[Critique] Vendée Globe 2016-2017 – Pierre-François Bonneau

Caractéristiques

  • Auteur : Pierre-François Bonneau
  • Editeur : Éditions du Chêne
  • Date de sortie en librairies : 17 mai 2017
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 176
  • Prix : 29,90€
  • Acheter : Cliquez ici

Un beau livre qui replonge dans une édition excitante

Pour les amoureux de la voile, le Vendée Globe tient une place à part. Ayant lieu tous les quatre ans, avec un départ depuis la somptueuse ville des Sables-D’Olonne (ndlr : on sent que le rédacteur a quelques attaches dans le coin !), et une arrivée au même endroit. Une course autour du monde donc, au cours de laquelle les navigateurs foncent droit vers l’Antarctique, longent ce continent, et rentrent au bercail après un parcours de plus de 50 000 kilomètres. Une sacrée trotte donc, et des histoires passionnantes à raconter, ainsi que des souvenirs à chérir. C’est l’objectif de ce Vendée Globe 2016-2017, écrit par Pierre-François Bonneau (Coureurs d’océans), et qui paraît aux éditions du Chêne (Jacques Anquetil : histoire d’un géant).

Vendée Globe 2016-2017 retrace le récit exceptionnel d’une course qui, à chaque édition, rappelle à quel point elle est un événement historique. Ils étaient 29 au départ, le 6 novembre 2016. Du vainqueur Armel Le Cléac’h, qui a bouclé son tour le 19 janvier 2017 (en 74 jours, 3 heures et 36 minutes), au dernier arrivé Sébastien Destremau, ils ont fait vibrer des milliers de supporters avec des émotions fortes partagées, et des images magnifiques du bout du monde.

Vendée Globe 2016-2017 est un livre important, pour qui aime cette pratique sportive pour le moins atypique. L’ouvrage débute par une préface assurée par Yves Auvinet, Président du Vendée Globe (mais aussi du Conseil Départemental de la Vendée, c’est à souligner). Le message est court mais ne laisse aucun doute : l’émotion est ce qui fait la force de cette épreuve, ce qui relie skipper et public. Et pour qu’elle soit complète, il faut que le lien soit le plus précis possible. Il est nécessaire que le suiveur puisse poser un visage sur le nom qui fait naître le suspens, et qui réussira peut-être à surmonter toutes les épreuves qui l’attendent. Incontournable, aussi, est le devoir de replacer le contexte, avec une Histoire de la compétition, de sa genèse à l’édition 2012-2013. Pierre-François Bonneau en est conscient, d’ailleurs tout cela est dans son livre, et bien plus.

Une édition qualitative, pour un bel objet

Vendée Globe 2016-2017 raconte, et montre. On a donc de courts rappels des épisodes précédents, par le biais d’écrits clairs et concis, qui vont droit au but. Ensuite, on a droit à un bref interlude (de 8 pages, tout de même) concernant les derniers préparatifs, qui nous rappelle d’ailleurs que d’autres critères que le financier permet une élaboration fondamentalement réussie. La description de la course est évidemment l’un des gros morceaux de cet ouvrage, que l’on soit un habitué ou non de cette course. On suit une histoire scénarisée par le destin, mais aussi le talent de ces skippers, et l’on est impressionné par les différences qui s’opèrent entre la première navigation en Atlantique Nord, et la seconde qui aboutie à l’arrivée. Les Hommes ne sont plus les mêmes, les voiles ont pris un bon coup dans l’aile. Des avaries qui auront lieu tôt, parfois dès l’Atlantique Sud, avec une zone qui rappelle à quel point les océans sont marqués par le traitement qu’on leur inflige. On a aussi droit aux temps de passages bien évidemment, pour (re)suivre au plus près le parcours.

Vendée Globe 2016-2017 n’oublie pas les héros qui tentent de mener à bien leurs embarcations : les 29 skippers. Et, bien entendu, les bateaux qu’ils ont commandé pendant ces mois de dur labeur. Sachez aussi que, grâce à l’application mobile Shazam (disponible gratuitement sur Google Play et l’App Store), vous pourrez scanner la couverture et découvrir des vidéos de présentation des marins. De quoi compléter un contenu amplement fourni : soixante pages de portraits, complets et précis sur les données, bouclent cet ouvrage qui donne à revivre cette course intense. Autre belle satisfaction : les photos sont nombreuses, profitent d’une définition qui permet une netteté optimale, et la qualité d’impression ne faiblit jamais. Cela s’accorde avec la qualité d’édition, de la couverture cartonnée à la qualité du papier, épais juste ce qu’il faut. Un beau livre de collection donc, qui met bien en relief cette compétition, et plus particulièrement cette édition.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *