[Critique] Une fille dans la foule – Charlotte Bousquet

Caractéristiques

  • Auteur : Charlotte Bousquet
  • Editeur : Flammarion Jeunesse
  • Date de sortie en librairies : 3 février 2021
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 240
  • Prix : 14 €
  • Acheter : Cliquez ici

Un récit engagé et militant

Avec sa couverture sobre et son titre énigmatique, le nouveau roman jeunesse de Charlotte Bousquet sort en ce mois de février aux éditions Flammarion Jeunesse. Philosophe de formation ayant également écrit une thèse sur les mondes imaginaires, l’auteure se montre aussi à l’aise dans le domaine des essais philosophiques que dans le roman fantastique ou jeunesse, avec des thématiques souvent fortes et touchantes. A son palmarès, plusieurs prix littéraires dont le Prix Merlin 2005 pour Les Arcanes de la trahison ou le Prix Gayant Lecture 2016 pour Là où tombent les anges.

De quoi parle alors Une fille dans la foule ? Le roman s’inscrit dans le contexte très particulier des manifestations et grèves lycéennes en soutien au mouvement #youthforclimate lancé par Greta Thunberg en 2019. Roxane, jeune lycéenne qui s’apprête à passer le baccalauréat, participe activement avec ses amis à ces actions. Ils sèchent régulièrement les cours du vendredi pour aller protester contre le réchauffement climatique et l’inaction du gouvernement et de la population. On les voit créer des pancartes, des slogans, participer aux marches ou encore ramasser des déchets dans les parcs municipaux. Malheureusement, lors d’un rassemblement pourtant pacifiste, les forces de l’ordre interviennent et un drame se produit.

Le roman traite donc à la fois de l’éveil de l’engagement citoyen chez ces jeunes lycéens, mais aussi du traumatisme et du sentiment de culpabilité lorsqu’ils se retrouvent confrontés à la violence. Roxane est très marquée par ce qu’elle a vu et éprouve de grandes difficultés à poursuivre la lutte ou à communiquer avec ses amis.

Charlotte Bousquet, elle-même très engagée dans certaines associations humanitaires et écologistes, profite donc de son récit pour sensibiliser le jeune lecteur à ces problématiques, sans pour autant chercher à imposer une idéologie. En parlant également des violences policières et de la déformation que certains médias proposent de l’information, préférant le scandale à la neutralité, elle encourage son public à exercer son esprit critique.

Un roman jeunesse intimiste à la forme atypique

En dehors de ses combats citoyens, Roxane a une grande passion : le dessin, et le roman va lui accorder une place de choix. Avec un tracé noir acéré, Charlotte Bousquet esquisse au travers des pages les tentatives de Roxane de représenter les personnes et les situations qui l’entourent. Suivant l’état d’esprit de l’adolescente, le trait est tantôt précis, tantôt épais et brutal, et la plongée dans l’intériorité du personnage se fait donc également au travers de l’art. La mise en page aérée du livre, présentant en alternance texte et illustrations, facilite la lecture et la rend très accessible pour un public adolescent, qui sera également touché par les thématiques proposées.

Entourée par ses amis Maelys, Lucas et Nadir, Roxane cherche à trouver sa place dans le monde et doit faire face à des choix importants pour son avenir, en cette année cruciale de Terminale.

Le récit est écrit à la première personne et Charlotte Bousquet nous plonge dans l’intimité de la jeune fille, dans son quotidien. On la suit à travers ses journées au lycée ou chez elle avec ses parents et sa petite sœur Juliette. Grâce à une écriture simple mais soignée et précise, l’auteure nous fait ressentir avec justesse les émotions de Roxane. Elle alterne également les références, utilisant aussi bien les codes des nouvelles générations – réseaux sociaux, hashtag – que les renvois à de grands noms de la littérature : Rostand, Giraudoux, Poe ou encore Verlaine sont ainsi convoqués au fil du récit, afin de susciter l’envie chez un jeune lecteur de découvrir leurs écrits.

Un destin individuel à portée universelle

Le titre Une fille dans la foule suggère une forme d’anonymat avec l’usage de l’article indéfini et l’évocation d’une masse indistincte de personnes. Le roman traite en effet d’une adolescente particulière, mais avec une portée universelle : Roxane est en conflit avec ses parents à propos de son orientation future. Elle ne sait pas encore où est sa place, ni ce que l’avenir lui réserve. A travers elle, c’est le portrait de toute une génération que Charlotte Bousquet tente d’esquisser. La plupart des adolescents de cet âge éprouvent les mêmes difficultés face à l’avenir et doivent prendre des décisions très importantes : choix d’études, métier futur… Ils se retrouvent confrontés à la peur de décevoir leurs parents, aux premières amours ou encore aux déceptions amicales.

Roxane est l’adolescente en qui le lecteur pourra se reconnaître, à moins qu’il ne s’identifie davantage à Maelys, l’exaltée, ou à Nadir le pragmatique. Le roman peut alors l’accompagner dans ses questionnements et ses doutes. A la vision assez pessimiste de l’avenir que peut avoir l’adolescent de 2020 face à la crise économique et aux catastrophes écologiques, Charlotte Bousquet oppose un message d’espoir et d’optimisme : malgré les hésitations et le manque de confiance, il est possible de faire preuve d’un grand courage. A l’image de la corneille blessée que Roxane recueille chez elle dans le roman, et que beaucoup considèrent comme un animal indésirable, cette jeune fille dont la famille ne comprend pas les choix s’apprête finalement à les assumer et à quitter définitivement le nid pour prendre son envol.

Une fille dans la foule est donc un très bon roman, intimiste et engagé, à mettre entre les mains de tous les adolescents à partir de 15 ans.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *