[Critique] Infection Tome 2 – Toru Oikawa

Caractéristiques

  • Auteur : Toru Oikawa
  • Editeur : Delcourt Tonkam
  • Date de sortie en librairies : 4 avril 2018
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 192
  • Prix : 7,99€
  • Acheter : Cliquez ici

Un tome de transition

L’invasion de morts-vivants, goules, possédés, infectés, ou tout autre monstres auparavant humains, est clairement devenu le sujet principal de l’horreur actuelle. Il faut bien dire que, depuis les travaux du très regretté George A. Romero, l’analogie avec les faits sociaux peuvent surgir… dans le meilleur des cas. Les phénomènes sont faits pour s’essouffler et, malgré la très bonne réputation qui accompagne certains travaux, on voit pointer quelques limites. Et ce n’est pas Walking Dead qui nous dira le contraire, alors même que la qualité des comics continue de nous surprendre. C’est en cette fin de règne qu’est intervenu Infection, manga peu connu, mais dont le premier tome avait su créer un petit intérêt. Ce second volume, toujours aux éditions Delcourt Tonkam, saura-t-il prolonger cette impression ?

Infection Tome 2 prend la suite directe du premier. Dès lors, il est obligatoire de savoir ce qu’il s’est passé précédemment, au risque de se perdre totalement dans l’intrigue. On retrouve le personnage principal, Haruki Amamiya, entrain de crapahuter dans les environs de son école, alors qu’il vient de la quitter, pressé qu’il était par des infestés très énervés. Mais la situation va évoluer : lui et sa bande, dont sa petite sœur Kaori, vont rencontrer une troupe de bien valeureux pompiers, qui vont raccompagner les adolescents à Kawa-Uchi, une zone sécurisée. Seulement, rien ne va se passer aussi bien qu’espéré. Kaori a été mordue en route, et elle risque de s’éteindre loin de son frère, comme c’est la loi dans le refuge. Haruki décide alors de s’échapper avec sa frangine, aidé par la toujours aussi peu vêtue Kirara Isonami, mais aussi la blonde et amoureuse Chika Kisaragi…

Un passage difficilement soutenable

Autant être clair le plus rapidement possible : Infection Tome 2 nous a dérangé. Si le scénario peut encore se suivre, avec assez de rebondissements, et même de sentiments pour que le lecteur y trouve son compte, le côté fan service nous a pris de cours. Passent encore les filles dénudées, les prétextes à des cases polissonnes mais inoffensives. Là, on a atteint un autre stade, avec un bain, rassemblant Haruki et sa sœur, qui va au-delà de ce qu’on peut supporter. Tout nous y paraît problématique, bien évidemment peu important pour le récit (c’est l’ADN du fan service), et surtout très peu agréable à suivre.

Si l’on excepte ce passage très peu recommandable, Infection Tome 2 emprunte à peu près le même chemin que l’opus précédent. En gros, on a de l’héroïsme forcené, mais surprenant sur la fin. Ce sont, d’ailleurs, ces dernières pages qui nous font écrire qu’on essaiera tout de même de continuer la série, tant un certain potentiel pointe le bout de son nez. Avant cela, la force du personnage principal est un peu remis en question. Et, même si les dialogues ne volent toujours pas haut, on trouve un certain entrain. Seule anicroche du récit : les infectés sont assez absents, et leur mythologie n’avance pas spécialement. Clairement un tome de transition, qui franchit la ligne jaune comme on a pu le voir plus haut. Espérons que ce ne sera plus le cas, d’autant que le mangaka, Toru Oikawa, n’est pas mauvais en dessins et mise en scène…

4/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *