[Critique] Guiness World Records 2018 – Collectif

Caractéristiques

  • Auteur : Collectif
  • Editeur : Hachette Pratique
  • Date de sortie en librairies : 6 septembre 2017
  • Nombre de pages : 256
  • Prix : 29,95€
  • Acheter : Cliquez ici

Une édition 2018 très pop, plus pétillante que jamais

Comme chaque année, et après une édition 2017 qui avait su renouveler l’intérêt (ainsi qu’une version sœur, consacrée aux jeux vidéo), le Guiness World Records est un rendez-vous que les amateurs d’exploits aiment à surveiller de près. Fin d’année oblige, l’envie de se faire des cadeaux, de dépenser l’argent durement gagné, refait surface. C’est la période rêvée afin d’aborder ce millésime 2018 qui, nous allons le voir, a décidé de faire les yeux doux aux plus geeks d’entre nous.

Le Guiness World Records 2018 est l’occasion de trouver des réponses aux questions les plus légères fondamentales que vous pouvez vous poser. Quel est le chien le plus suivi sur Instagram ? Qui a effectué le tour du monde à vélo le plus rapide ? Qui détient la plus grande collection d’ours en peluche ? Combien mesure la plus grande pile de pancakes ? Aller, avouez que cela vous turlupine ? Et c’est bien normal, le dépassement de soi étant l’un des principaux moteurs humains, quoi qu’en disent les intégristes de la stagnation. L’éditeur, Hachette Pratique (Fit’Ballet), l’a bien compris, et adopte cette année une tonalité encore plus ouverte. Le but avoué : impressionner le plus de monde possible, au-delà des fins passionnés.

Pour ce faire, le Guiness World Records 2018 mise sur une apparence plus pétillante qu’auparavant. D’ailleurs, cela saute aux yeux dès la couverture, pleine de couleurs et traversée de bulles festives du plus bel effet. Oubliez les versions des années 1990, toutes plus mornes les unes que les autres : ici l’on veut amuser le lecteur, et bien entendu l’informer. La maquette suit cette philosophie même si, à notre humble avis, on la trouve parfois surchargée. C’est qu’il y en a, de la matière à caser : plus de 4000 records (vous avez bien lu), et le casse-tête a dû se poser quant à la manière de tout faire tenir dans ces quelques 256 pages. La solution est plutôt bonne : ça joue de couleurs, de surimpressions, le tout dans un esprit pop qui ne se renie jamais.

Des nouveautés qui apportent un réel plus

La grosse surprise du Guiness World Records 2018, c’est la place faite aux super-héros. Ou, tout du moins, aux humanoïdes qui pourraient se targuer d’être nos Wonder Woman ou autre Thor. Preuve que ces personnages ont envahi nos société, un peu trop à notre sens. On peut aimer, ou pas, les licences Marvel ou DC Comics, force est de constater que tout ce concept trouve naturellement sa place dans les pages de ce beau livre, dédié aux performances les plus fantastiques. Ou les plus farfelues, c’est selon, parce que savoir qui a bien pu rassembler le plus d’objets sur le thème des toilettes, c’est tout aussi passionnant qu’embarrassant.

Autre nouveauté au programme du Guiness World Records 2018 : les superlatifs. Il s’agit de double-pages sur lesquelles s’étalent une infographie, à chaque fois très bien pensée en terme de lisibilité. Prenons l’exemple de l’une d’elle, consacrées aux personnalités ayant profité des revenus les plus élevés, du 1er juin 2015 au 1er juin 2016. Une frise serpentante traverse ces deux pages, permettant à vingt-six noms d’y être placé, évidemment avec tous les détails bienvenus. D’un coup d’œil, on comprend le principe : pouvoir comparer facilement, et prendre conscience des éléments avec efficacité. C’est malin, agréable, de plus vous pouvez imprimer les posters de ces pages gratuitement, sur le site officiel.

Alors certes, la formule devra s’affiner dès l’année prochaine, notamment du côté de la maquette parfois carrément prise d’assaut. Plus de pages, peut-être ? Au delà de cela, il est incontestable que Guiness World Records 2018 confirme la nouvelle direction prise par cette institution, toujours aussi précise et sérieuse mais dorénavant traversée d’un esprit pop qui apporte une nouvelle saveur. Le contenu, par ailleurs, aura de quoi occuper bien des soirées, avec une douzaine de catégories à explorer. De quoi être impressionné, rire aussi, et pas qu’un peu, tant le caractère inconcevable de certains records démontre que l’être humain fait moins attention à la quête qu’au but atteint. On adhère.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *