[Critique] Dans la tête de Didier Deschamps – J.P. Bouchard

Caractéristiques

  • Titre complet : Dans la tête de Didier Deschamps : Tous ses secrets d'entraîneur
  • Auteur : Jean-Philippe Bouchard
  • Editeur : Solar
  • Date de sortie en librairies : 31 mai 2018
  • Format numérique disponible : Oui
  • Nombre de pages : 184
  • Prix : 16,90€
  • Acheter : Cliquez ici

Le sélectionneur passé au crible

image didier deschamps

Alors que la Coupe du Monde 2018 se profile enfin, tous les regards sont fixés sur Didier Deschamps. Pour être plus précis, la pression n’a que rarement été aussi forte, sur les épaules d’un sélectionneur, que sur les siennes. Pour retrouver trace d’une telle tension, il faut certainement remonter à Aimé Jacquet, à la veille de la CDM 1998, alors que le journal L’Équipe, jamais avare en lynchage organisé, en avait fait une cible privilégiée de leurs plumes abusivement assassines. Depuis, on naviguait à vue, entre un Domenech lunaire, insupportable, et un Laurent Blanc insipide. L’espoir revient, bien aidé par l’idée erronée du talent de nos joueurs (« ils valent chers, donc ils sont bons », un des pires raccourcis de notre époque), et la finale de l’Euro 2016 tient un rôle dans cet état de fait. Seulement, celui qu’on surnomme DD continue de cliver, aussi bien dans les médias sensationnalistes que chez les supporters. Le livre que nous abordons aujourd’hui, Dans la tête de Didier Deschamps, aux éditions Solar (Messi Vs RonaldoLe mystère Bielsa) tente de rétablir certaines vérités sur ce grand champion au palmarès impressionnant.

C’est Jean-Philippe Bouchard, ancien journaliste sportif chez France Football et L’Équipe, qui s’empare d’une tâche qu’on estime très difficile. Pourtant, son livre, s’il est lu par les plus cohérents haters du sélectionneur (ils existent ?), devraient effectivement remettre quelques pendules à l’heure. L’auteur s’embarque dans une analyse globale du système DD. On revient autant sur ses principes moraux, médiatiques, que sportifs. Pour ce faire, l’ouvrage se divise en six chapitres : Des stats édifiantes, Le choix de ses équipes, Le choix de son staff, Le choix des joueurs, Le choix de ses systèmes de jeu, Le choix de ses axes de communication. Vous l’aurez remarquer, il est question de sélection, et pas que de l’Équipe de France. Car si l’on ressort de cette lecture avec une certitude, c’est que le coach n’opte jamais pour une solution dans le plus grand des hasards. S’il est aidé par le fidèle Jean-Pierre Bernès, qu’il a engagé après s’être froidement séparé de son précédent agent, Deschamps a les idées claires. Très claires.

Des faits qui confortent « DD »

Dans la tête de Didier Deschamps est un livre qui se dévore. Et si c’est autant le cas, c’est autant parce qu’il est plutôt condensé (183 pages, une police d’écriture assez grosse) que pour la passion qui l’anime. L’auteur ne s’en cache pas : il a un point de vue, et celui-ci est pro-DD. Comment lui en vouloir, quand, sur de longues pages, on analyse les chiffres qui l’accompagnent, en Équipe de France ? Les statistiques ont cela d’irréfutables qu’elles remettent les choses à leur place. Prenons un exemple concret : l’accusation, que certains formulent, quant à une présumée frilosité de Deschamps. Un conservatisme, pour être plus précis. Seulement, les faits nous disent le contraire : jamais un sélectionneur n’a appelé autant de joueurs de moins de vingt ans. Jamais, et ça, ce n’est pas de l’interprétation. Une à une, les médisances y passent, dont celle qui l’accusent de préférer Giroud à Benzema sur de simples critères personnels. Si ceux-ci existent, et pas qu’un peu, le livre rappelle que le joueur de Chelsea est le septième meilleur buteur de l’histoire de l’Équipe de France. Et ça, on ne peut que le prendre en compte.

Dans la tête de Didier Deschamps revient sur l’affaire qui a pourri le règne du sélectionneur, du moins dans les médias et les discussions sur les réseaux sociaux. Mais succinctement, pas de longues parenthèses interminables, sur un sujet qui n’intéresse plus que les extrêmes, aussi bien fans de Benzema (et pas de l’Équipe de France) que les plus réactionnaires. Jean-Philippe Bouchard confirme ce pourquoi DD plaît autant aux supporters les plus en recherche de valeurs apaisées et fermes : l’homme se ne laissera pas intimer d’ordre, n’a en ligne de mire que les intérêts de son groupe. On revient tout autant sur la période où le sélectionneur a couvert l’attaquant du Real Madrid, ses suiveurs les plus obtus l’oublient très facilement, que celle qui a court depuis des mois maintenant. Non, sous ses ordres on ne reverra pas le natif de Lyon. Mais ça se justifie amplement.

Un ouvrage qui se dévore

Dans la tête de Didier Deschamps est aussi l’occasion de comprendre à quel point le sélectionneur est un pragmatique. Dans le chapitre dédié à la tactique, on observe une grande propension à s’adapter aux forces de ses groupes, et ce depuis Monaco. Plus particulièrement, on ne peut qu’observer les progrès, en terme de coaching, depuis qu’il a entamé sa carrière d’entraineur. L’auteur rappelle à quel point le joueur que DD était ne pouvait que trouver un prolongement sur le banc de touche. Mais on a tendance à oublier que son début de parcours n’a pas toujours été simple, malgré l’héroïque parcours de Monaco, jusqu’en finale de la Ligue des Champions. Aussi, on revient sur sa décision de quitter la Juventus, un choix que l’intéressé décrit comme une erreur de jeunesse. Enfin, c’est la philosophie de Didier Deschamps qu’on découvre,  jusqu’au-boutiste dans son application. Le pragmatisme s’immisce jusque dans la formation de ses staffs : pas d’amis qui tiennent, l’unique compétence motive ses options.

Dans la tête de Didier Deschamps parvient à son but : nous faire comprendre certains choix à l’aune d’une philosophie prégnante. On regrettera peut-être le manque de témoignages exclusifs, voire la forme un peu classique de l’ouvrage. Mais rien de disqualifiant. Bien au contraire : le livre est indispensable pour qui veut se faire son propre avis sur DD, alors même que l’auteur a clairement fait le sien avant l’écriture. Est-ce gênant ? Non, car Jean-Philippe Bouchard ne cesse de questionner, sans aller trop en avant dans les affirmations, ni même en imposant des réponses. De quoi se préparer à vivre une Coupe du Monde 2018 qui s’annonce mouvementée.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *