article coup de coeur

[Critique] NieR Automata Strategy Guide – Kurokawa

Caractéristiques

  • Auteur : Collectif
  • Editeur : Kurokawa
  • Collection : Kuropop
  • Date de sortie en librairies : 11 avril 2019
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 208
  • Prix : 19,90€
  • Acheter : Cliquez ici

Un passage obligé pour les fans de NieR Automata

Quelques mois après la parution du très remarqué NieR Automata : World Guide, Kurokawa, et sa collection Kuropop, remettent le couvert avec le très attendu NieR Automata Strategy Guide. Un traitement que l’on pourrait qualifier de faveur, mais aussi amplement mérité : à nos yeux, le jeu réalisé par Yoko Taro, et façonné conjointement chez Square Enix et PlatinumGames, est un grand hit, que nous avons placé en première place de notre classement de l’année 2017. Deux ans plus tard, la flamme est toujours vivace, et l’univers du soft (mais aussi des précédents titres, de Drakengard à NieR) continue de nous hanter. Il faut dire que tout était fait pour que les environnements, les personnages, les thèmes, gravent notre mémoire durablement, grâce ce style si particulier, entre spleen et aventure épique. Prêt pour une nouvelle descente dans ce monde si marquant ?

Alors que le World Guide s’attache, comme son titre l’indique, à revenir sur les différents environnements traversés, NieR Automata Strategy Guide se pense comme un document idéal pour mieux comprendre les personnages, mais aussi le scénario, voire carrément tous les éléments d’écriture. Ces deux grands piliers sont l’âme même de l’ouvrage, et autant vous prévenir de suite : si vous appréciez l’œuvre de Yoko Taro à sa juste valeur, vous allez prendre une sacrée dose de plaisir. Le livre (dimensions 257 x 182 centimètre, couverture souple) se vit comme un véritable voyage en plein cœur de cet univers, et d’une manière très fidèle à l’esprit du jeu. D’ailleurs, signalons ici que le résultat est supervisé par le réalisateur. Et ce n’est pas tout : il signe aussi une courte nouvelle, qui figure en ouverture, intitulée Petites Fleurs. Les joueurs qui ont traversé les différents softs de la série savent à quel point l’efflorescence y est un sujet important, notamment pour l’héroïne maudite de Drakengard 3. Ici, dans ces quelques pages, l’auteur trouve même le moyen d’associer ce motif et l’un des artworks les plus connus du jeu. Malin, et typique d’une certaine recherche de la cohérence.

Oui, NieR Automata Strategy Guide débute fort, et soyez-en assurés : le rythme ne faiblit pas tout du long. L’ouvrage, long de 208 pages, se divise en quatre grandes parties. Les deux premières ont comme axe le scénario. Habilement, elles décrivent les relations et liens entre les différents personnages, les factions. On peut compter aussi sur une description plus détaillée des différents personnages importants, de 2B à Pascal mais, dans un premier temps, sans trop rentrer dans les détails de leur progression. Ensuite, le cheminement du scénario est retranscrit à l’écrit mais, vous vous en doutez sûrement, dans un style adapté à l’expérience. Les points de vue diffèrent selon les personnages, et l’on apprécie la concision de l’ensemble, le tout dans un style fluide. Tout le vécu du joueur figure dans ces pages, aussi nous ne pouvons que vous prévenir : ça spoile. Le livre est clairement pensé pour les gamers qui connaissent le soft et, même s’il prévient pour certaines révélations, notamment à propos de NieR, il nous paraît essentiel d’avoir bouclé l’expérience vidéoludique. En toute fin de la seconde partie, on retourne vers les personnages, cette fois-ci avec une description de leur devenir. La boucle est ainsi complète, et l’on se rend compte au mieux de certains destins décidément dramatiques.

Aussi passionnant que le jeu

Tout d’abord ressentie comme plaisante, cette novélisation peut aussi être considérée comme salvatrice, tant elle replace un contexte primordial pour mieux dévorer la suite. NieR Automata Strategy Guide enchaine avec deux autres parties, sous-titrées Archives et Secret. La première rassemble des éléments présents dans le jeu : toutes les trouvailles écrites (les rapports, les messages reçus), mais aussi le livre d’image accompagné des textes associés. Ne prenez pas ce contenu à la légère, car il contient une grande dose de ce qui fait la saveur du jeu. Aussi, on peut compter sur la présence des différentes armes, bien entendu par le biais d’un artwork mais aussi, grand luxe, des descriptions qui leurs sont associées. Quel gros travail de rassemblement de données ! Sachez que certaines de ces lames sont présentes dans d’autres opus de la série. Prenons l’exemple de la terrifiante Volonté de fer, qui hante tous les opus : le lecteur pourra découvrir en découvrir le récit pour chacun des épisodes. Enfin, cette grande partie se termine par un retour sur les origines de la situation décrite par le scénario. C’est, donc, le moment opportun pour aborder NieR, dans ses deux versions : Replicant et Gestalt. Les origines de la décrépitude du monde sont détaillées, mais aussi l’intérêt de parcourir ce jeu imparfait mais tellement passionnant. On note la présence d’un texte qui nous met la puce à l’oreille, concernant les manières de jouer, aujourd’hui, à cet opus. Espérons que ce qui y est évoqué, la seule possibilité de l’occasion sur PlayStation 3, soit bientôt de l’histoire ancienne avec un très espéré remaster… En tout cas, toute cette matière est parfaite pour bien se rendre compte à quel point l’univers se tient dans un grand ensemble, sans pour autant tomber dans l’exploitation décérébrée.

La quatrième et dernière partie de NieR Automata Strategy Guide, Secret, est un véritable bouquet final : artworks et croquis préparatoires commentés (dont certains modèles non-présents dans le jeu) rappellent à quel point le travail d’Akihiko Yoshida, character designer de génie (Ogre Battle, Vagrant Story, Final Fantasy Tactics, c’est lui), est primordial dans l’expérience du jeu. On a aussi droit à un retour sur les décors, mais uniquement du point de vue artistique, afin de ne pas faire doublon avec le World Guide. Originalité très intéressante, notamment pour celles et ceux qui apprécient de savoir qui travaille sur quoi : les différents artistes, du producteur au responsable de la traduction, nous livrent un commentaire sur le développement. On y perçoit, en rassemblant toutes ces participations, que la fin de la production fut bien mouvementée. Aussi, on découvre une frise chronologique de grande envergure, répertoriant tous les événements depuis la fameuse cinquième fin de Drakengard. Au passage, sachez qu’elle se termine après la conclusion de NieR Automata, signe aussi que Yoko Taro en a encore sous le pied. Enfin, le réalisateur répond à cinquante questions (et l’on trouve, en bas de page, un mini-glossaire de certains termes importants). Un contenu là aussi d’importance, grâce auquel on rentre un peu plus profondément dans la vision d’un auteur qui, décidément, aime cultiver le mystère.

Deux nouvelles, écrites par Jun Eishima (Dragon Quest : Les héritiers de l’Emblème) se chargent de clôturer NieR Automata Strategy Guide, en abordant tout autant un androïde soigneur (10H), que la personnalité torturée de 2B. Quels sentiments dominent, à l’heure de refermer l’ouvrage ? Déjà, on y reviendra : c’est un  plaisir permanent que nous propose les très précieuses éditions Kurokawa. Le duo formé avec le World Guide se complète, se répond même. Aussi, et plus inattendu, certains éléments scénaristiques sont décrits avec un tel souci du détail que certaines informations sont inédites, ou du moins non-présentes dans le soft. Ainsi, les amateurs de ce dernier trouveront un intérêt supplémentaire. Pour conclure, soulignons le travail la grande qualité de traduction, résultat à mettre au crédit d’Aude Boyer. Elle a su garder la tonalité si particulière qui entoure cette licence, et ce n’était pas une mince affaire. Il ne reste plus qu’à espérer, prier, pour que le Grimoire NieR ait droit à une sortie française. Mais ça, c’est une autre histoire.

9/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *