article coup de coeur

[Critique] Comment le Grinch a volé Noël — Dr. Seuss

Caractéristiques

  • Traducteur : Stephen Carrière
  • Auteur : Dr. Seuss
  • Editeur : Le Nouvel Attila
  • Date de sortie en librairies : 9 novembre 2018
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 64
  • Prix : 13€
  • Acheter : Cliquez ici

Une oeuvre intraduisible ?

Réputée intraduisible, l’oeuvre de Theodore S. Geisel, alias Dr. Seuss, est depuis peu disponible en français chez Le Nouvel Attila, qui publie quatre de ses albums par an. A l’approche de Noël (et à l’occasion de la sortie du film d’animation des studios Illumination), l’éditeur propose l’une de ses histoires les plus emblématiques, Comment Le Grinch a volé Noël, dans une nouvelle édition, différente surtout par sa reliure d’album jeunesse et sa couverture blanche au dessin différent de la première. L’occasion était toute trouvée pour nous pencher sur le conte original, moderne et intemporel à la fois…

Traduit de l’américain au français par Stephen Carrière, ce conte sur l’esprit de Noël paru en 1957 a conservé les dessins emblématiques de Seuss, drôles et attachants, ainsi que la même mise en page qu’en version originale. L’une des principales caractéristiques de l’auteur jeunesse disparu en 1991 était d’écrire en vers brefs, avec des mots souvent courts jouant à la fois sur les rimes et les répétitions. Autant de choses difficiles à retranscrire sans perte d’une langue à l’autre, à l’image de ce jeu de mots, proprement intraduisible : « Who-Christmas-Sing », jouant de la proximité entre la sonorité de « sing » (chanter) et « thing » (chose) lorsqu’on le prononce avec un accent américain.

Cependant, Stephen Carrière a accompli un travail exemplaire en cherchant de nouvelles rimes et jeux de mots (« cor au pied ou cœur de pierre », quelle belle image !). Alors certes, rimes et répétitions sont moins nombreuses ; mais l’adaptation effectuée a permis de tenir compte des spécificités de la langue française tout en respectant l’esprit et la lettre de l’oeuvre du Dr. Seuss et en conservant une musicalité certaine.

Un conte drôle et tendre sur l’esprit de Noël

Qu’en est-il du conte, alors ? Eh bien, que dire si ce n’est qu’on y retrouve toute la malice et la tendresse de son auteur, qui n’avait certainement pas un cœur trop petit comme le Grinch ? Comment le Grinch a volé Noël allie en effet la magie et le mauvais esprit que l’on peut retrouver chez un auteur tel que Roald Dahl, le tout avec un langage propre à Seuss, qui demeure inégalé en la matière. Il s’agit ici de faire prendre conscience aux enfants que, derrière son aspect mercantile, derrière les montagnes de jouets qu’ils imaginent en rêvant au passage du Père Noël, Noël est avant tout un état d’esprit, quelque chose qui se ressent avec le cœur et ne saurait se compter en terme de possessions. C’est l’occasion de se retrouver tous ensemble, de passer un bon moment et de se tenir chaud en faisant la fête, peu importe les moyens dont on dispose. Il est donc inutile d’être jaloux en convoitant ce que d’autres ont et que l’on n’a pas ! C’est en ayant cette prise de conscience, et en constatant la solidarité des Chous, que le Grinch pourra changer et ne plus être seul à ce moment jusque-là tant redouté de l’année.

Voilà donc un très beau conte à lire aux enfants à l’approche des fêtes, à l’heure où les plus jeunes dressent inlassablement leur liste pour le Père Noël. Court, drôle et tendre, illustré des splendides illustrations originales du Dr. Seuss en noir et blanc juste rehaussées de pointes de rouge, Comment le Grinch a volé Noël pourra se lire avant d’aller voir sa nouvelle adaptation cinématographique, ou bien tout à fait indépendamment. Un classique également accessible aux jeunes lecteurs (qui pourront ensuite passer au Chat chapeauté et aux Oeufs verts au jambon) et, bien entendu, aux adultes ayant gardé une âme d’enfant.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *