article coup de coeur

[Critique] Redneck T2 – Cates, Estherren, Cunniffe

Caractéristiques

  • Auteur : Donny Cates, Lisandro Estherren, Dee Cunniffe
  • Editeur : Delcourt
  • Collection : Contrebande
  • Date de sortie en librairies : 7 novembre 2018
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 144
  • Prix : 15,95€
  • Acheter : Cliquez ici

L’une des séries les plus intéressantes du moment !

Après un premier tome qu’on avait dévoré goulument, c’est avec empressement qu’on s’est jeté sur la suite. Il faut bien écrire qu’on se trouve là devant une variation de qualité, autour d’un thème pourtant surexploité, que ce soit dans le comics, le cinéma ou le jeu vidéo : le vampire. Si vous pensiez que ces monstres aux canines acérées n’ont plus de secrets pour vous, attendez de découvrir cette série, Redneck, laquelle paraît aux éditions Delcourt

Signalons ici que Redneck Tome 2 ne pourra être découvert qu’après avoir lu le premier volume. Si vous n’avez pas encore craqué, courrez réparer cette erreur (compréhensible : l’offre comics est si large qu’on s’y perd). Le scénario, donc, prend la suite quasi directe des événements précédents. Après avoir quitté à la hâte Sulphur Spring, à la suite du bain de sang perpétré par un membre de la famille, les Bowman se mettent au vert, en essayant d’échapper à la justice. Mais la justice des vampires n’est pas celle des hommes. Et lorsqu’une règle séculaire est enfreinte, c’est toute la famille qui a de grandes chances de souffrir des conséquences.

Une écriture pleine de maitrise

Désormais libérés de l’emprise immonde de Papy, les Bowman peuvent profiter d’une sorte de trêve. Seulement, vous vous en doutez, le récit de Redneck Tome 2 va très vite être chamboulé. On ne le répétera jamais assez : Donny Cates, l’auteur, est pour nous une révélation. Loin de Marvel, pour qui il a signé des albums mémorables mais passés inaperçus (Doctor Strange : Damnation), c’est chez Dark Horse Comics qu’il prend son véritable envol. Voilà une plume sur laquelle il faut compter et qui, ici, déploie une somme de forces peu communes. On apprécie sa gestion du rythme, ultra-efficace, ses dialogues toujours justes et concis, et sa maitrise des codes de la figure vampirique.

Redneck Tome 2 doit redémarrer une intrigue après une période d’accalmie. Mine de rien, cette mission n’était pas aisée. On aurait pu craindre de la répétition de les problématiques, voire un embourbement chez les personnages. Il n’en est rien. Si le mystère autour de la véritable identité de Perry s’inscrit comme le fil rouge de ce volume, lequel fera toute la lumière sur cet élément dans un dernier quart hallucinant, les autres protagonistes ne sont pas en reste. Et tous vont devoir assumer quelques actes du précédent tome, qu’ils soient de l’ordre de l’arbitraire, ou du réglementé. Les Bowman sont autant d’âmes damnées, obligés de suivre des traditions à la règle. C’est ici que se situe l’un des grands charmes de cette série : l’auteur manipule tout cela, pour accoucher d’un résultat surprenant. Sans trop vous en dévoiler, l’un des meilleurs exemples se trouve dans le fameux code du vampire qui ne peut rentrer chez autrui sans y avoir été invité. Cela résulte sur deux scènes inoubliables, d’une sacrée puissance.

Des vampires, donc, mais aussi des hommes. Parmi les focus opérés par Redneck Tome 2, celui qui s’attarde sur Evil, l’un des deux êtres humains qui travaillent pour le compte des Bowman, s’avère des plus passionnants. Si l’on avait perçu ses capacités physiques dans le précédent volume, elles éclatent ici au grand jour, faisant passer le protagoniste du troisième au premier plan. Et, sans rentrer dans les détails, sachez que l’action qu’il mène est pour le moins savoureuse, d’une violence méthodique. Cela s’ajoute à un crescendo très captivant autour de Landry, passé d’ennemi ultime des Bowman à allié par la force des choses. Là aussi, le cheminement vous surprendra, soyez-en certains. Le tout toujours aussi bien soutenu par les dessins de Lisandro Estherren, que l’on savoure à chaque case. Vous cherchiez une nouvelle série à suivre ? La voici !

9/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *