniablement une vision beaucoup plus nuancée et précise de la Révolution française ; en témoigne notamment l’analyse des composantes du Tiers-État, aux espérances de plus en plus divergentes, ainsi que de la position ambiguë du roi Louis XVI. Sophie Wahnich étant en revanche bien muette en ce qui concerne la reine Marie-Antoinette, son livre n’offre guère d’éclairage sur sa personnalité et son rôle dans le déroulement des évènements.

De 1789 aux Gilets Jaunes

« Sillages révolutionnaires » synthétise pour terminer la transformation des faits historiques en mythe(s) républicain(s) au cours du XIXe siècle, évoque les changements de perception de cette période et son impact sur les tentatives de révolution suivantes, de 1830 aux Gilets Jaunes d’aujourd’hui. L’auteur achève ainsi son récit de l’impact de la Révolution française sur les esprits et les institutions, récit qui est toujours celui de son instrumentalisation à des fins politiques, depuis le 14 juillet 1790 jusqu’à aujourd’hui.

Certes, il est possible de considérer que Sophie Wahnich « surfe » sur l’actualité et invite à penser les Gilets Jaunes comme des Sans-Culottes d’aujourd’hui, mais la lecture de son ouvrage révèle que l’historienne ne sort pas de sa fonction en expliquant les raisons de l’invocation de la Révolution et de ses symboles par les manifestants actuels. Ce sont eux, en effet, qui usent des images du mythe révolutionnaire et il est du rôle de l’historien-ne d’interroger la pertinence de ces usages en dissociant les faits historiques de leurs réceptions passées et présentes, ainsi que de ses symboles (drapeau rouge ou tricolore, bonnet phrygien…) pliés aux désirs des idéologues.

Il faut parvenir à se détacher du mythe fondateur, faire plusieurs pas de côté pour comprendre les faits historiques, tenter de retrouver grâce aux archives les conditions ayant permis l’émergence de ce phénomène si singulier, toujours célébré et controversé. Sophie Wahnich y contribue avec passion et nuance. Comme l’écrit l’auteure de La Révolution française expliquée en images dans son avant-propos, « au-delà du mythe et du monument qui redonnent du courage, essayons de voir si l’histoire de la Révolution peut nous aider à déjouer les difficultés de notre temps. Un évènement inachevé comme celui-là peut nous rendre plus intelligents, car ce qui a été vécu, pensé, espéré alors, offre des ressources critiques pour penser ce que nous vivons et espérons aujourd’hui. Ce pas de côté pourrait nous aider à sortir de l’impasse contemporaine. » (p. 9)

Jérémy Zucchi

Jérémy Zucchi

Né en 1986, Jérémy Zucchi écrit et réalise des films documentaires tout en poursuivant l'écriture d'articles et d'essais. Il publie des analyses portant sur le cinéma, les arts visuels et sur la science-fiction.
www.jeremyzucchi.com
Jérémy Zucchi
10/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *