article coup de coeur

[Critique] La Saga Fallout – Erwan Lafleuriel

Caractéristiques

  • Titre complet : La Saga Fallout : Histoire d'une mutation
  • Auteur : Erwan Lafleuriel
  • Editeur : Third Editions
  • Date de sortie en librairies : 9 février 2017
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 192
  • Prix : 24,90€
  • Acheter : Cliquez ici

Retour passionnant sur une licence culte

Les grandes sagas, tout comme la guerre, ne meurent jamais. Elles continuent d’attirer l’attention, sans doute grâce aux fondations solides qui supportent l’engouement populaire et critique. Dès lors, quoi de plus naturel que de s’intéresser à ce qui fait le ciment de ces œuvres ? Après Baldur’s Gate, Mario, Sonic, et bien d’autres, Thirds Editions continue de parfaire son offre avec l’une des licences les plus prestigieuses du RPG occidental : Fallout. Sacré dossier, et sacrée lecture.

Pour nous guider à travers la construction, le cheminement de cette série, on peut compter sur Erwan Lafleuriel. Ce nom, vous le connaissez sûrement pour ses signatures actuelles sur le site IGN France, dont il est le rédacteur en chef. Son surnom, Fumble, vous rappellera peut-être quelques souvenirs : de Joystick (après le rachat par Future) à Gameblog, sa plume a su se forger une certaine qualité d’analyse critique. Amateur de jeux de rôle, parfois poil à gratter dans son style, mais surtout très fin connaisseur de la licence ici abordé (il a notamment eu l’honneur de visiter le fameux « donjon » de Bethesda Games), l’auteur est un gage de qualité dès la couverture. Un gars sûr, donc, qui explique en majeure partie la qualité de La Saga Fallout : Histoire d’une mutation.

Après avoir monté la sauce, il faut rentrer dans les détails qui nous poussent à être aussi comblés. La Saga Fallout : Histoire d’une mutation se découpe sur un principe très typique aux éditions de Third. Trois piliers supportent le contenu : la Création, l’Univers, et le Décryptage. Ils sont, d’ailleurs, signalés dès la couverture. Cela, c’est l’esprit. Car, dans les faits, l’ouvrage approfondi chacune de ces mamelles à l’aide de neuf chapitres, lesquels provoquent tout sauf une routine redoutée. Bien entendu, tout débute par la naissance du projet. Pas dans le jeu fini, mais dans la germe d’idée. Si l’on sait tous qu’Interplay édite les premiers Fallout, on est moins au courant du traitement interne de cette production, dans ses balbutiements. Erwan Lafleuriel nous informe avec la précision du scalpel, et sans rechigner sur les notes de bas de page. Le financement limité, l’ambiance très passionnée qui entoure le projet, les coups de frein qui auront presque provoqué la mort du projet : on traverse cette aventure assez surréaliste, témoignage d’une époque plus ou moins révolue (le domaine indépendant peut parfois s’en rapprocher).

Un ouvrage qui aborde des problématiques importantes

La Saga Fallout : Histoire d’une mutation provoque tout autant un intérêt précis qu’un regard global sur la licence. On va pouvoir s’informer sur le rapport à la musique, d’une importance capitale, mais aussi sur les spin-offs et projets avortés (un chapitre un peu moins touffu que les autres, par ailleurs). Et toujours avec un amour de la série certes, mais sans provoquer une quelconque cécité. En 2019, on ne manque pas de défiance face aux journalistes, c’est un fait parfois regrettable (et d’autres fois justifié, ne nous cachons pas). Ici, la confiance est de mise. Pourquoi cette affirmation ? Car l’auteur ose aller dans LA direction qui soulève LA problématique du RPG occidental traditionnel. Si l’ouvrage est sous-titré Histoire d’une mutation, ce n’est pas pour plaire aux Boomers. Cela prépare à un constat : Fallout ne meurt jamais, mais il évolue. Et pas toujours dans un sens heureux. Erwan Lafleuriel se lance, alors, dans une analyse du gameplay, jusqu’au point culminant du quatrième opus (le livre est sorti avant que le projet Fallout 76 ne soit dévoilé). Et les arguments sont assez justes pour même convaincre votre humble serviteur : Fallout 4 marque un vrai recule des règles du RPG. Le livre ne cherche pas à nous le faire comprendre : il étaye ce fait par des éléments savamment dosés au fil des pages.

Si l’on devait émettre un regret, c’est l’absence de témoignages inédits à ce bouquin. Visiblement, Bethesda n’a pas facilité le travail de l’auteur, en ne permettant pas la participation d’acteurs actuels. Manque de temps de la part de l’éditeur ? Possible. Toujours est-il qu’Erwan Lafleuriel doit composer avec ce son seul papier à musique, et il s’en sort brillamment, malgré les pièges tendus. Le chapitre consacré au récit et aux principaux événements ne figurait, par exemple, pas parmi les plus attendus. Et pourtant, La Saga Fallout y étale un gros intérêt, non seulement pour se remémorer quelques passages potentiellement oubliés, mais aussi afin de creuser des éléments précis, à l’aide d’une sous-partie très bien sentie, intitulée Dans les coulisses de l’histoire. Ajoutons une petite dose d’humour, comme le dernier chapitre : la recette du Peposo apocalyptique. Tout un programme, et un bien sympathique point final à cet ouvrage fortement recommandé.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *