[Critique] Les Bleus c’est nous – Thibaud Leplat

image les bleus c'est nousUn beau livre indispensable à toute bibliothèque spécialisée dans le sport

On ne peut pas écrire que l’on manque de livres sur l’équipe de France de football. Bien des angles ont été abordés, et souvent le résultat s’est situé entre l’embarrassant et l’oubliable, tant invoquer les Bleus semble de facto provoquer une tonalité niaise ou exagérément politique, c’est selon. Un drôle de constat pour débuter cet article, et pourtant il est nécessaire afin de bien prendre la mesure de la réussite incandescente que représente Les Bleus c’est nous, qui se trouve être l’un des beaux livres les plus étincelants de l’année. Oui, carrément.

Les Bleus c’est nous aborde évidemment l’équipe de France, son parcours depuis sa naissance, ses moments de gloire, de troubles, voire carrément d’échecs. Rien de bien original pour le moment mais, comme toujours avec ces sujets finalement assez globalisant, c’est la plume qui fait toute la différence. Et, en l’occurrence, celle de Thibaud Leplat nous a doublement surpris. Tout d’abord parce qu’on doit bien avouer qu’à part quelques papiers dans les médias qui font appel à lui (So Foot et Onze Mondial, notamment), on était passé à côté de sa carrière dans le domaine du livre. Mais, surtout, on ne s’attendait pas à une telle déclaration d’amour, un tel témoignage qui, pourtant, ne provient pas d’un « papi du foot ». Avec Les Bleus c’est nous, ce sont plus de cent ans d’Histoire du foot qui vont vous être contés, et on va voir que l’auteur soigne autant la forme que le fond.

Les Bleus c’est nous est un beau livre qui ne cache pas son caractère d’ouvrage de collection. Le prendre en mains, c’est déjà se plonger dans l’univers des Bleus : on ne peut que souligner cette réussite de la part des éditions Solar. Puis, on se frotte à une jolie préface, qui déjà nous donne un indice sur le style très affirmé de Thibaud Leplat. Mais le premier vrai choc, c’est sans doute… le sommaire. Si vous pensiez avoir droit à une formule hyper prudente, un découpage bien précautionneux à base de chapitres représentants telle ou telle décennie, alors vous serez surpris. Parmi les titres : « Les couleurs », « Aventure », ou encore « Empire » (il en reste huit, à vous de les découvrir). On est donc dans une construction sentimentale, qui aborde des sujets vastes sous le seul drapeau de l’émotion. Le premier chapitre cité revient notamment sur le premier match des Bleus, un Belgique – France datant du 1er mai 1904. Mais il faut lire comment l’auteur de Les Bleus c’est nous revient sur cet événement, notamment en replaçant parfaitement l’atmosphère politique du moment, ou en faisant appel à des témoignages surprenants. Thibaud Leplat fait preuve non seulement d’une superbe maîtrise de son sujet, mais ses qualités de conteur sont du genre à faire vivre ces grandes dates. Véritablement.

Une œuvre qui déborde d’émotions

Évidemment, Les Bleus c’est nous passe en revue les moments les plus fondateurs de ce qui donnera les Bleus, mais aussi les plus glorieux, et les plus tristes. Il nous donne matière à vibrer, avec la joie de la Coupe du Monde 1998, passage obligé mais ici très bien resitué et mis en valeur. Il nous donne à cauchemarder, avec tout le passage sur France – RFA de 1982, au cours duquel il réussit à trouver les mots justes pour qualifier Charles Corver, en n’attaquant jamais l’Homme mais l’injustice de son arbitrage, alors que le pauvre Patrick Battiston gît à terre suite à l’une des pires fautes vues lors d’une Coupe du Monde. On aura aussi de quoi frissonner avec la joie, adroitement mise en relation, de Platini et de Zidane, tous les deux alors qu’ils viennent de terrasser le Portugal (ces derniers se vengeront en 2016, malheureusement). En se plongeant dans Les Bleus c’est nous, le lecteur ne fait pas que parcourir l’Histoire des bleus, il la vit, il la ressent au plus profond.

Évidemment, le grand format (32 x 24 centimètres) dans lequel s’étale Les Bleus c’est nous est parfait pour que le livre nous en mette plein les mirettes avec des photos d’époques toutes plus belles les unes que les autres. Signalons ici que la maquette, très sobre et classe, est en tous points exemplaire. Au final, on est en présence d’un beau livre que l’on prend autant plaisir à parcourir assidûment qu’à feuilleter afin d’admirer les superbes clichés qui l’habitent. Les Bleus c’est nous figurera sans nul doute parmi nos plus belles découvertes de l’année, c’est dire s’il nous a marqué.

Les Bleus c’est nous, un livre écrit par Thibaud Leplat. Aux éditions Solar, 224 pages, 35 euros. Sortie le 27 octobre 2016.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato

Les derniers articles par Mickaël Barbato (tout voir)

/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *