article coup de coeur

[Critique] Encyclopédie du Film policier & thriller — Patrick Brion

Caractéristiques

  • Titre complet : Encyclopédie du Film policier & thriller, volume 2 : USA 1961-2018
  • Auteur : Patrick Brion
  • Editeur : Editions Télémaque
  • Date de sortie en librairies : 28 novembre 2019
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 768
  • Prix : 63€
  • Acheter : Cliquez ici

Dirty Harry, Don Corleone, Tony Montana ou encore Mister White ont quelque chose en commun. Ils sont tous réunis dans un superbe ouvrage!

L’Encyclopédie du film policier et thriller américain de 1961 à aujourd’hui (Editions Télémaque) ou l’inventaire de tous ces films de genre dressé par l’historien Patrick Brion, de Blast of Silence de Allen Baron aux Veuves de Steve McQueen. Pas moins de 1300 films en 768 pages à travers lesquelles l’auteur dresse un vaste panorama de ce cinéma ô combien passionnant.

Si certaines de ces oeuvres ont fait l’histoire du 7ème Art américain, la plupart ont largement inspiré les cinéastes du monde entier. Abondamment illustrée, cette encyclopédie consacre les classiques unanimes comme L’Affaire Thomas Crown, Le Parrain, Blow Out, L’Impasse, Le Silence des Agneaux et révèle des chefs d’œuvre plus discrets ou méconnus comme Du silence et des Ombres (1964) pour le tout premier rôle de Robert Duvall ou encore Né pour Vaincre (1971) avec un certain Robert de Niro.

1300 films présentés et analysés par un spécialiste du genre

La terreur hitchcockienne ouvrait les années 60 avec Psychose (attention, ce film figure dans le précédant tome, Encyclopédie du Film Noir 1912-1960). Le cinéma continuait sur sa lancée. Il entama la décennie avec le perturbant The Intruder (1962) de Roger Corman et la termina avec le non moins perturbant premier film de Peter Bogdanovich, Targets (1968).

De 1970 à 1980, les faits divers urbains inondaient les écrans (télé comme cinéma) d’hémoglobine. French Connection (1972) de William Friedkin abordait la drogue, tandis que les films de Sidney Lumet mettaient en avant la corruption qui règne dans les commissariats. On pense évidemment à Serpico (1973). Bien que brutales et cyniques, toutes ces œuvres étaient pour autant des débats de société. D’ailleurs, on pourra distinguer au fil des pages toute une série de mini-genres (la blaxploitation, ou encore le film de vengeance, mené de mains de maître par Charles Bronson).

Les années 80, voyaient débarquer pour le meilleur et pour le pire les “Buddy Movies”, où les (anti) héros n’ont à priori rien en commun, mais doivent s’allier coûte que coûte ; L’Arme Fatale, 48 Heures, Midnight Run, Black Rain… en restent les exemples les plus évidents. Oui, la machine hollywoodienne était en marche. Il fallut attendre le début des années 90 pour découvrir un cinéma violent aussi bien visuellement que psychologiquement, le tout jumelé à une mise en scène totalement inventive. De nouveaux jeunes réalisateurs dont la cinéphilie prend source dans les années 60-70 (David Fincher, Quentin Tarantino, James Gray), lançaient une vague inédite dans le film de genre.

Heureux les lecteurs, anciens ou futurs spectateurs, qui vont pouvoir retrouver ici, commentés, analysés, illustrés, la majorité des films policiers américains. On leur souhaite ensuite de les voir ou revoir avec un plaisir renouvelé. Ce livre aura accompli avec succès sa finalité première : donner envie de se plonger dans les bas-fonds du thriller.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *