article coup de coeur

Hillbilly T1 – Eric Powell : notre critique

Caractéristiques

  • Auteur : Eric Powell
  • Editeur : Delcourt
  • Date de sortie en librairies : 24 janvier 2018
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 96
  • Prix : 15,95€
  • Acheter : Cliquez ici

Une série à l’ambiance fascinante

Il existe une constante dans l’univers des comics : les nouvelles licences ne cessent de fleurir, au printemps comme en hiver. Loin de l’impression que beaucoup peuvent ressentir, qui feraient des super héros les seuls vecteurs de cette véritable culture au sein du neuvième art, la bande dessinée à l’américaine redouble d’ingéniosité, de sujets et d’univers, notamment dans le genre du fantastique. Aujourd’hui, nous abordons Hillbilly, la nouvelle série d’Eric Powell, un auteur très en vue depuis le succès de The Goon, aux éditions Delcourt (MonstressL’homme gribouillé).

Parmi les multiples forces de Hillbilly Tome 1, le récit n’est pas la dernière. Rondel est un vagabond aveugle, qui en réalité comprend et voit le monde bien mieux que le commun des mortels. Rondel est un solitaire, armé d’un hachoir géant qui est finalement plus à l’aise auprès des créatures magiques et des sorcières. Il est même devenu pour beaucoup un héros de folklore pour ceux qui errent à l’orée du monde des rêves. Mais Rondel est également bien plus que cela…

Hillbilly Tome 1 se dévore comme l’entrée délicieuse d’un plat principal que l’on espère au même niveau de qualité. Le héros, Rondel, rassemble certaines des ficelles que l’on connaît bien dans la pop culture, mais dans un but qui fait toute la différence. Ce vagabond des collines, d’où le titre de la série, est le personnage principal d’un univers heroic fantasy, mais déplacé des habituels environnements du genre vers le Sud des États-Unis. Là est une grande partie de l’originalité que l’on ressent à la lecture de ces bien belles pages : on a l’impression d’un mélange de codes fantastiques et d’un monde dont on s’empare rapidement. Cependant, ne pensez pas qu’il règne dans ce comics la tentation du réalisme…

Un road trip d’heroic fantasy

Hillbilly Tome 1 se charge d’installer une ambiance fascinante, des conflits et une route à suivre, plus que des personnages. En dehors de Rondel, que l’on apprend à connaître au fur et à mesure, chacune des histoires, indépendantes, introduit de nouveaux protagonistes (en dehors du compagnon de route, un ours géant), validant que notre vagabond est un véhicule vers un objectif clair. Son terrible passé façonne son futur, que ce soit au niveau de son caractère, sa motivation, mais aussi de la manière qu’il a d’appliquer ses sentences. Partir à la chasse aux sorcières (avérés, précisons), très bien, mais celle qui anime Rondel n’a rien de gratuite, et s’appliquera grâce au couperet du Diable, véritable ustensile du Malin qui détruit aisément les détestables magiciennes. Tous ces éléments scénaristiques, nous les découvriront au fil de récits courts mais parfaitement chargés en informations.

Des dessins aux aventures du vagabond, Hillbilly Tome 1 déploie bien des qualités. Impossible de ne pas tomber sous le charme de ce style si particulier, qui pourrait être qualifié d’enfantin si les détails n’étaient pas aussi marqués. Les sorcières, par exemple, sortent tout droit d’un recueil d’histoires pour enfant, mais leurs représentations sait aussi se faire inquiétante. On apprécie aussi la particularité de Rondel, le fait qu’il soit aveugle, qui nous ramène vers d’autres figures de la pop culture, comme le japonais Zatoichi, ou Nick Parker (le héros de Vengeance Aveugle). L’atmosphère, si elle tire autant vers le conte de fées assez sombre que vers l’heroic fantasy à tendance road trip fantastique, accouche d’un résultat plein de charmes. L’imagerie nous hante, créée une certaine émulsion, et l’on se demande bien ce que l’auteur nous réserve pour la suite. Notons que l’édition se termine avec quelques bonus, dont une histoire imaginée spécifiquement pour la plateforme numérique ComiXologie, et des croquis préparatoires commentés.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *