[Critique] Rouletabille Tome 1 – Jean-Charles Gaudin, Sibin Slavkovic

Caractéristiques

  • Titre complet : Rouletabille Tome 1 : Le Mystère de la Chambre Jaune
  • Auteur : Jean-Charles Gaudin, Sibin Slavkovic, Joël Odone
  • Editeur : Soleil
  • Collection : Rouletabille
  • Date de sortie en librairies : 7 mars 2018
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 64
  • Prix : 15,50€
  • Acheter : Cliquez ici

L’exigence en perspective

Si vous aimez le polar « à l’ancienne », ces récits centrés sur des énigmes, alors vous connaissez obligatoirement… Sherlock Holmes. Mais d’autres figures classiques peuvent se targuer d’avoir travaillé à former les lettres de noblesse du genre, comme Joseph Rouletabille, le journaliste surdoué créé par Gaston Leroux, l’auteur du Fantôme de l’Opéra. Sans doute moins apte à traverser les génération, ce héros a pourtant tout pour plaire : des histoires réglées comme autant de montres suisses, ou encore des personnages passionnants. Fort de ce constat, les éditions Soleil (Une affaire d’ÉtatsLe Troisième Fils de Rome) , ont décidé de lancer une nouvelle collection, visant à adapter en bande dessinée ces histoires. Le premier tome, Le Mystère de la Chambre Jaune, pose les piliers de ce que sera la collection.

Le professeur Stangerson et sa fille Mathilde vivent au château du Glandier, où ils poursuivent des recherches scientifiques. Une nuit, Mathilde échappe de justesse à une tentative d’assassinat dans sa chambre jaune, pourtant fermée de l’intérieur. Rouletabille et son ami Sainclair se rendent sur les lieux, ils vont, au terme d’une enquête périlleuse, élucider le mystère de la chambre jaune.

Rouletabille Tome 1 ne cache pas une seconde son jeu. L’auteur, Jean-Charles Gaudin, n’est pas un novice dans l’exercice de l’adaptation. En effet, on le connaît pour son gros travail sur L’Assassin Royale, d’après les romans de fantasy signés Robin Hobb. Ce coup-ci, l’écrivain s’attache à un récit peut-être encore plus littéraire, tant les problématiques de Gaston Leroux sont du genre à s’exprimer avant tout par le verbe. Pour faire simple, il était couru que, pour atteindre une certaine fidélité, il fallait avoir recours au dialogue, de manière assez appuyée. Sans surprise, c’est ici le cas.

Une adaptation très fidèle

C’est un choix, que d’épouser au mieux le cheminement du roman, et c’est celui qui a été effectué ici. Rouletabille Tome 1 adapte la toute première aventure du journaliste, et s’attache à ne pas s’accompagner d’une saveur d’introduction. Ainsi, on rentre dans le récit sans concession aux lecteurs : si vous ne connaissez pas ce personnage, vous ferez les présentations en cours d’histoire, et non lors d’une parenthèse de caractérisation. Il se dégage de cette option un rythme que les amateurs d’énigmes apprécieront. Pas de place pour les effets de style littéraire, seul le mystère domine la lecture. Il faudra, bien entendu, digérer l’épaisseur des dialogues, et les complications de l’enquête, surtout dans la seconde partie. On vous conseille, d’ailleurs, de vous lancer dans une seconde lecture, afin de mieux prendre conscience de la justesse de l’ensemble. Aussi, n’hésitez pas à vous rapporter au dos des couvertures : deux cartes des lieux s’y étalent.

Rouletabile Tome 1 met en avant son récit, ce qui démontre une véritable humilité de la part de son auteur. Aux dessins, on ressent la même modestie, qui ne signifie absolument pas une qualité limitée. L’artiste Sibin Slavkovic est, pour nous, une totale découverte. Jusqu’ici, il a travaillé notamment sur des bandes dessinées sous licence, notamment pour Tarzan. Son style, à base de traits fins mais appuyés, d’ombres finement gérées (bien mises en valeur par le travail de Joël Odone aux couleurs), nous a agréablement surpris. Une petite saveur vintage qui colle idéalement à l’esprit de la série, doublé d’une mise en scène claire et limpide, même si parfois un peu cassante dans le rythme. L’ensemble est, donc, assez exigeant, mais s’appliquer à s’y plonger est une tâche qui récompense le lecteur d’une bonne expérience.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *