[Critique] Alice on Border Road tome 1 — Haro Asô & Takayoshi Kuroda

Caractéristiques

  • Traducteur : Ryoko Sekiguchi
  • Auteur : Haro Asô (scénario) & Takayoshi Kuroda (dessin)
  • Editeur : Editions Delcourt
  • Collection : Delcourt Tonkam Shonen
  • Date de sortie en librairies : 20 septembre 2017
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 192
  • Prix : 7,99€
  • Acheter : Cliquez ici

Le spin-off d’Alice in Borderland

Deux mois seulement après la publication du dernier tome de la série-phare d’Haro Asô, Alice in Borderland, le mangaka est de retour chez Delcourt-Tonkam (Je voudrais être tué par une lycéenne, Empress of Flame) avec ce spin-off, Alice on Border Road, qui a la particularité de pouvoir se lire indépendamment de la série-mère. Ainsi, si l’on reste dans l’univers d’un survival où les cartes à jouer constituent un élément-clé, c’est une toute nouvelle intrigue que l’on découvre ici, malgré quelques petites références ici et là qui parleront aux amateurs de la précédente série.

image planche 6 alice on border road tome 1 delcourt tonkam
© Delcourt

Dans ce premier tome, nous faisons donc la connaissance de Kina Sano, une lycéenne tokyoïte introvertie et nihiliste qui se réveille au milieu d’un Kyoto post-apocalyptique où la nature a repris ses droits. Amnésique, elle se souvient seulement d’éléments sans importance s’étant produits quelques jours plus tôt et n’a aucune idée de la manière dont elle s’est retrouvée là ni de ce qui a bien pu se produire dans cette ville où l’homme semble avoir disparu depuis des années. Seule indice : une carte à jouer qu’elle trouve à ses côtés lorsqu’elle se réveille. Elle ne tarde pas à faire la connaissance d’une jeune fille de son âge aussi vive qu’elle est réservée, Alice Kojima, qui est dans la même situation qu’elle. Bientôt, ce sont dix autres personnes désorientées qu’elles rencontrent. Toutes viennent de Tokyo et possèdent une carte à jouer différente. Alors que chacun tente de comprendre ce qu’ils font là et quelle est la signification de ces cartes, des groupes et des dissensions ne tardent pas à apparaître…

Une ouverture intrigante

image planche 5 alice on border road tome 1 delcourt tonkam
© Delcourt

Alice on Border Road, tome 1 pose les bases de la série de manière relativement conventionnelle mais efficace. Haro Asô met en place les différents éléments de l’intrigue de sorte à nous présenter les personnages et faire monter le suspense quant aux raisons de la présence du groupe dans ce Kyoto dont tout porte à croire qu’il est situé dans un monde parallèle, comme pouvait l’être le Borderland de la série originale, en somme. L’amnésie des personnages, qui se réveillent dans un lieu inconnu et les tensions qui apparaissent inévitablement, ne sont pas sans rappeler les ressorts d’un autre survival récent édité chez Delcourt/Tonkam, Abyss, à la différence près que le ton de l’ensemble est moins adolescent, et les personnages mieux définis de prime abord. On reste bien dans l’univers du shônen, avec un dessin — assuré ici par Takayoshi Kuroda, qui reste proche du trait d’Asô — assez typique, mais le scénario n’en rajoute jamais dans les dialogues comme cela pouvait être le cas d’Abyss, où la trivialité des répliques contrastait fortement avec la violence des attaques de monstres et la noirceur des décors.

Pas de gore dans cette ouverture, même si la mort est bel et bien présente… Les paysages de ce Kyoto post-apocalyptique et désert sont mis en avant avec un beau soucis du détail, ainsi que les différentes routes et chemins qui pourraient constituer des points de fuite pour les protagonistes. Le titre le suggère, Alice on Border Road sera l’histoire d’un voyage, où le groupe cherchera à retourner chez eux tout en tirant au clair les raisons de leur présence dans ce monde étrange. Les petits clins d’oeil à l’oeuvre de Lewis Carroll sont bien présents, mais de manière libre et fort discrète pour l’instant. Il s’agit principalement d’allusions, et il faudra attendre de voir découvrir les prochains tomes pour voir si Asô compte prendre une direction similaire à celle de Borderland. Le rôle des cartes à jouer — qui déterminaient des jeux de survie de différentes natures dans la série originale — reste ici à déterminer et fait l’objet de débats au sein du groupe, attisant suspicions et rivalités.

Un survival classique mais efficace

Sans être particulièrement novateur du point de vue du scénario comme du dessin, Alice on Border Road, tome 1 pose efficacement les premières pierres d’un univers restant à définir, et parvient à intriguer. Les lecteurs d’Alice in Borderland retrouveront ça et là des références à l’oeuvre qui a fait le succès d’Haro Asô, mais cette nouvelle série a de toute évidence été conçue pour pouvoir se lire de manière indépendante et attirer ainsi d’autres lecteurs. Les quelques éléments révélés pour l’instant ne permettent pas de déterminer s’il s’agit là d’un prequel, d’une intrigue parallèle ou autre,  mais le lien avec la série-mère devrait se préciser au fil du temps.

En l’état, on a affaire ici à un survival classique et assez prenant qui se lit d’une traite, réunissant de nombreux protagonistes aux personnalités tranchées qui devraient faire des étincelles lors des épreuves qui ne manqueront pas de se présenter durant leur périple. Le tome 2 paraîtra en novembre…

Natacha Fleurot

Natacha Fleurot

Diplômée en Lettres Modernes, Natacha Fleurot rejoint la rédaction de Culturellement Vôtre fin 2015. Spécialisée dans les oeuvres jeunesse, young adult ainsi que la fantasy, elle réalise de nombreux articles dans les rubriques Livres et Cinéma. Passionnée de cuisine, elle teste aussi régulièrement des livres de cuisine et écrit dans la catégorie Food de la rubrique Lifestyle.
Natacha Fleurot
6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *