article coup de coeur

[Critique] Encyclopédie du film policier français – Patrick Brion

Caractéristiques

  • Auteur : Patrick Brion
  • Editeur : Editions Télémaque
  • Date de sortie en librairies : 3 décembre 2020
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 575
  • Prix : 63 €
  • Acheter : Cliquez ici

Razzia sur le polar à la française

“Plus que tout autre genre cinématographique, le film policier est parfaitement ancré dans la société de son époque (…), grâce à cela, il ne se démode pas.” C’est avec cette introduction que s’ouvre cette Encyclopédie du film policier français 1910-2020 publiée aux éditions Télémaque.

Après le western, le polar et le film policier américain, Patrick “Monsieur Cinéma de minuit” Brion, revient avec un panorama costaud de ce genre qui accompagne le cinéma français depuis ses débuts ! Spécialiste unanimement reconnu, l’auteur s’adresse aussi bien aux cinéphiles qu’aux curieux grâce à une sélection à la fois riche et approfondie.

Un siècle de regards sur la société française et ses mutations

Depuis 1910, le film policier a croisé la plupart des réalisateurs les plus emblématiques et les plus talentueux tels que Claude Chabrol, Costa-Gavras, Jean Pierre Melville, Henri-Georges Clouzot, Henri Verneuil, Alain Corneau… Mais ce genre s’est intégré dans la filmographie de metteurs en scène peu habitués au polar ; Claude Zidi, Patrice Leconte, les frères Larrieux ou encore Gérard Oury ont ainsi su mettre sur pause la comédie le temps d’un, deux, voire trois films plutôt réussis.

Au fait, c’est quoi un film policier ? Dans le langage courant, une intrigue policière où l’on trouve des gangsters et des flics (ou voyous), suffit complétement pour qualifier un film de policier, chaque auteur apportant ensuite sa touche personnelle. Il y aura donc le thriller, le film criminel, le polar, mais aussi le film à suspense ou le film noir. Cela suffit pour postuler que ce genre peut se définir par un contenu : le film policier serait un film sur l’ordre et le désordre socio-politique.

On parcourt plus d’un siècle de cinéma dans ce livre, mais surtout plus d’un siècle de regards sur la société française dans toute sa diversité : du Corbeau (1943) à À bout de souffle (1960) en passant par Solo (1969), La haine (1995) ou le glaçant Made in France de Nicolas Boukhrief – un groupe de quatre jeunes Français de confession musulmane qui élaborent un projet d’attentats simultanés à Paris – qui devait sortir sur les écrans le 18 novembre 2015 ! La quête de réalisme et de crédibilité demeure un enjeu artistique majeur pour ce genre.

Une chose est certaine : il existe une masse considérable de films policiers français.

Le genre a connu sa gloire jusqu’au milieu des années 80 avec des têtes d’affiches inoubliables : à l’évidence, le duo Belmondo/Delon, mais aussi Yves Montand, Lino Ventura, Claude Brasseur ou de plus jeunes acteurs comme Gérard Lanvin, Bernard Giraudeau ou des actrices telles que Nathalie Baye, Miou-Miou ou Marlène Jobert.

Fin des années 80, le cinéma policier connaitra la crise. La cause ? La télévision sera montrée du doigt. Elle aurait bradé le genre : les séries policières françaises et étrangères se sont multipliées (Navarro, Julie Lescaut, Le Juge est une femme…). Du polar sera débité à la chaîne…de télé, sans lésiner sur les clichés ! Du coup, certains réalisateurs décident de faire une variation autour du genre en décrivant le quotidien d’un commissariat (L.627 de Bertrand Tavernier), la vie familiale d’un policier (Le cousin d’Alain Corneau) ou encore des journées type de criminels (Assassin(s) de Mathieu Kassovitz, Doberman de Jan Kounen).

Les années 2000 ouvriront l’ère de nouveaux réalisateurs qui sauront tourner des films plus réalistes, mais souvent plus violents : Jacques Audiard, Olivier Marchal, Fred Cavayé, Frédéric Schoendoerffer… Des metteurs en scène qui feront appel aux nouvelles têtes d’affiche tels que Gilles Lellouche, Roschdy Zem, Karin Viard, Nicolas Duvauchelle, Leïla Bekhti…

Une sélection d’une vraie richesse, entre classiques et films oubliés

Avec ce nouvel ouvrage, le cador de la critique du cinéma nous fait découvrir au fil des pages les films les plus connus, Ascenseur pour l’échafaud, Le Cercle rouge, Peur sur la ville… Mais comme toute bonne encyclopédie, l’auteur déniche des œuvres de derrière les fagots ! En effet, il ressuscite les premiers pas d’acteurs de Lino Ventura (Touchez pas au grisbi en 1954), Jean Louis Trintignant (La Loi des rues en 1956), on surprend même le tout premier rôle de Jeanne Moreau, dans un drame bourgeois à la Chabrol avant l’heure, aux côtés de… Fernandel dans Meurtres ! de Richard Pottier en 1950.

Plein soleil sur la mémoire encyclopédique du cinéma policier français, à travers ce superbe ouvrage, paru aux éditions Télémaque, où Patrick Brion a rassemblé près de 888 films ! Illustré par 1250 photos et affiches (parfois inédites), chaque titre s’accompagnant d’un résumé (attentions aux éventuels spoilers !), de quelques anecdotes et même parfois des lieux de tournage qui permettront d’aller s’égarer dans quelques bas-fonds des plus célèbres.

Pas de Panique, vous serez en Garde à vue jusqu’à ce que le Jour se lève pour dire la Vérité sur le Casse de Max et les ferrailleurs !

10/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *