[PIFFF 2016] Notre bilan et le palmarès de cette édition

Notre bilan

image piff 2016

Voilà, c’est fini pour ce PIFFF 2016 (Paris International Fantastic Film Festival), une édition née dans la douleur de moyens limités, et qui pourtant s’est avérée être un passage obligé de la cinéphilie en France. Nous remercions chaleureusement les partenaires de l’événement (Ciné + Frisson,Technicolor, Max Linder Panorama et Mad Movies) qui ont permis qu’il se tienne malgré l’intolérable absence d’aides de la ville de Paris ou de la région. Cette année, le PIFFF s’est arrêté dans l’une des salles les plus renommées de Paris et, comme l’a déclaré Cyril Despontin (Managing Director du festival) lors de la cérémonie d’Ouverture, le Max Linder est le cinéma idéal pour cette aventure au-delà du réel. On y a vécu l’entièreté de la programmation, dans cette salle merveilleuse où l’on a pu savourer les films dans les meilleures conditions, notamment sonores avec une qualité qui ne cessera de nous étonner.

image max linder pifff 2016
Crédits : Romain Devoise

L’Ouverture du PIFFF 2016 justement, elle fut ce qu’on peut appeler une réussite. Le film sélectionné afin de remplir la dure tâche de lancer le festival sur des chapeaux de roue, The Autopsy Of Jane Doe, n’a pas déçu et a même provoqué une bien jolie vague d’applaudissements. Dès le lendemain, le programme se mettait en marche avec des œuvres sélectionnées pour le Prix de l’œil d’Or, toujours remis grâce au vote des festivaliers. Dans l’ordre, nous avons pu voir le très intéressant I Am Not A Serial Killer, le décevant Realive, le dégénéré The Greasy Strangler, le volontaire The Unseen, le fauché mais attachant Prevenge et le ragoûtant K-Shop. Malheureusement, on a loupé Grave et c’est vraiment pas de bol : vous allez voir que le film de Julia Ducournau a tout raflé. Quant à Sam Was Here, nous l’avions déjà vu par le passé, on en a profité pour se reposer un peu et ce même si nous apprécions beaucoup le film de Christophe Deroo.

image photo pifff 2016
Crédits : Romain Devoise

Mais le PIFFF 2016, ce n’est pas seulement des films qui concourent pour un Prix, c’est aussi des œuvres présentées Hors Compétition. Et comme toujours avec ce festival, certains étaient très attendus. Tout d’abord, et il était important pour nous, compte tenu de la passion de notre fondatrice pour ce réalisateur, nous avons pu découvrir le documentaire David Lynch : The Art Of Life, qui revient avec beaucoup de style sur la vie du metteur en scène avant la sortie d’Eraserhead. Ensuite, ce fut le tour du très « stephenchowesque » The Mermaid, qui nous a démontré qu’il méritait son impressionnant succès en Chine. Le très moyen The Priests est apparu comme le seul faux-pas de cette sélection Hors Compétition, tandis que Keeper Of Darkness nous a charmé. Sans oublier une Séance Interdite, à laquelle nous n’avons pas pu assister : 31 de Rob Zombie qui, d’après les échos recueillis, n’a pas fait très bonne impression. Et, cette année, une Séance Jeunesse habitée par le grand classique La Fiancée De Frankenstein.

image mad movies pifff 2016
Crédits : Romain Devoise

Le PIFFF 2016 n’aurait pas eu la même saveur sans les traditionnelles Séances Cultes. Les cinéphiles de bon goût n’ont pas pu passer à côté d’une seule de ces projections, tant le programme concocté par les organisateurs était d’une qualité hors normes. Visez plutôt : Twin Peaks Fire Walk With Me, Prince Des Ténèbres, Hardware et Opéra. Des copies magnifiques (un souffle atteignait tout de même celle d’Opéra), et les deux derniers films cités étaient présentés par leurs réalisateurs : Richard Stanley et son toujours superbe chapeau à plumes, et Dario Argento, le roi du giallo. Quatre films qui auront parfois été accueilli étrangement (un silence glaçant à la fin de Prince Des Ténèbres, pourtant dans notre top 3 des films de Carpenter), mais les voix du public sont impénétrables. Évidemment, une Nuit Du PIFFF était au rendez-vous, avec du mangeur de cerveau pour meilleur ami : le culte Zombie, le malheureusement méconnu Messiah Of Evil et, pour finir, le remake de La Nuit Des Morts-Vivants. Pour terminer ce tour d’horizon de ce que le PIFFF 2016 a pu nous offrir, la cérémonie de Clôture était carrément la séance à ne pas louper côté films récents, avec un Safe Neighborhood intelligent, drôle et flippant.

image richard staley pifff 2016
Crédits : Romain Devoise

Impossible de mettre un point final à ce compte-rendu sans signaler l’excellente tenue de l’organisation de ce PIFFF 2016, et notamment la gentillesse des bénévoles. Aussi, n’oublions pas la présence, en début de chaque film, d’une petite présentation de celui-ci assurée, tout du long, par le duo Cyril Despontin et Fausto Fasulo (rédacteur en chef de Mad Movies). Dernier motif de satisfaction, et il c’est certainement le plus important : la bonne tenue du public, qui s’est retrouvé en masse pour ce PIFFF 2016, bien aidé par la très bonne image du cinéma Max Linder auprès des cinéphiles. D’après les sources officielles, 9000 spectateurs ont répondu présent, ce qui représente une hausse comparée à l’année dernière. En croisant les doigts pour que l’indispensable PIFFF revienne pour une septième édition en 2017 (et toujours au Max Linder, croisons les doigts), Ciné + Frisson est déjà chaud, le public aussi, et espérons que certaines subventions seront (enfin) plus gentilles avec ce festival d’une importance capitale.

image public pifff 2016
Crédits : Romain Devoise

Palmarès

Les prix du Public : Oeil d’Or

  • Œil d’Or du long-métrage : Grave de Julia Ducournau
  • Œil d’Or du court-métrage français : Pospy de Julien Homsy
  • Œil d’Or du court-métrage international : Curve de Tim Egan (Australie)

Grand Prix du Jury du court-métrage français

Le jury des courts-métrages français était composé de Olivier Afonso (chef maquilleur, réalisateur et scénariste), Stéphane Debac (comédien et réalisateur), Xavier Jamaux (compositeur), Tom Kan (réalisateur, directeur artistique, photographe, designer graphique) et Michel Koch (directeur artistique, concept artist).

  • Margaux de Joséphine Hopkins, Rémy Barbe et Joseph Bouquin

Prix du Jury Ciné + Frisson

  • Prix spécial Ciné+ Frisson – long-métrage : Grave de Julia Ducournau
  • Prix spécial Ciné+ Frisson – court-métrage : Dénominateur Commun de Quentin Lecocq
image cinema pifff 2016
Crédits : Romain Devoise

Notre Palmarès

Se base sur les films présentés lors en Compétition et Hors Compétition.

  • Meilleur film : Safe Neighborhood
  • Pire film : Realive

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *