[Critique] Feux de détresse – Julien Capron

Caractéristiques

  • Auteur : Julien Capron
  • Editeur : Editions du Seuil
  • Collection : Cadre Noir
  • Date de sortie en librairies : 17 janvier 2019
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 224
  • Prix : 18€
  • Acheter : Cliquez ici

Les technologies sont à la fois terriblement attrayantes et inquiétantes : on sait que leur usage peut être aussi bénéfique que maléfique. Julien Capron revient avec eVal, les Batz et autres joyeusetés pour Feux de détresse, le deuxième tome de sa trilogie. Quel type d’aventure s’apprêtent à vivre ses personnages ?

Perdus en mer

La société Lok est incontournable dans le domaine de la cyber-sécurité : elle détient les secrets de près de la moitié de la planète. Ainsi, son dirigeant a choisi comme locaux l’Excelsior, un ancien paquebot de luxe revu pour contenir et faire vivre des centaines d’employés au quotidien. Tous les ans, le fondateur et PDG de Lok organise une croisière entre Madère et Miami au cours de laquelle des équipes du monde entier sont sélectionnées pour, le dernier soir, présenter leurs projets innovants.

Robin Batz revient dix ans après sa victoire, obtenue grâce à eVal, une application qui permet de noter les personnes et de les diviser en trois groupes : vert, orange et rouge. Accompagné de Léandre, son frère journaliste, et Sixt, une ancienne hackeuse, il prétend de nouveau au titre avec Mise à Jour, une agence de détectives qui doit veiller à ce que l’on ne puisse pas abuser d’eVal.

A peine arrivés sur le bateau, l’équipe passe au rouge et ce, sans raisons apparentes. L’intégralité de la vie à bord est régie par ces notes, c’est donc une catastrophe lorsque les différents participants au concours, ainsi que les membres d’équipage, se mettent à passer au rouge, les uns après les autres…

La tyrannie de l’opinion

Dans ce futur pas si lointain, les hommes ont cessé d’évaluer les appartements, hôtels, restaurants, commerces… Désormais, ils évaluent aussi les êtres humains. Cette dérive est bien évidemment inquiétante et déjà plus ou moins établie (et acceptée). Néanmoins dans Feux de détresse, le système mis en place va plus loin puisque tout est fait pour que chacun puisse donner son avis sur tout le monde.

Au sein de ce système, une codification vert/orange/rouge qui, comme les feux tricolores de circulation, organise le quotidien de millions de personnes. Cette thématique a déjà été abordée dans l’épisode 1 de la saison 3 de Black Mirror, “Chute libre”, qui montrait comment cette omniprésence du jugement et cette recherche de la « bonne » note est aliénante. Cela donne une vision intéressante d’un potentiel avenir des relations sociales, avenir déjà présent pour certains puisque le « crédit social » qui permet d’accéder à certains services en fonction d’une note individuelle est déjà en vigueur en Chine…

Un huis-clos technologique

Au-delà de la question des dérives technologiques, Julien Capron aborde également la vengeance et la sécurisation des données informatiques. La cyber-sécurité est devenue une priorité pour bon nombre d’entreprises dont le maintien dépend de serveurs. Cependant, aujourd’hui, personne n’est à l’abri d’un virus ou d’un piratage. La lecture est d’ailleurs par moments alourdie à cause de termes informatiques, d’explications qui peuvent rebuter les néophytes, et la fin peut sembler au mieux nébuleuse, au pire brouillon.

Le choix du huis-clos rend le suspense plus haletant encore, avec une durée déterminée dans le temps pour concentrer l’intrigue. Quant aux personnages, ils ne sont ni attachants ni antipathiques, l’auteur donne peu d’informations sur leur histoire personnelle, donc on ne peut pas vraiment dire qu’ils soient travaillés ni que leurs personnalités soient particulièrement mises en avant. Néanmoins, leur traitement est efficace et s’imbrique très bien au sein d’un scénario accrocheur.

Faisant suite à Mise à jour, Feux de détresse de Julien Capron est toujours aussi agréable à lire, ce qui nous donne envie de connaître le troisième et dernier tome de cette trilogie technologique.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *