[Critique] La Guerre d’Algérie, Chronologie et récits – Billioud, Moumen et Meyer-Bisch

Caractéristiques

  • Titre : La Guerre d'Algérie, Chronologie et récits
  • Auteur : Jean-Michel Billioud (textes), Abderhamen Moumen (consultant historique)
  • Illustrateur(s) : Jérôme Meyer-Bisch
  • Editeur : Gallimard Jeunesse
  • Date de sortie en librairies : 10 février 2022
  • Nombre de pages : 80
  • Prix : 16€
  • Acheter : Cliquez ici
  • Note : 8/10

Les éditions Gallimard Jeunesse viennent de publier un ouvrage consacré à la guerre d’Algérie, destiné aux enfants de plus de 11 ans, aux adolescents, mais aussi aux adultes qui désirent lire une petite synthèse très claire sur ce sujet toujours brûlant. La Guerre d’Algérie, Chronologie et récits est un livre écrit par Jean-Michel Billioud avec l’historien Abderhamen Moumen, illustré avec des parties en bande-dessinée par Jérôme Meyer-Bisch. L’objectif des auteurs est de proposer un ouvrage de référence à destination de la jeunesse, visant à documenter et à raconter en bande dessinée la guerre d’Algérie en relation avec l’histoire de la colonisation. C’est aussi une confrontation des mémoires qu’ils évoquent, qui a longtemps rendu difficile l’écriture d’un récit historique sans parti-pris.

Et pour cause, tandis qu’on fête cette années les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, ce conflit est encore présent dans les mémoires et les blessures peuvent demeurer profondes en Algérie comme en France (où la nature du conflit comme “guerre” n’a été officiellement reconnue qu’en 1999). Alors, ce livre parvient-il à raconter à des enfants et des adolescents ce qui a souvent été non-racontable? Ou obscurci par les émotions vives et les parti-pris idéologiques?

Détail du livre Guerre d'algérie, Chronologie et récits. © Gallimard Jeunesse, 2022.
Détail du livre Guerre d’Algérie, Chronologie et récits, dessin de Jérôme Meyer-Bisch. © Gallimard Jeunesse, 2022.

Comment raconter la colonisation, la guerre et l’indépendance de l’Algérie?

Certains films ont tenté ces dernières années d’évoquer ces blessures. On se souvient comment le film Indigènes (Rachid Bouchareb, 2006) avait ainsi rappelé que les Algériens ayant combattu aux côtés de l’armée de libération de la France ont été privés de leurs pensions de guerre. Ou encore comment L’Ennemi intime (Florent-Emilio Siri, 2009) avait tenté de raconter les tortures, exactions et massacres commis par l’armée française, mais aussi l’engrenage de la terreur dont les soldats français étaient aussi les victimes, rentrant traumatisés chez eux, incapables de raconter ce qu’ils ont vu ou ce qu’ils ont fait. Dernièrement, De nos frères blessés (Hélier Cisterne, 2021) a aussi évoqué l’histoire du seul Français, pied-noir, guillotiné à la suite d’une tentative d’attentat à la bombe (sans victime), un film assez décevant, comme vous pouvez le lire dans la critique de Guillaume Creis.

Vaste projet, donc, de condenser en un petit livre pour la jeunesse tout ce que la guerre d’Algérie évoque et de l’inscrire dans l’histoire globale de la décolonisation. Il s’agit pour les auteurs d’affronter le passé dans le respect des consciences pour mieux se tourner vers l’avenir, d’où l’importance d’avoir adressé ce livre à la jeunesse. Pas de parti-pris, mais des faits éclairés par les recherches historiques les plus récentes, c’est ce que tentent les auteurs de ce livre, que vous pouvez feuilleter ci-dessous :

Textes et bande-dessinée au service de l’Histoire

Né lui-même à Marseille en 1964, Jean-Michel Billioud est historien et auteur de nombreux livres à destination de la jeunesse (il sort en 2022 L’Histoire pas bête chez Bayard), ainsi que des essais et des ouvrages de vulgarisation historique. Il collabore pour ce livre sur la guerre d’Algérie avec Abderhamen Moumen, historien et chercheur associé à TELEMMe (université d’Aix-Marseille Université), qui a fait sa thèse sur les “Rapatriés, pieds-noirs et harkis dans la vallée du Bas-Rhône”. On retrouve en fin de livre un entretien de trois pages avec l’historien. C’est clair et suffisamment concis, mais couvrant semble-t-il les différents aspects de ce sujet vaste et complexe. Alors, bien sûr on peut lister tout ce qui manque, comme la mention de Maurice Papon (le déporteur de Juifs au service de nazis) comme préfet de police de Paris au moment des répressions sanglantes des manifestations pour l’indépendance… Mais il manquera toujours des choses importantes dans un livre aussi bref, sur un tel sujet ! L’important est de proposer un juste panorama du sujet, d’un point de vue historique, au prix de quelques généralités.

On sent aussi que le livre vise à ne pas effrayer les jeunes lectrices et lecteurs (ainsi que leurs parents) : pas de détails sur les tortures, les massacres, les viols, pas d’images horribles. On est loin de l’effet produit par un documentaire tel que L’Ennemi intime (Patrick Rotman, 2002), terrible recueil de témoignages d’anciens soldats français, rendant compte des atrocités des deux armées, qui glace le sang. Bien sûr, en comparaison, La Guerre d’Algérie, Chronologie et récits peut sembler aseptisé, réduisant tout à des faits sur une ligne chronologique et à des dessins en aplats. Aseptisé, vraiment? Non, car le terrible est dit. Pas besoin à ce stade (compte tenu du public auquel il s’adresse), d’en savoir plus.

Deux pages du livre Guerre d'algérie, Chronologie et récits. © Gallimard Jeunesse, 2022.
Deux pages du livre Guerre d’Algérie, Chronologie et récits. © Gallimard Jeunesse, 2022.

Le livre alterne d’une manière fluide et pertinente les parties textuelles et les parties en bande-dessinée, selon une structure qui se répète, mais ne rend pas pour autant le livre ennuyeux. Les parties textuelles prennent la forme d’une frise chronologique ponctuée d’événements, de citations et de courts portraits. Les parties en bande-dessinées servent plutôt à rendre compte des ressentis des différents acteurs, des populations, des soldats de tous camps, ou encore à évoquer des faits quotidiens ou répétés, qui ne peuvent pas être situés sur une frise chronologique. Illustrateur de Lao Tseu ou la voie du dragon (éditions Petits Platons), Jérôme Meyer-Bisch adopte pour ce livre sur la guerre d’Algérie un style “ligne claire” tout en contours noirs et aplats, qui évoque le trait d’Emmanuel Guibert dans la magnifique bande-dessinée Le Photographe (éditions Dupuis, 2003-2006) sur l’intervention de Médecins Sans Frontière au cours de la première guerre en Afghanistan.

Deux pages du livre Guerre d'algérie, Chronologie et récits. © Gallimard Jeunesse, 2022.
Deux pages du livre Guerre d’Algérie, Chronologie et récits. © Gallimard Jeunesse, 2022.

C’est sobre, mais riche en détails, touchant par ses visages aux traits simplifiés, où on lit pourtant les émotions. Cela concourt à faire de ce livre, La Guerre d’Algérie, Chronologie et récits un support très réussi pour étudier ce sujet complexe en classe au collège, notamment, mais aussi pour raconter en famille ce qui a longtemps été trop douloureux (et trop politisé) pour être raconté avec recul et justesse.

Cet article a été écrit par , qui a publié 87 articles sur le site.

Né en 1986, Jérémy Zucchi écrit et réalise des films documentaires tout en poursuivant l'écriture d'articles et d'essais (voir sur son site web). Il publie des analyses portant sur le cinéma et les arts visuels. Il s'intéresse particulièrement au sujet de la représentation et de ses enjeux, ainsi qu'à la science-fiction, en particulier aux œuvres de Philip K. Dick et à leur influence au cinéma. Contact : jeremy.zucchi [@] culturellementvotre.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.