image couverture l'histoire secrète de twin peaks éditions michel lafonAlors que la saison 3 de la série culte de David Lynch et Mark Frost reviendra sur Showtime en avril 2017, 25 ans après son annulation au terme d’une saison 2 s’achevant sur l’un des cliffhangers les plus retors de l’histoire du petit écran, L’histoire secrète de Twin Peaks, publié aux éditions Michel Lafon, revient sur la mythologie de la petite ville de l’Amérique profonde jouxtant la frontière canadienne à travers un épais roman présenté sous la forme d’un dossier retrouvé sur une scène de crime, assemblé par un mystérieux Archiviste et annoté par un agent du F.B.I., une jeune femme sous la supervision de Gordon Cole (David Lynch himself, dans la série), qui cherche à retrouver la trace de cet individu.

Une mise en bouche avant la saison 3 ?

Ce très beau livre en grand format à la couverture cartonnée et à l’impression soignée est donc, vous l’aurez compris, un ouvrage destiné à faire patienter les fans de Twin Peaks avant son retour au printemps, et qui, non content de développer la mythologie de l’univers créé par Lynch et Frost, tease également la saison 3. Alors, soyons clairs : le co-créateur de la série ne révèle pas vraiment ce qui est arrivé à Dale Cooper (Kyle MacLachlan) durant tout ce temps, même s’il nous rassure (ou pas) sur le sort de certains personnages, laissé en suspens à l’issue de la saison 2. Mais, au-delà des quelques heures ayant suivi la sortie de Dale Cooper des profondeurs de la Black Lodge, le flou est volontairement laissé sur ce qu’il a bien pu se produire durant ces 25 longues années, de même que le crime mentionné en introduction par Gordon Cole n’est absolument pas détaillé, nous laissant émettre des suppositions sur le lien entre ce dossier retraçant l’histoire de la ville et des personnages, et ce nouveau crime, visiblement lié aux drames auxquels nous avons assisté au cours des deux premières saisons. Cependant, l’identité probable du tueur peut assez facilement être déduite pour qui a vu Twin Peaks dans son intégralité, bien que des surprises ne soient pas à exclure de ce côté-là.

C’est également pour cette raison que L’histoire secrète de Twin Peaks est bel et bien un livre destiné avant tout aux personnes ayant vu les deux saisons de la série, mais aussi Fire Walk with Me, prequel sorti sur grand écran en 1992. S’il retrace l’histoire de la ville depuis le début du 19e siècle et revient sur de nombreux personnages, Mark Frost ne cherche pas pour autant à donner un résumé complet de l’affaire Laura Palmer et des nombreuses intrigues ayant rythmé les 30 épisodes de Twin Peaks. Un certain nombre d’éléments, bien connus des spectateurs et auquel le livre fait référence sans nécessairement rappeler le rôle qu’ils ont joué au sein de l’intrigue, n’évoqueront ainsi pas grand chose à ceux qui n’auraient pas suivi la série. De même, les éléments de la vie des personnages que nous ignorions sont intéressants et pertinents parce-que nous les connaissons et que nous savons ce qui leur est arrivé par la suite.

Lire le livre de Mark Frost comme une introduction à cet univers n’est pas chose impossible car la présentation chronologique des faits, en maintenant un fil rouge, apporte une cohérence à l’ensemble, mais c’est quelque chose que nous déconseillons fortement tant il est évident que cet ouvrage a été pensé de manière à étoffer et lier différents éléments de la mythologie Twin Peaks, qu’il est difficile de pleinement apprécier sans en avoir fait l’expérience. Le récit aux nombreuses ramifications développé ici se niche dans les creux et les zones d’ombre de la série, et une bonne partie du plaisir pris à la lecture repose sur la connaissance que nous avons des faits, qui nous permet de relier peu à peu les points et de faire des suppositions quant au fil rouge et au déroulement de cette saison 3.

Car Mark Frost entretient savamment le mystère et, s’il dévoile quelques-uns des secrets de la ville et donne du liant à différents éléments qui furent fortement critiqués dans la saison 2 (la sous-intrigue concernant l’enlèvement du major Briggs par des extraterrestres, en premier lieu), il ne dissipe jamais l’atmosphère d’étrangeté entourant Twin Peaks et nous donne pas mal de grain à moudre. Les éléments révélés, tout en orientant dans une certaine mesure nos attentes concernant l’intrigue de la saison 3, font ainsi monter le suspense et laissent augurer une saison sans doute assez sombre (concernant le développement de certains personnages, du moins), avec un côté SF probablement plus appuyé, ce qui, géré avec le talent que l’on connaît à David Lynch et son acolyte Mark Frost, peut donner lieu à quelque chose d’excellent, bien que le développement très important de l’intrigue extraterrestre (finalement à peine ébauchée dans la saison 2) éveille aussi quelques craintes, sur lesquelles nous reviendrons plus loin.

Twin Peaks ou l’Amérique comme terre de mythes

image pancarte twin peaks david lynch mark frostSans trop spoiler le contenu du livre, on se contentera de dire que Mark Frost s’appuie sur de nombreux éléments historiques importants des États-Unis (le sort réservé aux Amérindiens, le Projet Manhattan, l’assassinat de JFK, le Watergate…), ainsi que des faits divers entrés dans la légende (Roswell) et des figures célèbres (Thomas Jefferson, L.Ron Hubbard, Timothy Leary…), mêlant références à des faits authentiques et avérés, mythes entrés dans l’imaginaire collectif et pure fiction. Cela est d’ailleurs tellement bien fait qu’il est parfois difficile d’être certains, durant la première moitié du livre, quels personnages sont fictifs ou s’appuient sur des personnalités réelles, et quels éléments sont véridiques ou inventés de toutes pièces, les deux étant très étroitement entremêlés.

Au-delà des figures historiques les plus importantes, on retrouve également d’autres personnalités américaines, parfois moins connues chez nous, mais qui ont véritablement marqué l’histoire des États-Unis, telles que Meriwether Lewis et William Clark, qui dirigèrent la première expédition à avoir traversé les Etats-Unis à terre, et dont l’histoire se trouve ici rattachée à celle de la ville et ses mystères de manière fort intrigante. On croisera également les excentriques Richard Sharpe Shaver (écrivain SF ayant écrit des histoires qu’il prétendait réelles au sujet des Lémuriens, une civilisation préhistorique technologiquement avancée vivant dans les profondeurs de la Terre et évoluant au sein de vaisseaux spatiaux) et Aleister Crowley. Les aspects mystiques et historiques sont donc importants dans L’histoire secrète de Twin Peaks, et soulignent, si besoin était, la dimension mythique de la petite ville imaginaire de Twin Peaks, quintessence de l’Amérique et son imaginaire imprégné de légendes.

Pays « jeune », bâti sur un massacre sans précédent qui reste encore aujourd’hui tabou, les États-Unis d’Amérique apparaissent en effet comme un réservoir à mythes, où la colonisation ou encore la conquête de l’Ouest, particulièrement sanglantes, ont été passées sous le prisme de la légende, aboutissant à un « mythe fondateur », forgeant au fil du temps un imaginaire qui n’a cessé de s’étoffer, popularisé par le biais de la culture populaire. Fondé en partie par des parias, rejetés dans leur pays en raison de leurs croyances religieuses (comme les Irlandais, dont la présence, qui ne fit que s’accentuer par la suite, explique la popularisation de la fête païenne celte Samhain, qui devint Halloween), le pays a toujours été empreint de mysticisme et la culpabilité liée au sort réservé aux amérindiens n’a fait que renforcer cette tendance. L’Amérique, c’est donc une terre immense peuplée d’histoires étranges et de « fantômes », où nous avons l’impression que tout peut arriver.

Chose que Twin Peaks, oeuvre culte créée par David Lynch, le plus surréaliste des cinéastes américains, et Mark Frost, a très bien su illustrer, que ce soit à travers son univers visuel intemporel, mêlant l’imagerie des 50’s à celle des soaps des années 80-90, ou sa dimension fantastique et mystique, brassant différents motifs et de nombreux éléments ésotériques. Trois ans après Blue Velvet, où le héros lynchien incarné par Kyle MacLachlan (l’agent spécial Dale Cooper dans Twin Peaks) faisait d’étranges découvertes à Lumberton, petite ville idyllique en surface, Twin Peaks développait cette tension entre film noir et mélodrame, en puisant également du côté des soap operas donc, pour nous faire plonger au sein de cette petite communauté dévorée par de sombres secrets sous ses apparences lisses et chaleureuses. Un paradoxe qui est celui de Laura Palmer, Reine de Beauté sacrifiée, « radieuse en surface, mourante à l’intérieur », selon la formule de David Lynch, mais aussi des États-Unis, terre de contrastes, pétrie de contradictions profondes qui font partie intégrante de son identité.

Un développement intriguant, soulevant craintes et excitation pour la saison 3…

En ce sens, la manière de Mark Frost de connecter tous ces éléments épars, qu’ils soient historiques, fantasmatiques ou fictifs, est cohérente avec l’univers que nous connaissons et réellement enthousiasmante. Le dossier, dactylographié et truffé de vrais-faux extraits de livres, de coupures de journaux, clichés historiques et photos de la série, se lit ainsi avec une certaine jubilation, nous plaçant dans la peau d’un enquêteur possédant une longueur d’avance sur l’agent spécial annotant le dossier (qui n’a pas connaissance de ce qui s’est déroulé dans la Black Lodge), cherchant des indices et reliant les points entre eux en se basant autant sur le contenu du dossier que sur ce que nous avons vu dans les deux premières saisons.

On est quelque peu rassurés de constater que la sous-intrigue autour des OVNIS, amenée de manière assez abrupte au sein de la saison 2 et qui interloqua de nombreuses personnes, est intégrée de manière cohérente au reste de la mythologie de la série, bien que son développement au sein du livre, très X-Files, soulève quelques craintes et interrogations. Ce développement est cohérent par la manière dont il est amené, et aussi dans le sens où les OVNIS et l’affaire Roswell font partie de ce même tissu mythique qui a façonné l’imaginaire entourant les États-Unis et dont se nourrit Twin Peaks. Restée à l’état d’ébauche dans la série en raison de son annulation par la chaîne ABC, cette intrigue de science-fiction est suffisamment étoffée par Mark Frost dans L’Histoire secrète de Twin Peaks pour que l’on révise un peu notre jugement sur ce pan « controversé » de l’intrigue, qui pouvait donner l’impression, à l’époque, d’avoir été introduite de manière gratuite, simplement pour faire « bizarre ». L’absence de David Lynch, parti tourner Sailor et Lula lors d’une bonne partie de cette saison 2, fut également la cause d’une partie de ces reproches, et créa des tensions avec les acteurs, dont Kyle MacLachlan.

Néanmoins, et même si Chris Carter n’a jamais caché s’être inspiré de l’oeuvre de David Lynch et Mark Frost, le fait qu’X-Files soit depuis passé par là peut faire craindre une certaine forme de redite si jamais la saison 3 venait à se pencher plus que de raison sur ces histoires de complot gouvernemental impliquant la C.I.A. Cependant, le fait que le roman de Frost prenne la forme d’un dossier top secret annoté par le F.B.I. ne signifie pas pour autant que les nouveaux épisodes conserveront cette tonalité, ni même qu’ils seront racontés du point de vue de ce nouveau personnage féminin travaillant pour la célèbre organisation fédérale, bien qu’il paraisse inévitable qu’une partie des éléments qui sont développés ou ébauchés ici aient leur importance d’une manière ou d’une autre.

Une belle manière de patienter jusqu’au printemps

Twin Peaks saison 3 ne saurait être une copie conforme des deux premières saisons, chose qui serait tout sauf souhaitable et dans tous les cas impossible en raison de l’écart de deux décennies entre celle-ci et le dernier épisode de la saison 2, mais, au vu du bras de fer entre David Lynch et Showtime, que le cinéaste a fini par remporter (il avait quitté le projet l’an dernier, avant de revenir après avoir obtenu de la chaîne de réaliser 18 épisodes au lieu de 9, avec davantage de moyens), nous pouvons raisonnablement espérer une suite satisfaisante, respectant l’esprit de l’oeuvre sans tomber dans la caricature à la manière du récent reboot d’X-Files, ni se contenter de n’être qu’une pâle copie de ce qui avait plu aux téléspectateurs du début des années 90.

Bien sûr, c’est déjà ce que Lynch avait fait avec Fire Walk With Me (1992), prequel qui avait profondément choqué les fans et déstabilisé la critique par sa noirceur et son côté expérimental et sans compromis, mais il est plus probable, pour ce retour sur le petit écran, que les créateurs reviennent aux fondations de la série, tout en posant un regard sur notre époque. Après tout, les avancées technologiques des 25 dernières années ont considérablement changé la donne, et il sera intéressant de voir si cela aura un impact sur la série. Dale Cooper aura-t-il troqué son inséparable dictaphone contre un smartphone dernier cri ? En attendant, L’histoire secrète de Twin Peaks, ouvrage conçu avec un vrai soucis du détail par Mark Frost, est une belle façon de patienter jusqu’au printemps, et sera aussi l’occasion de replonger progressivement dans l’univers de la série et ses intrigues plus secondaires, qui sont ici développées de manière intéressante et plaisante.

L’histoire secrète de Twin Peaks de Mark Frost, éditions Michel Lafon, sortie le 27 octobre 2016, 365 pages. 24,95€.  

Cécile Desbrun

Cécile Desbrun est une journaliste culturelle spécialisée dans le cinéma, la musique et l'image de la femme dans la culture. Elle créée Culturellement Vôtre en 2009 et écrit parallèlement pour plusieurs publications en ligne. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'oeuvre de David Lynch et est la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.