[Critique] Les As de la jungle à l’Ile de Maurice – Davy Mourier, Dav, Esteban

Caractéristiques

  • Auteur : Davy Mourier, Dav, Esteban
  • Editeur : Delcourt
  • Collection : Delcourt Jeunesse
  • Date de sortie en librairies : 28 juin 2017
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 48 pages
  • Prix : 10,95€
  • Acheter : Cliquez ici

Les As de la jungle sont partout, et même en BD !

Alors que le nouveau film d’animation Les As de la jungle vient de sortir au cinéma, et que la série fait toujours un carton auprès des enfants, voilà qu’une bande dessinée a débarqué, aux éditions Delcourt. Et pas n’importe comment, car si l’on pouvait avoir peur du « simple » produit dérivé, on est assez interloqué par le nom au scénario : Davy Mourier, que l’on connaît bien pour la série Nerdz, mais aussi et plus récemment pour la BD Super Caca. Dès lors, on savait déjà que l’humour employé emmènerait la licence vers d’autres résultats, et c’est bel et bien le cas.

Les As de la jungle, sous-titré « à l’Île de Maurice« , s’intéresse à de drôle d’oiseaux : les dodos. Non, l’espèce n’a pas définitivement disparu : elle est retenue par une étrange bande de pandas, menée par un chef qui a décidé que seuls les animaux mignons ont droit de vivre en liberté sur Terre. Alors, ils sont enfermés, et doivent porter des masques en forme d’ananas, pour ne pas froisser les geôliers. Heureusement, l’une des dodos, la moins courageuse bien évidemment, réussit à s’enfuir, et part demander de l’aide à Maurice le manchot-tigre et ses amis. Tous ensemble, il vont tout faire pour libérer ces oiseaux certes pas gâtés par la nature, mais qui ont droit à la liberté !

Fidèle, mais pas trop

Les As de la jungle à l’île de Maurice ne peut nier sa filiation directe avec la série télévisée, qui cartonne de manière assez incroyable auprès du jeune public. On retrouve le ton énergique, l’humour déjanté, limite farfelu, et un récit qui remue. Avant d’aborder la patte de Davy Mourier, il faut bien souligner ce fait : l’histoire ici traitée est totalement originale, elle n’est pas issue d’un épisode particulier, même si on retrouve l’ambiance qui règne dans la série. À celle-ci, donc, vient s’ajouter la personnalité de l’auteur. On reconnaît de suite ses ressorts, et ils s’emboîtent plutôt bien dans ce que la licence propose. Jeux de mots pas drôles qui, bien entendu, font rire de par leur état de fait, gags qui s’enchaînent à bon rythme, dialogues débiles mais tout de même maîtrisés. Certes, cela ne vole jamais bien haut, encore que on apprécie le petit sous-texte sur la tolérance, mais nul doute que ça pourra amuser la jeune cible.

Seule retenue, la fin nous a paru rapide, comme si Davy Mourier se rendait compte qu’il avait une bande dessinée à boucler. Mais difficile de ne pas tout de même rigoler de bon cœur, notamment quand la chauve-souris Batricia se rend compte de certains jeux de mots, qui touchent les différents dodos. Oui, « dodo Dan » (lisez-le à haute voix), c’est bête mais ça a su faire pouffer votre humble serviteur. On remarquera aussi pas mal de références, c’est d’ailleurs une tradition pour Les As de la jungle. Astérix est certainement la plus visible, Kung Fu Panda est aussi invoqué, et d’autres que les enfants auront le plaisir de découvrir (même si le clin d’œil à Sega parlera certainement plus aux parents gamers). Enfin, le duo au visuel, formé de Dav aux dessins et Esteban aux couleurs, s’en sort plutôt bien. On a un rendu peut-être un peu trop propre, « ordinateur » pourrait-on écrire. Mais, au moins, la personnalité de la série est respectée dans les grandes lignes, même si les fans remarqueront vite des expressions plus affirmées.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *