[Critique] Le choix des autres – Françoise Bourdin

Caractéristiques

  • Auteur : Françoise Bourdin
  • Editeur : Belfond
  • Date de sortie en librairies : 7 septembre 2017
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 320
  • Prix : 21,90€
  • Acheter : Cliquez ici

Une auteure aussi discrète qu’attendue

On parle peu de Françoise Bourdin, pourtant elle se positionne en quatrième place en termes de volume de ventes parmi les auteurs français. Qualifiée de discrète, et quasiment invisible dans les médias, elle compte pourtant plus de quarante ouvrages à son actif, et a débuté sa carrière de manière précoce, à seulement 16 ans. Souvent adaptée à la télévision (comme BM Blues), son thème de prédilection est la saga familiale. Les éditions Belfond (La vallée des ombres) publient Le choix des autres, roman contemporain autour de la famille et la jalousie, que nous attendions avec une certaine curiosité.

Une vie de montagne

Lucas, Clémence, Virgile et Philippine vivent tous les quatre dans un superbe chalet isolé dans la région de Gap. Lucas et Virgile, amis depuis toujours, ont choisit ce mode de vie et ni Clémence, la femme de Lucas, ni Philippine le compagnon de Virgile n’y voient d’inconvénient. Leurs vies sont bien organisées autour de cette colocation où chacun à sa place. Mais tout va être chamboulé le jour où l’ex-mari de Clémence, qui n’a toujours pas accepté leur séparation, débarque dans leur vie, semant menaces et troubles chez chacun d’entre eux, entraînant des décisions et des réactions que personne n’avait pu imaginer…

Le pilier de la famille : le couple

Avec Le choix des autres, Françoise Bourdin nous présente ici deux couples que tout oppose : Lucas et Clémence viennent d’un milieu simple et vivent un amour tendre et puissant, que leur mariage et leurs jumelles n’ont fait que renforcer. Virgile et Philippine sont issus de familles bourgeoises, lui chirurgien elle éternelle doctorante, ils vivent une histoire en apparence idéale mais qui a bien plus de failles que ce qu’il semble. À travers ces quatre caractères différents, l’auteure aborde les relations de couple, les concessions, et ce qu’on est prêt à accepter pour garder auprès de soi la personne qu’on aime. Si Lucas et Clémence représentent la stabilité, ils ont pourtant chacun une faille profonde, que l’arrivée de l’ex-mari va réveiller. Virgile et Philippine, quant à eux, sont dans une relation plus complexe : bien qu’elle ait choisi de le suivre, quitter Paris et vivre en montagne n’était pas son choix. Un sacrifice aussi important peut-il être la fondation d’une relation pérenne ?

De l’envie à la jalousie

Avec le personnage d’Etienne, l’ex-mari venu récupéré « sa femme », la jalousie est incarnée de façon violente et impulsive : considérant Clémence comme sa chose, il agit de façon irréfléchie et dangereuse. Pourtant, Françoise Bourdin ne tombe pas dans le piège de donner à la jalousie uniquement le visage d’un diable : elle est aussi distillée de façon plus insidieuse chez Lucas, Virgile ou Philippine, et elle conduit toujours à des actes ou des paroles insensés. Seule Clémence échappe à ce fléau, ce personnage semblant représenter la femme parfaite, travailleuse, bonne mère, sachant tenir une maison tout en restant modeste. La gentillesse incarnée. C’est d’ailleurs ce qui en fait un protagoniste assez peu intéressant, une fois l’épisode d’Etienne terminé. L’écriture de Virgile souffre, quant à elle, d’un petit manque de profondeur, également parce qu’il est présenté comme un homme parfait, beau, avec un métier prestigieux mais sachant rester simple. Son parcours est, finalement, assez banal, et il est difficile de ressentir beaucoup d’empathie à son égard. Philippine est une caricature de « parisienne » : taille mannequin, vêtements de créateurs, mépris pour la classe populaire… Ses réactions sont assez prévisibles, même si l’on apprécie aussi ses réactions. Les autres personnages forment un ensemble un peu quelconque, mais pas inintéressant pour autant.

Un roman efficace

Malgré le peu de profondeur de certains personnages, Le choix des autres est un roman incroyablement efficace, qu’il est difficile de lâcher. Les histoires de chacun brillent par une forme de réalisme assez entêtant, ce qui est la marque de fabrique et le talent de Françoise Bourdin. Et c’est toujours une expérience particulière que de se rendre compte que ses univers fonctionnent, se basant sur l’impression du lecteur, qu’il ne peut s’empêcher de ressentir : tout cela peut lui arriver. C’est donc un plaisir de lire ces tranches de vie, et la fin laisse libre cours à l’imagination. Ou peut-être même à une suite ?

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *