article coup de coeur

[Critique] Méchants – Dobbs

Caractéristiques

  • Titre complet : Méchants : Les grandes figures du Mal au cinéma et dans la pop culture
  • Auteur : Dobbs
  • Editeur : Hachette Heroes
  • Date de sortie en librairies : 25 octobre 2017
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 320
  • Prix : 35€
  • Acheter : Cliquez ici

Un magnifique ouvrage sur ces méchants qu’on adore craindre

Indissociables des héros, voire même des œuvres dans lesquelles ces derniers agissent : les antagonistes font partie de l’inconscient collectif. Que serait Massacre à la tronçonneuse sans Leatherface ? Le Bon, la Brute et le Truand sans Sentenza ? Psychose sans Norman Bates ? Halloween sans Michael Myers ? Si la réponse paraît évidente, il faut tout de même constater que l’impact de ces films auraient bien moins de force sans ceux qui créent le danger, rendent la tension palpable, provoquent le suspens et la réaction chez le spectateur. Devenus parfois des sujets pour la pop culture, ces personnages ont désormais droit à un beau livre pour le moins soigné, sobrement intitulé Méchants, et sous-titré Les grandes figures du Mal au cinéma et dans la pop culture.

L’intention de l’auteur, Dobbs, que l’on connaît pour ses récents travaux dans la collection H.G. Wells (L’île du Docteur Moreau, L’homme invisible, La machine à explorer le temps), se fait claire dès l’introduction. Il ne s’agit pas que d’un étalage de bad guys ou girls, ni d’un name dropping insupportable. Non, Méchants se veut un mélange entre le pur plaisir de (re)découvrir certaines figures, et la réflexion sur la question de l’antagoniste. Car s’il est toujours agréable de naviguer d’origines en anecdotes, on peut aussi se poser toute une foule de questions plus profondes. Et le grand mérite de l’auteur est d’avoir su y répondre, sans pour autant tomber dans des passages sur-écrits. Les parties La source du Mal, L’incarnation du Mal et La fabrique du Mal tiennent sur 22 pages, qui se dévorent comme une mise en bouche pour le plat de résistance.

Le Dictionnaire du Mal est, évidemment, le grand morceau de bravoure de cet impressionnant beau livre. Méchants rassemble pas moins de 200 personnages issus du cinéma et de la pop culture. Fu Manchu, Jack Torrance, Professeur Moriarty, et même Adolf Hitler sont ici réunis, dans un classement alphabétique bien senti. Bien entendu, les amateurs d’oeuvres horrifiques seront les plus à même à profiter de la matière qui s’y étale. D’ailleurs, cet ouvrage prend particulièrement soin de son lecteur, cela se ressent dans la maquette, à la fois aérée et bien dans le ton, avec ces tâches de sang un peu partout. Chacune des fiches se présentent de la même manière : le nom s’affiche dans une typographie très typique du genre. Ensuite, on a droit aux caractéristiques : titre de l’œuvre, catégorie (plus prosaïquement, le métier ou la fonction), l’acteur et l’antagoniste (donc le héros qui combat le vilain). Ensuite, on rentre dans le texte, qui se découpe en paragraphes : Personnage, Origines, Évolution et fin (bien entendu, quelques spoilers sont au rendez-vous, mais c’est bien normal), Anecdotes. Notons aussi que la plupart ont droit à une punchline, sauf quand leur état ne le permet pas, comme Christine par exemple.

Tellement plus qu’une simple liste de vilains

Méchants nous aura appris pas mal de choses, notamment du côté des antagonistes les moins connus. On apprécie par exemple, de pouvoir s’étendre sur le cas de Darryl Revok, le vilain du Scanners de David Cronenberg. Dobbs ne se contente pas de nous donner du Dark Vador ou du Predator, même si ces figures cultissimes sont bien présentent. Non, il creuse réellement son sujet, ce qui pourra plaire tout autant à un public pointu que moins pointilleux, voire plus jeune. D’autant que les analyses de l’auteur savent se faire funs, agréables dans le style. Pas d’impression universitaire à redouter ici, ce n’est pas le but de cet ouvrage. Alors certes, on pourra regretter l’absence de méchants venus du jeu vidéo. Mais l’ouvrage est si généreux qu’il serait dommage d’en tenir rigueur.

Qui dit beau livre dit illustrations, et Méchants n’échappe pas à la règle. Elles ne sont pas systématiques, mais au nombre de 50, et indéniablement qualitatives. On se demande s’il n’aurait pas été possible d’ajouter, à chacun des personnage, un tout petit croquis, histoire d’au moins se faire une idée de son apparence. Mais la question des droits a dû se poser. En l’état, sachez que ce sont les antagonistes les plus fameux qui ont le privilège de voir leur portrait dessiné, et tous de belle qualité. Côté contenu, on doit aussi signaler la présence d’Evil Mania, un test de connaissances, histoire de voir si vous avez le méchant dans la peau. Enfin, la qualité de l’édition, signée Hachette Heroes (Le geek touristiqueTolkien, l’encyclopédie illustrée), en fait l’un des candidats parfait pour rejoindre une belle bibliothèque. La couverture cartonnée, sur laquelle Freddy trône, la reliure solide, la qualité de l’impression… Tout, malgré l’absence d’un signet, nous donne envie de le feuilleter à l’envie. Un beau cadeau, et un achat utile.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *