[Critique] La fille du temple aux chats, tome 1 – Makoto Ojiro

Caractéristiques

  • Auteur : Makoto Ojiro
  • Editeur : Soleil
  • Collection : Soleil Manga
  • Date de sortie en librairies : 26 septembre 2018
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 192
  • Prix : 7,99€
  • Acheter : Cliquez ici

Un seinen autour d’une amitié amoureuse

Publié depuis 2016 au Japon, le seinen La fille du temple aux chats de Makoto Ojiro débarque aujourd’hui en France chez Soleil Manga (Battle Royale Ultimatum, Splatoon…). Nous y suivons les aventures de Chion, une jeune fille de la campagne vivant dans un temple, et son cousin éloigné Gen, un peu plus jeune, et qui vient de la ville. Si les deux adolescents ne pourraient pas être plus différents l’un de l’autre, une certaine tension sexuelle et amoureuse ne va pas tarder à émerger entre eux…

Malgré son titre, qui pourrait laisser penser que l’intrigue donnera un rôle-clé à nos amis félins, La fille du temple aux chats est avant tout l’histoire d’une amitié amoureuse. Makoto Ojiro se sert de ses personnages pour aborder de manière attachante et parfois assez humoristique l’adolescence, avec ses premiers émois et ses interrogations existentielles quant à l’avenir.

Adolescence, tradition et lien générationnel

Gen vient de la ville et semble un peu perdu malgré son apparente insouciance. Comme beaucoup de jeunes de son âge, il souhaite prendre son indépendance vis-à-vis de ses parents, et il est heureux de loger chez sa cousine éloignée, en pleine campagne, pour pouvoir se rendre à son nouveau lycée.

Chion quant à elle semble à contre-courant de l’idée que l’on peut se faire de la jeunesse actuelle : vêtue de vêtements informes lorsqu’elle prend sa moto, elle aime mener une vie simple à l’intérieur de l’ancien temple qu’elle garde avec sa grand-mère, même si l’argent manque de plus en plus. C’est d’ailleurs sur ce point que ce premier tome s’avère assez intéressant par rapport au genre assez balisé de la romance adolescente : Makoto Ojiro s’intéresse au lien entre les générations et accentue le décalage existant entre les aspirations de la jeune fille et ce que son aïeule souhaiterait pour elle, à savoir des études universitaires dans une grande ville, qui pourraient lui permettre d’avoir une vie meilleure. Le lien avec la tradition est bien évidemment très présent au Japon, et il sera intéressant de voir comment la série développe ce thème sur la longueur.

Un manga fleur bleue, classique mais attachant

Ce point mis à part, La fille du temple aux chats est un manga fleur bleue tout ce qu’il y a de classique : Gen taquine sa cousine qui le lui rend bien, et le cadrage de certaines cases met en valeur le décolleté ou les fesses de la jeune femme à partir du moment où l’ado commence à être attiré par elle. Les chats sont bien évidemment présents, mais de manière assez discrète pour l’instant.

Dans l’ensemble, ce premier volume est plutôt attachant, sans nécessairement sortir de l’ordinaire. Reste à voir comment l’auteur développera ses thèmes par la suite. En effet, le manga est assez court et se concentre principalement ici sur la rencontre de Gen et Chion, qui ne s’étaient pas revus depuis leur tendre enfance.

Comme de nombreuses séries shojo et seinen, on devine que La fille du templs aux chats devrait compter de nombreux volumes et que l’intrigue jouera sur une dimension feuilletonnante afin de tenir ses lecteurs en haleine. En l’état, il s’agit d’un sympathique manga que l’on conseillera principalement aux jeunes filles et aux adolescents romantiques.

Natacha Fleurot

Natacha Fleurot

Diplômée en Lettres Modernes, Natacha Fleurot rejoint la rédaction de Culturellement Vôtre fin 2015. Spécialisée dans les oeuvres jeunesse, young adult ainsi que la fantasy, elle réalise de nombreux articles dans les rubriques Livres et Cinéma. Passionnée de cuisine, elle teste aussi régulièrement des livres de cuisine et écrit dans la catégorie Food de la rubrique Lifestyle.
Natacha Fleurot
6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *