article coup de coeur

[Critique] Gambling School T2 – Toru Naomura, Homura Kawamoto

Caractéristiques

  • Traducteur : Julie Gerriet
  • Auteur : Homura Kawamoto, Toru Naomura
  • Editeur : Soleil Manga
  • Date de sortie en librairies : 28 juin 2017
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 240
  • Prix : 7,99€
  • Acheter : Cliquez ici

Un second tome qui confirme les bonnes impressions

Après un premier tome qui nous a fait l’effet d’une bombe (retrouvez notre critique), Gambling School revient pour un deuxième volume, qui se devait de confirmer ces excellentes impressions. Rappelons que cette série s’intéresse à l’école Hyakkaô, qui sert de terrain de jeu à des élèves promis à un grand avenir, mais aussi accrocs aux jeux de cartes et autres activités du genre. Un pitch loin d’être innocent, quand on connaît l’Histoire du Japon, et plus particulièrement du traitement du poker, par exemple, prohibé au Pays du Soleil Levant (eh oui, Chapitre 2 du Code Pénal), afin de protéger la population contre une addiction assez terrible. Du coup, le manga est accompagné d’une légère odeur de souffre, du moins dans l’Archipel Nippon, mais aussi d’une réputation très flatteuse en terme de succès populaire, ce qui nous intéresse au moins tout autant. Alors, continuons à découvrir cette œuvre et, espérons-le, d’en souligner les qualités.

Gambling School Tome 2 fait évidemment suite aux événements décrits dans le précédent tome. Dès lors, on ne peut que vous conseiller de suivre la numérotation, et cela vous permettra de prendre un pied assez monstrueux. Bref, retour à Hyakkaô, avec une Yumeko qui a perdu une partie contre un membre de l’impitoyable Conseil, et se retrouve endettée de 310 millions de yens (soit 2 340 996 euros, très précisément). Dès lors, elle se voit désignée « Bête », comme tous les perdants. Raillée par toutes et tous, Yumeko garde pourtant un certain calme, et toujours la même folie du jeu. Bien vite, une occasion en or va se présenter à elle : se refaire, mais grâce à un poker indien aux règles bien spécifiques…

Autant vous le signifier de suite : Gambling School Tome 2 fait plus que confirmer la grande force de la série, il approfondit encore un peu plus le concept. Si Suzui se voit relégué dans un second plan assez peu en vue, c’est pour mieux permettre à un duo hyper efficace d’exister. Yumeko et Saotome sont pires qu’endettées, mais cet établissement est décidément surprenant. Afin de permettre à certains élèves de garder la tête hors de l’eau, le Conseil (rempli de joueurs assez timbrés et, surtout, bien charismatiques) organise un jeu de transfert de dettes. Un concept bien pervers, qui peut tout autant sauver qu’endetter encore plus lourdement. Quatre « Bêtes » sont réunis autour d’une table, afin de participer à un poker indien : un jeu à deux cartes (sans les figures), et l’une d’elles est dévoilée aux autres joueurs… alors qu’aucun ne connaît son propre jeu. Et le dernier au classement héritera de la plus grosse dette de la table.

Une intrigue passionnante, et une fin jouissive

Pervers, qu’on vous dit ! Et c’est un mot qui revient pour l’un des personnages de la table. Kiwatari, fils de bien bonne famille, est une véritable ordure. Sans ne rien vous spoiler de trop avancé, sachez que son attitude envers l’une des filles de la table est particulièrement honteuse. L’auteur, Homura Kawamoto, réussit à faire naître une certaine colère chez le lecteur, ce qui ajoute bien de l’entrain à l’intrigue, qui se fait ultra-rythmée. C’est aussi grâce à un fait, qui rassurera les lecteurs apeurés par le concept du manga : nul n’est besoin de s’y connaître en jeu. Votre dévoué serviteur, par exemple, a beaucoup de mal avec les cartes, et pourtant le charme a totalement fonctionné. C’est dû à la dramatisation furieuse des séquences, les dialogues endiablés et très drôles, le côté viscéral des problématiques, et la caractérisation des personnages. Tout cela fonctionne à merveille, et résulte sur une explosion finale (pour ce tome) qui parvient à nous surprendre de par un twist gratiné.

Gambling School Tome 2, c’est du fun en barre, et c’est aussi grâce au travail de plus en plus maitrisé de la part de la dessinatrice Toru Nomura. Si l’on pouvait se poser des questions sur l’équilibre entre la sur-expression de certains sentiments, et des cases plus calmes, la réponse intervient déjà. Non, on ne ressent pas l’overdose que certain Shonen peuvent provoquer (et c’est normal, nous sommes en plein Seinen). C’est avant tout car le style s’adapte parfaitement à la démonstration. En effet, souligner les réactions des personnages est une nécessité, et l’artiste y parvient très bien. Aussi, cela apporte une dose d’humour indispensable à un ensemble qui ne s’inscrit pas dans la comédie. Le suspens a donc droit à des moments de dépressurisation, par la réplique bien sentie (remercions Julie Gerriet pour sa traduction impeccable) mais aussi le dessin éloquent, et c’est pour le bien de la globalité.

Au final, Gambling School Tome 2 confirme le coup de cœur que fut la découverte de cette série. Grâce à l’inventivité de l’écriture, qui se répercute à tous les niveaux (intrigue, personnages, univers), ce manga parvient à atteindre le stade d’immanquable. Du moins, sur ce début proprement réussit. On attendra de découvrir les autres tomes, afin de vérifier si, au-delà du style, de ce qu’on peut qualifier de « patte », le concept ne s’épuisera pas. Mais notre petit doigt nous dit qu’on peut être très confiant. Signalons, enfin, une très belle édition signée Soleil Manga (Back Street Girls Tome 2) : couverture classieuse, impression de qualité, et de petits bonus à la fin. Un objet à la hauteur de son contenu, donc.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
9/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *